Chili : l’imaginaire tsunamique en défaut

Tsunami Solaire. Trinity College DublinQuand on dit “Tsunami”, on imagine un raz-de-marée devancé d’une immense vague produite par une forte déflagration (séisme ou chute de météorite). On pense par exemple à La grande vague de Kanagawa, peinte par Hokusai, ou  à certaines images prises lors du séisme indonésien de décembre 2004.

Selon ce modèle imaginaire, la NASA et le Trinity College de Dublin ont qualifié de “tsunami solaire” la gigantesque éruption qui s’est produite le 19 mai 2007 à la surface du Soleil.

Si le tsunami qui s’est produit le 27 février au Chili, n’a pas fait parlé de lui, c’est peut-être parce qu’il était d’une autre forme. Il ne relevait pas de cet imaginaire. Pas de grande vague, pas de mur d’eau, mais une lente et inexorable montée des eaux – parfois sur plus de 10km – à l’intérieur des terres1. Ce tsunami était, une fois n’est pas coutume, lent et comme “tranquille”. Continuer la lecture

  1. Source locale : Alfredo Pena-Vega, chercheur associé du Centre Edgar Morin, sur place le jour du séisme. []