Haïti s’effondre t-elle ?

Il y a une dizaine de jours, un article de la BBC indiquait (je souligne) : « the Pan American Health Organisation (Paho) says it expects tens of thousands more Haitians to catch cholera in the next few years.« . je m’insurgeais contre une telle échelle de temps. Est-ce à dire que l’on envisage que l’épidémie durera « quelques années » ?!! En général on tente d’éradiquer au plus vite les épidémies… je cédais presque à la rumeur (BBC me semblant digne de confiance), mais un doute subsistait. Je décidais de vérifier. Il se trouve que, après visonnage, lors de sa conférence le docteur Jon Kim Andrus, de la Paho, a seulement parlé de » coming days« .

Je prenais conscience, grâce à cette petite frayeur, de l’extrême réactivité dans laquelle je me trouvais et commençais à imaginer ce que ce devait être pour les haïtiens eux-mêmes. La poudre à rumeurs est en place. Lire la suite

Haïti : L’anti-modèle

Je mets en ligne cette conférence de M. Lemarquet, alors recteur de l’université de Port-au-Prince, pour une lecture  historique de la crise que connait aujourd’hui la société haïtienne.

Dans cette perspective, il ne s’agirait plus de considérer la situation haïtienne comme la « simple » gestion d’une série de catastrophes (sismique, météorologique et épidémiologique), mais comme le point de basculement d’une crise profonde qui dure depuis près d’un siècle. À ce titre, l’instabilité qui règne actuellement sur l’île, ne pourrait se résoudre qu’à partir d’une compréhension de la perception haïtienne de la société-monde et donc, a fortiori de l’aide internationale présente sur le terrain.

C’est bien plus que la gestion d’une catastrophe qui semble en jeu, mais celui d’un effondrement. Lire la suite

De la destruction. Takeda Taijun

Un homme est accroupi, les mains serrant son crane, au milieu des hurlements de joie d’une rue de Shanghai. Les chinois viennent d’apprendre la reddition du Japon. Pour Takeda Taijun, alors militaire japonais de la seconde guerre mondiale, c’est la défaite, l’effondrement.

Il raconte :  » Rien ne put m’empêcher de sombrer peu à peu dans un silence vide, au point que les mouvements de mes propres organes venaient un à un retentir à mes oreilles »1. C’est de cette expérience de la peur du néant dit-il, qu’est venu l’idée de destruction. « J’entreprenais de toute mes forces d’imaginer des formes de destruction si violentes qu’elles me conduisaient à abandonner ma honte et ma faiblesse présentes, j’en savourais le goût. Et si peu que ce soit, je m’en trouvais apaisé.‘ (ibid., p. 265). Lire la suite

  1. Takeda Taijin « De la destruction », dans Cent ans de pensée au Japon, Éditions Philippe Picquier, Yves-Marie Allioux ed., 1996, Paris, p.263 []