Un ciel sans nuage (radioactif)

Depuis hier, c’est le ciel bleu, pas un nuage. Et des enfants jouent sur la place du village. Les nuages sont intérieurs, invisibles au regard. Peut-on d’ailleurs, en parlant de radioactivité, parler de « nuage » ?

En toute rigueur, non. Il n’y a aucune condensation, aucune manifestation vaporeuse, aucune sensation d’humidité, pas même la trace de turbulences semblables à celle d’un soupçon de lait dans du café. La radioactivité n’est pas nuageuse, ces deux phénomènes n’ont en commun qu’une propriété: se déplacer au gré des vents, le vent les emportera. Lire la suite

Inondations au Pakistan : ce n’est pas une catastrophe (pour nous)

Les inondations au Pakistan ne sont pas catastrophiques. Pour moi, comme pour la plupart d’entre vous, c’est simplement une catastrophe de plus. Le fait est là. Nous sommes blasés. Les catastrophes se suivent et, malgré leur diversité (séismes, inondations, effondrements miniers, marées noires, …), commencent à se ressembler. Pour nous, qui ne subissons pas ces événements mais les vivons par procuration, les inondations pakistanaises sont, malgré leur ampleur d’exception, un spectacle de plus. L’effet est pernicieux. C’est comme les films d’horreur : plus on en regarde moins on est effrayé. Lire la suite

Le renouveau du passé ?

Certains films récents semblent indiquer une fuite de l’humain et l’histoire contemporaine, un renversement de l’imaginaire.  Peut-être traversons nous plus qu’une période de changement, un changement de période dont la caractéristique principale serait l’inversion du référent temporel situé non plus dans l’avenir mais… dans le passé. De « modernes » les sociétés seraient-elles en voie de (re)devenir « traditionnelles » ?

Jusque récemment, l’homme moderne, l’occidental, le « blond », regarde ses productions techniques et l’histoire comme des facteurs de progrès et d’évolution. Il ne doute pas. Pas en lui, pas en l’avenir. Il dit de ceux qui vivent dans les forêts, les déserts, les steppes et les montagnes, qu’ils sont « en retard ». Il les nomme « primitifs », « sauvages » et qualifie leurs sociétés de « traditionnelles ». Car il ne considère pas le passé comme une référence. Pour lui, le culte des ancêtres relève du « carnaval », et les faits relatés par les mythes, des contes pour enfants. Il n’a pas foi dans son passé, il s’en extirpe comme de la glèbe, de l’arbre et de l’animal. Pour l’homme moderne, contrairement aux « sauvages », le passé n’est pas une source mais une marée qu’il fuit. Car pour lui, tout se passe dans l’avenir.

Mais voici que l’avenir prend fin. Voici que le doute s’installe. L’avenir l’effraie et le voilà soudain qui cherche à nouveau dans le passé les référents de son imaginaire. Le bio s’y ressource, les méthodes « traditionnelles » y gisent comme des joyaux, les peuples rebaptisés « premiers » sont assimilés  à des passeurs-chaman dans un dialogue perdu avec la nature.

Nous assistons peut-être, ces années 2000, à la fin de l’avenir mais aussi, au renouveau du passé et à sa revalorisation. L’homme moderne va t-il redevenir « traditionnel », c’est à dire réhabiliter son passé ? Ou bien sera t-il post-moderne en inventant un nouvel avenir et de nouvelles utopies – non catastrophiques ? Ou bien encore, devrons nous passer par les catastrophes puisque ce sont elles qui semblent avoir jusque-là  provoqué les grands changements sociaux culturels1?

  1. La stratégie du choc, Naomi Klein, Actes Sud, 2008 []