Chili : l’imaginaire tsunamique en défaut

Tsunami Solaire. Trinity College DublinQuand on dit « Tsunami », on imagine un raz-de-marée devancé d’une immense vague produite par une forte déflagration (séisme ou chute de météorite). On pense par exemple à La grande vague de Kanagawa, peinte par Hokusai, ou  à certaines images prises lors du séisme indonésien de décembre 2004.

Selon ce modèle imaginaire, la NASA et le Trinity College de Dublin ont qualifié de « tsunami solaire » la gigantesque éruption qui s’est produite le 19 mai 2007 à la surface du Soleil.

Si le tsunami qui s’est produit le 27 février au Chili, n’a pas fait parlé de lui, c’est peut-être parce qu’il était d’une autre forme. Il ne relevait pas de cet imaginaire. Pas de grande vague, pas de mur d’eau, mais une lente et inexorable montée des eaux – parfois sur plus de 10km – à l’intérieur des terres1. Ce tsunami était, une fois n’est pas coutume, lent et comme « tranquille ». Lire la suite

  1. Source locale : Alfredo Pena-Vega, chercheur associé du Centre Edgar Morin, sur place le jour du séisme. []