De la destruction. Takeda Taijun

Un homme est accroupi, les mains serrant son crane, au milieu des hurlements de joie d’une rue de Shanghai. Les chinois viennent d’apprendre la reddition du Japon. Pour Takeda Taijun, alors militaire japonais de la seconde guerre mondiale, c’est la défaite, l’effondrement.

Il raconte :  » Rien ne put m’empêcher de sombrer peu à peu dans un silence vide, au point que les mouvements de mes propres organes venaient un à un retentir à mes oreilles »1. C’est de cette expérience de la peur du néant dit-il, qu’est venu l’idée de destruction. « J’entreprenais de toute mes forces d’imaginer des formes de destruction si violentes qu’elles me conduisaient à abandonner ma honte et ma faiblesse présentes, j’en savourais le goût. Et si peu que ce soit, je m’en trouvais apaisé.‘ (ibid., p. 265). Lire la suite

  1. Takeda Taijin « De la destruction », dans Cent ans de pensée au Japon, Éditions Philippe Picquier, Yves-Marie Allioux ed., 1996, Paris, p.263 []