Le « spectraculaire » (Fukushima est-elle une catastrophe ?)

1967 - Enceinte interne de Fukushima Dai Ichi.

Ce qui s’est produit dans le complexe nucléaire de Fukushima Daiichi (福島第一原子力発電所) le 14 mars 2011 est un événement rare, le deuxième de ce genre après Tchernobyl. Son impact principal ne consiste pas dans sa dimension spectaculaire – l’explosion des réacteurs – mais dans sa part radioactive, invisible et difficilement quantifiable.

Cette dimension « spectrale » doit être étudiée avec la plus grande attention car elle relève d’un champ d’expérience situé en deçà de la réalité sensible. L’émission de radioactivité est en effet une donnée environnementale (kankyô 環境) avant que d’être une réalité du milieu humain (fûdo 風土). Cela signifie qu’elle affecte le vivant de manière organique, en deçà de tout registre de prédication. Autrement dit, quoi que l’on en dise, quoi que l’on en pense et quoi que l’on fasse, l’accroissement de la présence d’isotopes radioactifs dans la biosphère est une donnée avec laquelle il s’agit désormais de composer. Cela hante le monde depuis sa base, le modifiant de manière objective pour plusieurs centaines de milliers d’années1. Dans l’état actuel de nos connaissances, nous n’avons pas les moyens d’y remédier. Lire la suite

  1. La période au terme de laquelle la radioactivité décroît pour moitié varie selon les isotopes : 131Iode/8 jours; 134Césium/2 ans ; 90Strontium/28 ans ; 137Césium/30 ans ; 239Plutonium/28 mille ans ; 238Uranium/4,5 milliards d’années (Galle, Paulin, & Coursaget, 2003). []