Danser sur les ruines

Danser sur les ruines-Haïti-Seisme-2010Les premières images haïtiennes du clip « We are the world 25 » présentent un homme en train de nettoyer une pièce de métal tordu, s’ensuit un travelling arrière qui montre l’ampleur du désastre – un champ de ruines1 puis, scène surréaliste : un enfant qui danse sur des décombres.

En fait la surprise va rapidement devenir un lieu commun : on danse sur les ruines, tout le monde et , à la limite, surtout les haïtiens. Le script « off »  montre des images haïtiennes.  Ce n’est qu’une trame « flashée » qui ponctue la trame centrale du clip, à savoir  la mobilisation des chanteurs people. Au début seuls les enfants dansent, jouent au foot, à la trottinette et sourient. Les adultes ont le visage sérieux, il s’occupent de faire parvenir puis de distribuer les aides alimentaires arrivées par hélicoptère. Mais finalement, petit à petit, la musique va crescendo (jusqu’à la version rap) et tout le monde danse et sourit. La vie et la joie reprennent le dessus, grâce à la musique. Lire la suite

  1. Avec tout de même, au premier plan, un cameraman qui passe dans le champ, annonçant déjà la présence et le rôle des médias []

Panoptique Tchernobyl : le Sonore

Le second volet du projet « panoptique » présente les productions musicales en lien directe (titre de l’album, du titre et paroles) avec Tchernobyl. Tout comme dans le premier volet, Images (presque) immobiles, il s’agit d’étudier Tchernobyl selon l’un de ses médiums. Le sonore (en particulier les musiques sans textes) est bien une expression possible de « ce que l’on ne peut dire ».

Il ne semble pas y avoir eu de « tube » ou de slogan (qui se souvient du « TcherNObyl » de Greenpeace ?). Aucun style musical ne domine, ni aucun ton (le sérieux, le tragique, le tragicomique, le pathétique, l’emphatique se côtoient). Les deux grandes catégories de traitement sonore qui ressortent toutefois sont chansons à textes vs « instrumentale » (avec extension aux textes inaudibles : hardrock, métal, etc. mais aussi les expressions en langues étrangères). C’est certainement dans sa version « instrumentale » que se joue de la manière la plus évidente le traitement sonore de Tchernobyl. On y quitte en effet le sens et la forme documentaire pour rejoindre celle qui, à mon sens, caractérise les catastrophes : le non-sens. A ce titre, Alain Bashung est certainement celui qui fait le mieux apparaître ce glissement du texte vers le non sens, vers l’inutile, vers sa forme purement sonore, comme un mantra. Pour vous faire une idée, je présente ici une sélection détaillée puis une Playlists plus exhaustive (60 titres) qui réunit des musiciens qui se sont inspirés de la catastrophe de Tchernobyl (ou de ce que leur évoquait le mot). Lire la suite