Underground

Les catastrophes sont des phénomènes extrêmement réels et pourtant jamais vécus. Ce n’est pas la chute d’une pomme que l’on peut observer, décrire et analyser en restant bien vivant, pragmatique, self-controlé et objectif1. Une catastrophe ne se vit pas.  Ni objectivement ni subjectivement car elle perturbe au-delà du tolérable. Il n’y a pas de résilience pour qui la subit : il en meurt ou s’effondre. Une catastrophe ce sont les cadavres ensevelis, les corps et les esprits noyés, déchiquetés, calcinés, dispersés, enfouis, broyés, écrasés, ensanglantés, rachitiques, putréfiés, desséchés, décharnés, massacrés, purulents, puants, sanguinolents, agonisants, hébétés, hagards, livides. C’est un charnier. Et des ruines.
Une catastrophe n’est pas expérimentable. Comme la mort qu’elle charrie. Elle est hors de l’expérience humaine : elle ne se survit que dès lors qu’on y échappe. Continuer la lecture

  1. La chute de pomme fais bien sûr ironiquement référence ici au Isaac Newton de Marcel Gotlieb  dans ses Rubriques à Brac. Plus sérieusement, un phénomène catastrophique ne relève pas du champ d’étude des sciences dures – et de l’objectivité associée – qui supposent que toute expérience soit reproductible, notamment au moyen de ce que l’on nomme un protocole expérimental. Voir à ce propos Catastrophes : l’attribut sauvage []