Inondations au Pakistan : ce n’est pas une catastrophe (pour nous)

Les inondations au Pakistan ne sont pas catastrophiques. Pour moi, comme pour la plupart d’entre vous, c’est simplement une catastrophe de plus. Le fait est là. Nous sommes blasés. Les catastrophes se suivent et, malgré leur diversité (séismes, inondations, effondrements miniers, marées noires, …), commencent à se ressembler. Pour nous, qui ne subissons pas ces événements mais les vivons par procuration, les inondations pakistanaises sont, malgré leur ampleur d’exception, un spectacle de plus. L’effet est pernicieux. C’est comme les films d’horreur : plus on en regarde moins on est effrayé. Lire la suite

War Game : Catastrophes et jeux vidéos

Capture d’écran 2010-04-07 à 18.52.57

La vidéo de guerre qui gêne l’armée américaine

« La guerre, c’est parfois facile comme un jeu vidéo. (…) Comme dans un mauvais remake d’« Apocalypse Now », les occupants de l’hélico de type Apache lancent des « yeah » de joie quand leurs cibles sont touchées, et n’hésitent pas à ouvrir le feu sur des hommes visiblement désarmés qui viennent s’occuper des victimes du premier engagement »1.

En dehors de l’aspect « bavure » et du comportement « enjoué » des militaires américains (qui, pour ma part, ne me surprennent pas plus que ça), ce qui fait sérieusement question est le lien profond entre catastrophes et jeux vidéos. Lire la suite

  1. extrait d’un article paru sur Rue89, voir également Keep shoot’n, Keep shoot’n!, de Jean-No : « Les images (…) montrent bien à quel point une vision lointaine — on voit les corps et les mouvements mais on ne distingue pas les visages ni même la nature des objets de manière précise — rend possible les actions les plus inhumaines. » []

Danser sur les ruines

Danser sur les ruines-Haïti-Seisme-2010Les premières images haïtiennes du clip « We are the world 25 » présentent un homme en train de nettoyer une pièce de métal tordu, s’ensuit un travelling arrière qui montre l’ampleur du désastre – un champ de ruines1 puis, scène surréaliste : un enfant qui danse sur des décombres.

En fait la surprise va rapidement devenir un lieu commun : on danse sur les ruines, tout le monde et , à la limite, surtout les haïtiens. Le script « off »  montre des images haïtiennes.  Ce n’est qu’une trame « flashée » qui ponctue la trame centrale du clip, à savoir  la mobilisation des chanteurs people. Au début seuls les enfants dansent, jouent au foot, à la trottinette et sourient. Les adultes ont le visage sérieux, il s’occupent de faire parvenir puis de distribuer les aides alimentaires arrivées par hélicoptère. Mais finalement, petit à petit, la musique va crescendo (jusqu’à la version rap) et tout le monde danse et sourit. La vie et la joie reprennent le dessus, grâce à la musique. Lire la suite

  1. Avec tout de même, au premier plan, un cameraman qui passe dans le champ, annonçant déjà la présence et le rôle des médias []