Un 11 septembre (de circonstance)

Comment ne pas lire l’actualité du jour sans le spectre de l’événement qui a reconfiguré la donne géopolitique contemporaine ? Au comptoir du Vrai Paris, j’observe un panorama des titres de l’actualité. Dispersés à plat sur le zinc ou semi-verticaux (entre les mains des usagers), les quotidiens font tous le lien, implicite ou explicite avec l’événement qui fait date : 09/11. Toutes les circonstances concourent à en montrer les répliques. il ne s’agit pas semble t-il, de commémorer son souvenir, mais son actualité. La date du jour ressemble dès lors à une simple mise à jour : passage de la version 0.1 à 1.0.

À l’est, le Pakistan embourbé dans l’inondation et des conditions d’hygiènes extrêmes, doit composer avec une nouvelle forme d’insularité, dû à une incertitude morale et religieuse : pays musulmans allié des États Unis dans la lutte contre les talibans, il est difficilement classable, donc louche. Il semble devenir dès lors un enjeu géostratégique. celui de la lutte contre le terrorisme d’une part, celui de la lutte contre l’impérialisme américain d’autre part.

Subrepticement, le théâtre des conflits se déplace sur le territoire pakistanais. L’accroissement des frappes de drones au Pakistan (Le Monde, 08/09/2010) et la résurgence d’attentats suicides, ne sont, à mon sens, pas un hasard . L’humanitaire y prend dès lors une dimension géopolitique fort peu homogène et tout à fait contre-productive pour porter secours aux populations sinistrées. De fait, c’est le chaos : en plus des conditions rendues difficiles du fait de la catastrophe elle-même, du défaut de mobilisation de l‘aide internationale et d’une gangrène de corruption bien installée, les talibans projetteraient, selon Washington, d’attaquer les membres étrangers des organisations humanitaires venus sur place : de quoi dissuader n’importe quels bénévoles. Cette information1 souligne aussi implicitement que le grand ennemi – le terrorisme – ne se contenterait  plus seulement « d’attaques violentes visant des innocents »2, il tirerait aussi sur l’ambulance. D’un autre côté, pas très loin (en Afghanistan), des membres des forces régulières – des militaires Gi’s – chassent les civils « pour s’amuser » et se divertir3. Ils en ramènent de biens sinistres trophées, des doigts d’honneur d’un nouveau genre.

L’escalade de la violence aveugle, va ainsi de paire avec celle sous haut commandement, toutes deux caractérisées par une double incertitude : de la cible et de la guerre. On ne sait plus (ou vaguement) qui est l’ennemi, on ne sait plus (ou vaguement) quand la violence est légitime. Le front est partout et nulle part, et sous toutes les formes. Anthropomorphes ou droïdes, la menace n’a pas de d’origine précise. C’est l’ère de la terreur devenu substantive : le terrorisme. Elle semble prendre, au Pakistan, une forme globale, à la fois anthropique (instabilité politique, terrorisme et crise de l’humanitaire) et – suite à cette « attaque sauvage de la nature »4- environnementale.

De l’autre côté des montagnes himalayennes, la saison 2 des incendies de cet été (en Russie) viend de commencer : des forêts du Kazakhstan brûlent. Ils réactivent les soupçons de vent de cendres radioactives, que cela avait suscité, mais médiatisent surtout la grande sécheresse à l’origine de ces feux. L’impact de cette dernière sur le cours du blé notamment, pourrait alimenter des émeutes de la faim à l’échelle mondiale.  La colère de cet enfant du Mozambique illustre5 ainsi , celle de toutes les populations pour lesquels le superflue n’est pas nécessaire. L’instabilité serait mondiale, le cours de l’or a d’ailleurs doublé en deux ans nous rappelle le journal de 13h sur France2 : les parisiens font la queue pour vendre leurs gourmettes et bagues de fiançailles  » pour faire face à la Crise ». C’est la conscience de l’échelle mondiale qui est ici stimulée, comme ce fut le cas pour 09/11.

À San Francisco, un incendie impressionnant6, non loin de l’aéroport international réveille le spectre d’un acte terroriste, à l’avant veille de la commémoration – sous haute tension – du 11 Septembre. La volatilité du climat mondiale est dès lors amplifiée à l’extrême par les médias : des cas isolés entrent dans le jeu géopolitique international et se découvrent  un poids qu’eux même n’auraient pu soupçonner. Ainsi,  Interpol, vient de lancer une alerte globale pour un coran sous menace de pasteurisation (par Terry Jones). Cette affaire est elle même un cas isolé d’une série de polémiques liées à la décision d’édifier une mosquée au Rez-de Chaussée (Ground Zero). L’origine de cette polémique serait due à la provocante anti-islamiste militante,  Pamela Geller. Une « simple blogueuse »7

Retour sur images :

À gauche sur ce billet, les images de l’actualité qui donnent le ton de la polémique : un pasteur qui veut brûler son exemplaire du Coran, 4 militaires  détraqués qui jouent les chasseurs de doigts et une bimbo militante.

À droite, une crise humanitaire au Pakistan et des tensions liées à l’augmentation du prix du blé.

N’y aurait-il pas deux poids deux mesures ?

  1. Rumeur d’origine étatique ? je ne trouve pas d’autres source que celle de l’AFP : « Les talibans veulent attaquer des humanitaires, prévient un responsable US«  []
  2. dixit Interpole suite à l’affaire d’autodafé coranique []
  3. Cf., à propos du rapport entre divertissement – jeux vidéos – et forme guerrière contemporaines, War Game : catastrophes et jeux vidéos []
  4. Dixit L’ambassadeur américain à l’ONU, Abdullah Haroon []
  5. Source, Le figaro pour le  New York Times []
  6. Mais finalement rapidement éradiqué. []
  7. Puis soutenue par l’imam Feisal Abdul Rauf, qui défend aujourd’hui la volonté de « building on faith » dans la maison de Cordou – « Cordoba House ». Voir l’excellent article d’Emcee: « Et, brusquement, la polémique s’enflamma à propos de la ‘mosquée de Ground Zéro«  []

3 réflexions au sujet de « Un 11 septembre (de circonstance) »

  1. @ Yoann: tu as raison de me reprendre sur mon ton un peu rapidement affirmatif. C’est effectivement plus une intuition que quelque chose de démontré mais le début de ton billet synthétise très bien une intuition d’où ma réaction.
    C’est-à-dire: à feuilleter les commémorations de Mai 68 dans la presse (magazine surtout depuis 1968), j’ai le sentiment que l’effort (visible mais aussi très artificiel) pour rattacher l’événement commémoré (Mai 68 en l’occurrence) à l’actualité de la publication est quasi systématique. Une forme de “jeux d’événements” au sein des magazines comme on dirait “jeux de mots”, au détriment (bien sûr) des interprétations de ces événements…
    à creuser

  2. Le jeu entre commémoration d’un événement et actualité avec laquelle il ferait résonance est un classique médiatique. Comme une forme d’actualisation de l’événement commémoré pour l’inscrire – l’espace d’un numéro – dans un flux historique…

    • @ Audrey : Merci Audrey. Le fait qu’il y ait résonance actualité-commémoration ça c’est « banal » (un autre mot pour « classique »), ok, admettons (m’offrira tu tout de même un petit bouquet de cas d’écoles – liens – sur la question ?). Pour moi, au fond ce n’est pas tant la question théorique d’une tactique médiatique (et donc aussi géopolitique) qui importe. Mais bien plutôt (suite au billet « Le journalisme visuel arrive au Pakistan« , de Fatima Aziz) de ce qu’elle implique pour l’évolution de la situation actuelle au Pakistan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *