Le bleu du ciel (à Fukushima)

Retour d'école. Shimizu, préfecture de Fukushima, 06.04.2011

Les cours ont repris depuis plus d’une semaine (mercredi 6 avril) dans la préfecture de Fukushima. Les environs immédiats de la zone d’exclusion (un périmètre de 30km autour de la centrale nucléaire défaillante) seraient donc, selon les estimations du gouvernement japonais, viables sur le long terme.

Pourtant, malgré les mesures (rassurantes) de radioactivité effectuées sur place1, le bleu du ciel n’est plus le symbole d’une journée radieuse. Le doute s’est installé, la menace nucléaire semble en avoir définitivement terni la clarté. Comment ne pas regarder cette photographie d’une mère en kimono revenant de l’école avec sa fille, sans y ajouter le spectre nucléaire marchant comme un troisième homme  ? En fait, ce tiers exclu de l’image, ce « peut-être » qui hante tous les oui-non, est un « trixel » qui surgit (et se dérobe) des pixels. Lire la suite

  1. Par des fonctionnaires du gouvernement préfectoral de Fukushima []

Un ciel sans nuage (radioactif)

Depuis hier, c’est le ciel bleu, pas un nuage. Et des enfants jouent sur la place du village. Les nuages sont intérieurs, invisibles au regard. Peut-on d’ailleurs, en parlant de radioactivité, parler de « nuage » ?

En toute rigueur, non. Il n’y a aucune condensation, aucune manifestation vaporeuse, aucune sensation d’humidité, pas même la trace de turbulences semblables à celle d’un soupçon de lait dans du café. La radioactivité n’est pas nuageuse, ces deux phénomènes n’ont en commun qu’une propriété: se déplacer au gré des vents, le vent les emportera. Lire la suite