Deepwater : L’horizon en surimpression

Dans sa lutte pour responsabiliser BP, Obama mène une guerre médiatique et rhétorique. Ce faisant, le discours glisse de l’événement à sa fabulation1, c’est-à-dire à son inscription volontaire dans des référents mythiques. La dernière allocution du président américain, en usant pour référents, le 11 septembre et la notion d’épidémie, va dans ce sens (déjà amplement à l’œuvre  sur le web). Lire la suite

  1. Au sens de Derrida dans « Not apocalypse, not now », diacritics, summer, 1984. []

Avatar, l’absence du politique et son renouveau mystique

Avatar est une histoire sans politiciens. La planète Pandora, tout comme Dune1, regorge d’une matière précieuse, indispensable au fonctionnement d’une civilisation devenue intergalactique. Mais, à la différence des intrigues complexes (à la fois politiques, économiques et religieuses) développées par Franck Herbert, les décisions prises par les colons de James Cameron répondent aux seuls besoins d’une industrie multi-nationale-stellaire. Celle-ci n’a qu’un seul représentant sur Pandora,  un seul homme sans relief dont la logique et la personnalité (l’humour, la sensibilité et la logique) sont celles du « tout économique » propre au monde de l’industrie. Cela semble une métaphore à peine masquée du rôle que jouent les multinationales dans la catastrophe écologique et culturelle que le monde contemporain est en train de traverser. Celle-ci est figurée dans le film par l’abattage émouvant et iconoclaste de l’arbre sacré, ainsi que par le non respect et la délocalisation des autochtones Na’vis. Lire la suite

  1. Pas uniquement le film de David Lynch mais aussi, et surtout, la trilogie de Franck Herbert. Les ressemblances entre Dune et Avatar vont plus loin. Il faudra en effet que Paul Atréides chevauche Shai Ulud, le redoutable ver des sables, pour devenir véritablement Muad’dib, le prophète qui guidera les Fremens et Arrakis-Dune vers leur destin doré. []