Réouverture des écoles irradiées de Fukushima, le Japon s’émeut

Répartition de la radioactivité autour de Fukushima Dai ichi

Le 6 avril 2011, moins d’un mois après la triple catastrophe subie par la côte Nord-Est de la principale île nippone du Honshu (séisme de magnitude 9, tsunami, explosion de la centrale nucléaire de Fukushima), alors que d’autres séismes viennent s’ajouter aux répliques, et que la nature ne cesse de s’acharner autour des bâtiments de la centrale, le gouvernement japonais décide de rouvrir les écoles du département de Fukushima. Le Nikkei Weekly dans un article daté du 11 avril consacré aux relations américano-japonaises, laisse apparaître un petit encadré dans lequel l’on peut voir une photo d’enfants de primaire alignés dans une classe1. Les sous-titres expliquent aux lecteurs que la rentrée scolaire s’est déroulée normalement dans cette petite école nommée Sahara à quelques 50km des réacteurs endommagés. L’école accueillerait 85 nouveaux élèves transférés des régions victimes du tsunami et du tremblement de terre. Lire la suite

  1. Ndr : voir à ce propos, Le bleu du ciel à Fukushima []

Le tsunami, l’atome et les cerisiers

Yoshitsune et Benkei (altération florale par Yoann Moreau)

Demandé à l’origine par Marianne pour son édition du 19 mars 2011, le texte qui suit a été rejeté par cet hebdomadaire. Je remercie Yoann Moreau de l’avoir récupéré. L’auteur.

Avec tsunami rime hanami – le mire-fleur, cette fête de printemps où l’on va banqueter sous les cerisiers pour mieux jouir de la vue et du parfum de leurs fleurs.

En cette 23e année du règne de Heisei, c’est un front de vagues meurtrier qui a précédé le « front des fleurs » (hana zensen), qu’on attend pour la fin mars à Tokyo, et pour la mi-avril à Sendai. On n’y pense plus guère, au front des fleurs, et personne sans doute n’aura le cœur à banqueter ; mais il est sûr que les Japonais, cette année encore, iront admirer les fleurs de cerisier. Car ces fleurs, chaque année, leur rappellent à la fois que toute chose est éphémère, et que la vie renaîtra toujours. Cette année encore, elles seront là pour leur rendre l’espoir.

« Tsunami », c’est un de ces mots, comme le judo ou l’ikébana, que le Japon a légués au monde. Les spécialistes l’ont adopté pour désigner un déferlement massif, sur les côtes, d’ondes provoquées par une brusque déformation des fonds marins, due généralement mais pas toujours à un séisme. Les pires de l’histoire furent causés par des éruptions volcaniques. L’explosion du Krakatoa, le 27 août 1883, Lire la suite

Tchernobyl : un récit

Vladimir Starovoitov témoigne (Article publié sur Info Nucléaire)

Propos recueillis auprès de Vladimir Starovoitov, 31 ans, maçon, habitant de Bourakova, village proche de Pripyat. Le 26 avril 1990, unité d’Isolation n°2 du département des pathologies liées au rayonnement de Kiev.

La nuit était chaude, c’était la veille des vacances et quelques-uns d’entre nous voulaient aller pêcher dans le bassin, le bassin de refroidissement de la centrale de Tchernobyl. Nous pêchions toujours là, car l’eau y était chaude toute l’année et la pêche toujours abondante. J’étais près du bloc 4, à environ 500 mètres, quand j’ai soudain entendu un fort claquement. Puis survint quelque chose qui ressemblait au bruit d’une explosion. J’ai pensé qu’il s’agissait des soupapes de vapeur de la centrale que l’on entendait de temps en temps. Puis en quelques secondes un éclair bleu fut suivi d’une énorme explosion. Alors que je me tournais vers le bloc, je constatais qu’il ne restait plus que deux murs. Le toit ainsi que les deux autres murs avaient été détruits. La structure était en ruine, de l’eau se répandait, le bitume brûlait sur le toit du bloc 3. Une ou deux minutes plus tard, il a commencé à pleuvoir. J’ai d’abord pensé qu’il s’agissait d’une pluie normale, mais après avoir pénétré dans un bâtiment proche, j’ai remarqué dans une glace que mon visage était recouvert de suie. C’est alors que j’ai réalisé que j’avais été sous une pluie radioactive.  Lire la suite