Inondations au Pakistan : ce n’est pas une catastrophe (pour nous)

Les inondations au Pakistan ne sont pas catastrophiques. Pour moi, comme pour la plupart d’entre vous, c’est simplement une catastrophe de plus. Le fait est là. Nous sommes blasés. Les catastrophes se suivent et, malgré leur diversité (séismes, inondations, effondrements miniers, marées noires, …), commencent à se ressembler. Pour nous, qui ne subissons pas ces événements mais les vivons par procuration, les inondations pakistanaises sont, malgré leur ampleur d’exception, un spectacle de plus. L’effet est pernicieux. C’est comme les films d’horreur : plus on en regarde moins on est effrayé. Lire la suite

« Zones noires » : la tempête Xynthia

Nous savons depuis Naomie Klein que des Stratégies du choc sont à l’œuvre dans la gestion des catastrophes : des politiques, inacceptables en temps normal, semblent  des recours logiques en période de trauma post-catastrophe (par exemple suite à des attentats, des coups d’états ou des catastrophes naturelles).

La politique du gouvernement français en ce qui concerne les zones à risques révélées par la tempêtes Xynthia, semblent relever non pas d’une éventuelle « stratégie »1, mais d’une inaptitude structurelle à composer avec les catastrophes et le risque en général. Le recours à la tabula rasa est encore de mise, révélateur s’il en est, de l’incapacité à penser des architectures et des modes de vie locaux, adaptées aux zones à risque. L’homogénéité culturelle reste la règle. Du coup, le conseil des ministres à décider de définir des « zones noires », totalement inaptes à la résidence humaine, plutôt que de réfléchir à des modes de vie et d’habitations alternatifs (par exemple des maisons sur pilotis au lieu de pré-fabriqués en rez-de chaussée sans étages, totalement inadaptés car indépendants du site de leurs « implantation »). Lire la suite

  1. La thèse de Naomie Klein est à ce titre controversée, du fait de son fond latent aux relents de théorie du complot []