Le tsunami, l’atome et les cerisiers

Yoshitsune et Benkei (altération florale par Yoann Moreau)

Demandé à l’origine par Marianne pour son édition du 19 mars 2011, le texte qui suit a été rejeté par cet hebdomadaire. Je remercie Yoann Moreau de l’avoir récupéré. L’auteur.

Avec tsunami rime hanami – le mire-fleur, cette fête de printemps où l’on va banqueter sous les cerisiers pour mieux jouir de la vue et du parfum de leurs fleurs.

En cette 23e année du règne de Heisei, c’est un front de vagues meurtrier qui a précédé le « front des fleurs » (hana zensen), qu’on attend pour la fin mars à Tokyo, et pour la mi-avril à Sendai. On n’y pense plus guère, au front des fleurs, et personne sans doute n’aura le cœur à banqueter ; mais il est sûr que les Japonais, cette année encore, iront admirer les fleurs de cerisier. Car ces fleurs, chaque année, leur rappellent à la fois que toute chose est éphémère, et que la vie renaîtra toujours. Cette année encore, elles seront là pour leur rendre l’espoir.

« Tsunami », c’est un de ces mots, comme le judo ou l’ikébana, que le Japon a légués au monde. Les spécialistes l’ont adopté pour désigner un déferlement massif, sur les côtes, d’ondes provoquées par une brusque déformation des fonds marins, due généralement mais pas toujours à un séisme. Les pires de l’histoire furent causés par des éruptions volcaniques. L’explosion du Krakatoa, le 27 août 1883, Lire la suite

Séisme au Japon : flots, flammes et fatras.

Ce matin, sur toutes les chaines, traitement live du séisme qui vient de se produire au japon,  profusion des images. En particulier il y a ces vidéos qui montrent une vague interminable. Elle progresse à l’intérieure des terre en charriant tout un fatras de débris qui lui sont proportionnés : des camions, des maisons en flammes, des arbres, des bateaux se fracassant sur le pont d’une autoroute… cet événement répond à ce que nous avions déjà entr’apperçu (car c’était la nuit) au Chili il y a un an, quasiment jour pour jour.

Un tsunami ce n’est pas qu’une vague énorme, à la manière du séisme indonésien. C’est aussi (cf. Chili : l’imaginaire tsunamique), une montée relativement faible (quelques mètres) et progressive du niveau marin. Cela submerge alors les terres sur des surfaces considérables. Lire la suite

Chili : l’imaginaire tsunamique en défaut

Tsunami Solaire. Trinity College DublinQuand on dit « Tsunami », on imagine un raz-de-marée devancé d’une immense vague produite par une forte déflagration (séisme ou chute de météorite). On pense par exemple à La grande vague de Kanagawa, peinte par Hokusai, ou  à certaines images prises lors du séisme indonésien de décembre 2004.

Selon ce modèle imaginaire, la NASA et le Trinity College de Dublin ont qualifié de « tsunami solaire » la gigantesque éruption qui s’est produite le 19 mai 2007 à la surface du Soleil.

Si le tsunami qui s’est produit le 27 février au Chili, n’a pas fait parlé de lui, c’est peut-être parce qu’il était d’une autre forme. Il ne relevait pas de cet imaginaire. Pas de grande vague, pas de mur d’eau, mais une lente et inexorable montée des eaux – parfois sur plus de 10km – à l’intérieur des terres1. Ce tsunami était, une fois n’est pas coutume, lent et comme « tranquille ». Lire la suite

  1. Source locale : Alfredo Pena-Vega, chercheur associé du Centre Edgar Morin, sur place le jour du séisme. []