L’effet local-global (fisheye)

La place de la Puerta del Sol (Madrid). Manifestation contre l'austérité. (Photo Sergio Perez. Reuters)

La terre est ronde et rassemble l’humanité dans une même bulle.

Chacun respire désormais dans une même ambiance planétaire (nous dit-on). Les flux culturels, tant économiques que politiques et écologiques se rassemblent dans ce que l’on nomme communément la mondialisation. Comment traduire cela par l’image ?

Une photo de Libération, parue ce matin1  parvient, il me semble, à donner cette dimension à une manifestation qui a eu lieu hier soir sur la place de la Puerta del Sol (Madrid).

Le léger effet de distorsion qui courbe l’image (certainement lié à l’emploi d’un objectif fisheye) donne à lire l’événement comme la portion d’une sphère plus vaste (qui pourrait être la Terre). La manifestation s’inscrit directement, par cette simple variation de courbure, comme s’il s’agissait d’un phénomène global : indignés les espagnols ? Oui. Mais l’image ainsi travaillée suggère également : « Nous sommes tous indignés ». Lire la suite

  1. « Les Espagnols manifestent leur ras-le-bol face à l’austérité« . []

Haïti (Google trends)

Le tremblement de terre haïtien au prisme du web (via Google trends). Tout d’abord l’outil. Le principe est simple : G-trends génère des graphes qui traduisent (depuis janvier 2004)  le nombre de requêtes (Search Volume)  et le volume de billets publiés (News reference volume) en fonction de mots clés ou de web sites déterminés par l’internaute. Deux filtres sont applicables, par périodes concernées et pays de connexion. Aux pics des graphes sont associés, dans la marge de droite, les liens vers les billets correspondants à ces événements.

Dans le cas du tremblement de terre à Haïti, nous pouvons remarquer que – à l’échelle mondiale et sur une période de sept ans – en tant que « catastrophe », ce qui vient de se produire à Haïti est peu remarquable : Lire la suite