De la destruction. Takeda Taijun

Un homme est accroupi, les mains serrant son crane, au milieu des hurlements de joie d’une rue de Shanghai. Les chinois viennent d’apprendre la reddition du Japon. Pour Takeda Taijun, alors militaire japonais de la seconde guerre mondiale, c’est la défaite, l’effondrement.

Il raconte :  » Rien ne put m’empêcher de sombrer peu à peu dans un silence vide, au point que les mouvements de mes propres organes venaient un à un retentir à mes oreilles »1. C’est de cette expérience de la peur du néant dit-il, qu’est venu l’idée de destruction. « J’entreprenais de toute mes forces d’imaginer des formes de destruction si violentes qu’elles me conduisaient à abandonner ma honte et ma faiblesse présentes, j’en savourais le goût. Et si peu que ce soit, je m’en trouvais apaisé.‘ (ibid., p. 265). Lire la suite

  1. Takeda Taijin « De la destruction », dans Cent ans de pensée au Japon, Éditions Philippe Picquier, Yves-Marie Allioux ed., 1996, Paris, p.263 []

Avatar, l’absence du politique et son renouveau mystique

Avatar est une histoire sans politiciens. La planète Pandora, tout comme Dune1, regorge d’une matière précieuse, indispensable au fonctionnement d’une civilisation devenue intergalactique. Mais, à la différence des intrigues complexes (à la fois politiques, économiques et religieuses) développées par Franck Herbert, les décisions prises par les colons de James Cameron répondent aux seuls besoins d’une industrie multi-nationale-stellaire. Celle-ci n’a qu’un seul représentant sur Pandora,  un seul homme sans relief dont la logique et la personnalité (l’humour, la sensibilité et la logique) sont celles du « tout économique » propre au monde de l’industrie. Cela semble une métaphore à peine masquée du rôle que jouent les multinationales dans la catastrophe écologique et culturelle que le monde contemporain est en train de traverser. Celle-ci est figurée dans le film par l’abattage émouvant et iconoclaste de l’arbre sacré, ainsi que par le non respect et la délocalisation des autochtones Na’vis. Lire la suite

  1. Pas uniquement le film de David Lynch mais aussi, et surtout, la trilogie de Franck Herbert. Les ressemblances entre Dune et Avatar vont plus loin. Il faudra en effet que Paul Atréides chevauche Shai Ulud, le redoutable ver des sables, pour devenir véritablement Muad’dib, le prophète qui guidera les Fremens et Arrakis-Dune vers leur destin doré. []