Transfigurées

Réponse à “Il y avait aussi la petite fille brûlée par le napalm au Vietnam. L’afghane aux yeux magnifiques.

À chaque catastrophe est associée une image qui lui servira d’étendard, de représentant sur la scène médiatique. Si cela fait défaut, la catastrophe n’a pas lieu, l’aide internationale ne se mobilise pas, les médias ne trouvent pas de prises graphique pour faire récit et répercuter le choc, celui des photos1 .

Ces images, choisies dans le feu de l’action, dans l’urgence du scoop autant que des besoins humanitaires, quittent progressivement la scène médiatique et intègrent parfois l’Histoire. Elles figurent alors la tragédie, l’indiquent et la résument, en un cliché. À ce processus de figuration  succèdent des transfigurations. Je propose ici d’en étudier quelques cas – de figure – justement. Continuer la lecture

  1. Pour un exemple récent, voir Inondations au Pakistan : ce n’est pas une catastrophe – pour nous – et Le journalisme visuel arrive au Pakistan. []