Le bleu du ciel (à Fukushima)

Retour d'école. Shimizu, préfecture de Fukushima, 06.04.2011

Les cours ont repris depuis plus d’une semaine (mercredi 6 avril) dans la préfecture de Fukushima. Les environs immédiats de la zone d’exclusion (un périmètre de 30km autour de la centrale nucléaire défaillante) seraient donc, selon les estimations du gouvernement japonais, viables sur le long terme.

Pourtant, malgré les mesures (rassurantes) de radioactivité effectuées sur place1, le bleu du ciel n’est plus le symbole d’une journée radieuse. Le doute s’est installé, la menace nucléaire semble en avoir définitivement terni la clarté. Comment ne pas regarder cette photographie d’une mère en kimono revenant de l’école avec sa fille, sans y ajouter le spectre nucléaire marchant comme un troisième homme  ? En fait, ce tiers exclu de l’image, ce « peut-être » qui hante tous les oui-non, est un « trixel » qui surgit (et se dérobe) des pixels. Lire la suite

  1. Par des fonctionnaires du gouvernement préfectoral de Fukushima []

Tchernobyl, c’est le paradis (des bêtes)

En décembre dernier j’étais le passager covoituré d’une expédition d’étudiants croates. Sur la route l’une des passagères me parlait de Tchernobyl et du « paradis pour animaux » que cette zone était devenue. Cela m’intriguait car lors de la rédaction d’un billet précédent j’avais déjà remarqué des photos de troupeaux de rennes étrangement associés à Tchernobyl. Arte vient de diffuser un documentaire (« Tchernobyl: une histoire naturelle ?« ) habilement construit – et parfois pernicieux – sur ce phénomène. Voici des « morceaux choisis » du propos tenu Lire la suite

War Game : Catastrophes et jeux vidéos

Capture d’écran 2010-04-07 à 18.52.57

La vidéo de guerre qui gêne l’armée américaine

« La guerre, c’est parfois facile comme un jeu vidéo. (…) Comme dans un mauvais remake d’« Apocalypse Now », les occupants de l’hélico de type Apache lancent des « yeah » de joie quand leurs cibles sont touchées, et n’hésitent pas à ouvrir le feu sur des hommes visiblement désarmés qui viennent s’occuper des victimes du premier engagement »1.

En dehors de l’aspect « bavure » et du comportement « enjoué » des militaires américains (qui, pour ma part, ne me surprennent pas plus que ça), ce qui fait sérieusement question est le lien profond entre catastrophes et jeux vidéos. Lire la suite

  1. extrait d’un article paru sur Rue89, voir également Keep shoot’n, Keep shoot’n!, de Jean-No : « Les images (…) montrent bien à quel point une vision lointaine — on voit les corps et les mouvements mais on ne distingue pas les visages ni même la nature des objets de manière précise — rend possible les actions les plus inhumaines. » []