Le seuil, figure de l’irréversible

Des lieux (devenus) communs : sommes nous à proximité d’un seuil au-delà duquel la catastrophe serait irréversible ? La probabilité de voir se réaliser le pire scénario en matière de changements climatiques augmente t-elle de jour en jour ? Si oui, il s’agirait de se préparer à un vécu catastrophique et d’évaluer la capacité des population à vivre en situations extrêmes. Pour un traitement non frontal (et parfois digressif) de la rhétorique du seuil.

La rhétorique du seuil est à l’opposé de celle du grain de sable, du clou de fer à cheval (cf maxime de B. Franklin), ou du battement d’aile d’un papillon, c’est à dire d’une logique où un évènement minime peut avoir des effets considérables (et vice versa : un évènements majeurs aux effets nuls). Elle relève par ailleurs, dans sa version seuil « irréversible »,  d’une pensée linéaire, où les choses s’additionnent de manière simple (1+1=2, etc.), selon une pente immuable, progressive et cumulative : c’est une pensée où la goutte finit toujours par faire déborder le vase.  Elle exprime alors une menace et un ethos : ne pas franchir les limites. C’est la logique d’une crise et non d’une catastrophe. Traitement du régime causal par un retour sur la théorie de l’action (qui est aussi une théorie de l’agir), et question : que sont les seuils selon une logique non linéaire (qui est celle dont relève toute catastrophe) ? Lire la suite