Le « spectraculaire » (Fukushima est-elle une catastrophe ?)

1967 - Enceinte interne de Fukushima Dai Ichi.

Ce qui s’est produit dans le complexe nucléaire de Fukushima Daiichi (福島第一原子力発電所) le 14 mars 2011 est un événement rare, le deuxième de ce genre après Tchernobyl. Son impact principal ne consiste pas dans sa dimension spectaculaire – l’explosion des réacteurs – mais dans sa part radioactive, invisible et difficilement quantifiable.

Cette dimension « spectrale » doit être étudiée avec la plus grande attention car elle relève d’un champ d’expérience situé en deçà de la réalité sensible. L’émission de radioactivité est en effet une donnée environnementale (kankyô 環境) avant que d’être une réalité du milieu humain (fûdo 風土). Cela signifie qu’elle affecte le vivant de manière organique, en deçà de tout registre de prédication. Autrement dit, quoi que l’on en dise, quoi que l’on en pense et quoi que l’on fasse, l’accroissement de la présence d’isotopes radioactifs dans la biosphère est une donnée avec laquelle il s’agit désormais de composer. Cela hante le monde depuis sa base, le modifiant de manière objective pour plusieurs centaines de milliers d’années1. Dans l’état actuel de nos connaissances, nous n’avons pas les moyens d’y remédier. Lire la suite

  1. La période au terme de laquelle la radioactivité décroît pour moitié varie selon les isotopes : 131Iode/8 jours; 134Césium/2 ans ; 90Strontium/28 ans ; 137Césium/30 ans ; 239Plutonium/28 mille ans ; 238Uranium/4,5 milliards d’années (Galle, Paulin, & Coursaget, 2003). []

Mégaséisme au Japon : les répliques se compliquent

Deux précisions à l’encontre des idées reçues.

1/ les secousses de ces derniers jours ne sont pas toutes des répliques :  l’épicentre de M9 du 11 mars 2011 était situé en mer et correspondait à des phénomènes de subduction (« plongement » de la plaqueocéanique Pacifique sous le nord du Japon). Certaines des secousses de ces derniers jours sont à terre et ne sont donc pas directement liées au méga choc du 11 mars. C’est ce que nous expliquent deux sismologues français travaillant au Japon (voir ci-dessous).

2/ Le choc du 11 mars à 14h46 (heure locale) n’était pas dû à un séisme mais à un mégaséisme « mettant en jeu des mécanismes inédits jusqu’à présent » . La différence ne tiendrait pas uniquement à un facteur  d’amplitude, mais à l’émergence d’une catégorie neuve, spécifique  à la disposition géographique du Japon, et jusque-là jamais observée par les sismologues1. C’est que nous apprend Pierre Henry, directeur de recherche au CNRS, dans un article publié dans Pour la Science (et repris plus bas).

Lire la suite

  1. Précision d’Aloé SCHLAGENHAUF : de tels séismes ont bien sûr déjà été observés à travers le monde – à Sumatra 2004 pour n’en citer qu’un. C’est plus précisément sur la côte Est de la péninsule Nord-Honshu qu’un séisme d’une telle taille n’avait jamais été documenté instrumentalement. Des paléo-dépôts de tsunamis indiquaient cependant qu’il y avait eu dans la passé de très gros séismes, dont on ne connaissait pas précisément l’ampleur. []

Japon, l’absence de morts (dans les images)

Pourquoi si peu de cadavres sur les images en provenance du Japon? Alors même que celles du tremblement de terre d’Haïti en montraient sans compter… Une simple recherche sur Google images permet de s’apercevoir qu’en tapant «séisme Japon», on obtient des maisons effondrées, des rues disloquées, un panda effrayé, des humains s’activant dans les décombres. En tapant «séisme Haïti» apparaissent immédiatement, mélangés aux dégâts matériels, des cadavres et des fosses communes.

Il y a des milliers de victimes japonaises, et pourtant peu d’images qui les montrent. Quand c’est le cas, les corps sont recouverts de bâches bleues ou de couvertures. Je n’ai vu qu’un seul cadavre. Il était habillé en pantalon et chemise, étendu sur le ventre sur un tas de décombres en pente raide. Ce n’était pas une photo directe, mais en arrière plan d’une équipe de sauveteurs. C’est là que m’est venue cette remarque : pourquoi si peu de choc dans les images ? Lire la suite