Transfigurées

Réponse à « Il y avait aussi la petite fille brûlée par le napalm au Vietnam. L’afghane aux yeux magnifiques.« 

À chaque catastrophe est associée une image qui lui servira d’étendard, de représentant sur la scène médiatique. Si cela fait défaut, la catastrophe n’a pas lieu, l’aide internationale ne se mobilise pas, les médias ne trouvent pas de prises graphique pour faire récit et répercuter le choc, celui des photos1 .

Ces images, choisies dans le feu de l’action, dans l’urgence du scoop autant que des besoins humanitaires, quittent progressivement la scène médiatique et intègrent parfois l’Histoire. Elles figurent alors la tragédie, l’indiquent et la résument, en un cliché. À ce processus de figuration  succèdent des transfigurations. Je propose ici d’en étudier quelques cas – de figure – justement. Lire la suite

  1. Pour un exemple récent, voir Inondations au Pakistan : ce n’est pas une catastrophe – pour nous – et Le journalisme visuel arrive au Pakistan. []

Inondations au Pakistan : ce n’est pas une catastrophe (pour nous)

Les inondations au Pakistan ne sont pas catastrophiques. Pour moi, comme pour la plupart d’entre vous, c’est simplement une catastrophe de plus. Le fait est là. Nous sommes blasés. Les catastrophes se suivent et, malgré leur diversité (séismes, inondations, effondrements miniers, marées noires, …), commencent à se ressembler. Pour nous, qui ne subissons pas ces événements mais les vivons par procuration, les inondations pakistanaises sont, malgré leur ampleur d’exception, un spectacle de plus. L’effet est pernicieux. C’est comme les films d’horreur : plus on en regarde moins on est effrayé. Lire la suite

À fond la forme !

Assis pour le café matinal, en terrasse du Nazir,1 rue des Abbesses, j’assiste à la énième ouverture d’une bijouterie dans le quartier. Elle jouxte « Le bar d’Opta », opticien qui expose sans parcimonie toute une ribambelle de lunettes solaires. J’observe ensuite le défilé de mode permanent dont cette rue est l’objet. Dans mon dos, sur un écran plasma grand format, les publicités rivalisent de couleurs et d’artifices pour habiller leurs produits selon le principe « l’habit fait le moine ». Je prends soudain conscience du décalage entre le monde qui m’est donné à voir ce matin et une science selon laquelle les apparences sont trompeuses et où, derrière la diversité des formes et des phénomènes se tapissent des lois immuables, simples et sans fioritures. Lire la suite

  1. Le  Nazir est un bar tabac de Montmartre,  mais c’est aussi, le nazirite, figure juive de l’ascète aux cheveux longs. Nous le verrons, je ne défendrai pas cette posture. []