Pari(s) visuel

En janvier 1910, Paris connaît la crue la plus importante de son histoire. Loin d’être une catastrophe1, elle draine depuis les banlieues et la province une deuxième vague, un véritable flot touristique vient en effet assister à ce qu’il surnomme déjà « Paris-Venise ». Le phénomène badauds (qui caractérise toutes catastrophes),  y prend une tournure particulière. Il s’agit non seulement d’assister au spectacle et de montrer-prouver que l’on y était, mais aussi de se mettre en scène sur les sites (avec les incontournables clichés parisiens : tour Eiffel, place de la Concorde, etc.). La photographie joue à cette occasion un rôle de premier ordre. Les cartes postales associées à l’événement sont produites dans l’heure et se vendent plus que les petits pains, à l’arrachée2. Elles sont expédiées aussi « sec » – le cachet de la poste faisant foi – aux quatre coins de France, de Navarre et au-delà. Les photographes de rue et les imprimeurs sont – eux aussi – débordés ; les photos de famille s’étoffent soudainement de ce moment historicisé à une vitesse exceptionnelle.

Il est certain que le caractère iconique de Paris ainsi que la beauté quasi cinématographique des photos3, jouent un rôle dans ce pari visuel. Exit les dégâts matériels, l’histoire médiatique du moment privilégiera une seconde vague, de solidarité cette fois. Étrangement la crue la plus importante de Paris semble donc se résumer à un moment de rêve, de surnaturel, et d’enthousiasme presque euphorique. Ça c’est Paris !


  1. Même si les dégâts matériels sont extrêmement importants, une seule personne a été emportée par les flots []
  2. Voir sur ce mouvement de tourisme et ses mises en scènes, outre les nombreuses photos qui en attestent, le reportage vidéo de 5 min réalisée par Julia Bouchet []
  3. Cf. Une sélection sur Flickr, Paris flood et Paris Inondé 1910 associé à l’exposition de la Ville de Paris qui débute aujourd’hui, ainsi qu’un diaporama du Magazine Les Echos []