Le « spectraculaire » (Fukushima est-elle une catastrophe ?)

1967 - Enceinte interne de Fukushima Dai Ichi.

Ce qui s’est produit dans le complexe nucléaire de Fukushima Daiichi (福島第一原子力発電所) le 14 mars 2011 est un événement rare, le deuxième de ce genre après Tchernobyl. Son impact principal ne consiste pas dans sa dimension spectaculaire – l’explosion des réacteurs – mais dans sa part radioactive, invisible et difficilement quantifiable.

Cette dimension « spectrale » doit être étudiée avec la plus grande attention car elle relève d’un champ d’expérience situé en deçà de la réalité sensible. L’émission de radioactivité est en effet une donnée environnementale (kankyô 環境) avant que d’être une réalité du milieu humain (fûdo 風土). Cela signifie qu’elle affecte le vivant de manière organique, en deçà de tout registre de prédication. Autrement dit, quoi que l’on en dise, quoi que l’on en pense et quoi que l’on fasse, l’accroissement de la présence d’isotopes radioactifs dans la biosphère est une donnée avec laquelle il s’agit désormais de composer. Cela hante le monde depuis sa base, le modifiant de manière objective pour plusieurs centaines de milliers d’années1. Dans l’état actuel de nos connaissances, nous n’avons pas les moyens d’y remédier. Lire la suite

  1. La période au terme de laquelle la radioactivité décroît pour moitié varie selon les isotopes : 131Iode/8 jours; 134Césium/2 ans ; 90Strontium/28 ans ; 137Césium/30 ans ; 239Plutonium/28 mille ans ; 238Uranium/4,5 milliards d’années (Galle, Paulin, & Coursaget, 2003). []

Réouverture des écoles irradiées de Fukushima, le Japon s’émeut

Répartition de la radioactivité autour de Fukushima Dai ichi

Le 6 avril 2011, moins d’un mois après la triple catastrophe subie par la côte Nord-Est de la principale île nippone du Honshu (séisme de magnitude 9, tsunami, explosion de la centrale nucléaire de Fukushima), alors que d’autres séismes viennent s’ajouter aux répliques, et que la nature ne cesse de s’acharner autour des bâtiments de la centrale, le gouvernement japonais décide de rouvrir les écoles du département de Fukushima. Le Nikkei Weekly dans un article daté du 11 avril consacré aux relations américano-japonaises, laisse apparaître un petit encadré dans lequel l’on peut voir une photo d’enfants de primaire alignés dans une classe1. Les sous-titres expliquent aux lecteurs que la rentrée scolaire s’est déroulée normalement dans cette petite école nommée Sahara à quelques 50km des réacteurs endommagés. L’école accueillerait 85 nouveaux élèves transférés des régions victimes du tsunami et du tremblement de terre. Lire la suite

  1. Ndr : voir à ce propos, Le bleu du ciel à Fukushima []

Le bleu du ciel (à Fukushima)

Retour d'école. Shimizu, préfecture de Fukushima, 06.04.2011

Les cours ont repris depuis plus d’une semaine (mercredi 6 avril) dans la préfecture de Fukushima. Les environs immédiats de la zone d’exclusion (un périmètre de 30km autour de la centrale nucléaire défaillante) seraient donc, selon les estimations du gouvernement japonais, viables sur le long terme.

Pourtant, malgré les mesures (rassurantes) de radioactivité effectuées sur place1, le bleu du ciel n’est plus le symbole d’une journée radieuse. Le doute s’est installé, la menace nucléaire semble en avoir définitivement terni la clarté. Comment ne pas regarder cette photographie d’une mère en kimono revenant de l’école avec sa fille, sans y ajouter le spectre nucléaire marchant comme un troisième homme  ? En fait, ce tiers exclu de l’image, ce « peut-être » qui hante tous les oui-non, est un « trixel » qui surgit (et se dérobe) des pixels. Lire la suite

  1. Par des fonctionnaires du gouvernement préfectoral de Fukushima []