Japon, l’absence de morts (dans les images)

Pourquoi si peu de cadavres sur les images en provenance du Japon? Alors même que celles du tremblement de terre d’Haïti en montraient sans compter… Une simple recherche sur Google images permet de s’apercevoir qu’en tapant «séisme Japon», on obtient des maisons effondrées, des rues disloquées, un panda effrayé, des humains s’activant dans les décombres. En tapant «séisme Haïti» apparaissent immédiatement, mélangés aux dégâts matériels, des cadavres et des fosses communes.

Il y a des milliers de victimes japonaises, et pourtant peu d’images qui les montrent. Quand c’est le cas, les corps sont recouverts de bâches bleues ou de couvertures. Je n’ai vu qu’un seul cadavre. Il était habillé en pantalon et chemise, étendu sur le ventre sur un tas de décombres en pente raide. Ce n’était pas une photo directe, mais en arrière plan d’une équipe de sauveteurs. C’est là que m’est venue cette remarque : pourquoi si peu de choc dans les images ? Lire la suite

Transfigurées

Réponse à « Il y avait aussi la petite fille brûlée par le napalm au Vietnam. L’afghane aux yeux magnifiques.« 

À chaque catastrophe est associée une image qui lui servira d’étendard, de représentant sur la scène médiatique. Si cela fait défaut, la catastrophe n’a pas lieu, l’aide internationale ne se mobilise pas, les médias ne trouvent pas de prises graphique pour faire récit et répercuter le choc, celui des photos1 .

Ces images, choisies dans le feu de l’action, dans l’urgence du scoop autant que des besoins humanitaires, quittent progressivement la scène médiatique et intègrent parfois l’Histoire. Elles figurent alors la tragédie, l’indiquent et la résument, en un cliché. À ce processus de figuration  succèdent des transfigurations. Je propose ici d’en étudier quelques cas – de figure – justement. Lire la suite

  1. Pour un exemple récent, voir Inondations au Pakistan : ce n’est pas une catastrophe – pour nous – et Le journalisme visuel arrive au Pakistan. []

Un 11 septembre (de circonstance)

Comment ne pas lire l’actualité du jour sans le spectre de l’événement qui a reconfiguré la donne géopolitique contemporaine ? Au comptoir du Vrai Paris, j’observe un panorama des titres de l’actualité. Dispersés à plat sur le zinc ou semi-verticaux (entre les mains des usagers), les quotidiens font tous le lien, implicite ou explicite avec l’événement qui fait date : 09/11. Toutes les circonstances concourent à en montrer les répliques. il ne s’agit pas semble t-il, de commémorer son souvenir, mais son actualité. La date du jour ressemble dès lors à une simple mise à jour : passage de la version 0.1 à 1.0. Lire la suite