Inondations au Pakistan : ce n’est pas une catastrophe (pour nous)

Les inondations au Pakistan ne sont pas catastrophiques. Pour moi, comme pour la plupart d’entre vous, c’est simplement une catastrophe de plus. Le fait est là. Nous sommes blasés. Les catastrophes se suivent et, malgré leur diversité (séismes, inondations, effondrements miniers, marées noires, …), commencent à se ressembler. Pour nous, qui ne subissons pas ces événements mais les vivons par procuration, les inondations pakistanaises sont, malgré leur ampleur d’exception, un spectacle de plus. L’effet est pernicieux. C’est comme les films d’horreur : plus on en regarde moins on est effrayé.

La mousson de cette année est en tous points exceptionnelle, hors normes. Elle touche un très grand nombre de personnes (plus de 13 millions) de plusieurs États (Pakistan surtout, mais aussi la Chine et l’Inde).  C’est bien – concrètement, objectivement – une catastrophe, et non des moindres. Son impact sur nous ? Presque zéro, banal, déjà vu. Cette inondation au Pakistan, ce n’est pas nouveau, ça ressemble à un remake.

Ce qui nous préoccupe est au delà. C’est la question de  la fréquence des événements dits « catastrophiques ». Le calme apparent que nous montrons en regardant ces images de personnes dans la boue, d’enfants solitaires, de cadavres sous les linceuls et de visages de détresse, cache une inquiétude plus vaste. Un catastrophisme. Si notre intérêt pour cet événement se limite à l’information de base (« c’est une catastrophe »), si nous nous contentons d’en lire les gros titres qui nous résument l’essentiel (x nombre de morts,  y personnes affectées et z millions de $ de coûts matériels associés), c’est que nous commençons simplement à compter, à faire des statistiques. C’est cela qui, pour nous, devient pertinent, car ce nous voulons savoir c’est si la fréquence des catastrophes s’accroît. Y a t-il de plus en plus de catastrophes ?

Ce que nous voudrions savoir en somme, c’est comment traiter le mal. Si toutes ces catastrophes sont les symptômes d’un désordre plus grand (par exemple le réchauffement climatique), alors il faut traiter globalement, localement ne servirait à rien. Deviendrions-nous soudain holistiques ? Ce questionnement général, qui peut avoir sa pertinence, ne peut justifier de se désintéresser du symptôme.1 Le questionnement global ne peut justifier le désengagement local.

Je ne suis pas en train de  militer pas pour que nous aidions financièrement les Pakistanais, le désengagement dont je parle consiste déjà dans le fait de ne plus s’y intéresser, de ne plus être affecté, de regarder ces images avec le minimum syndical d’émotion. Nous zappons ce dont la caractéristique principale est de ne pouvoir être zappé, ou seulement après ce que l’on nomme « un travail de deuil ». Pouvoir raconter son expérience de la catastrophe, la mettre à distance, c’est l’objectif principal de toutes les prises en charges des traumas post catastrophes. Ce dont il faut se rendre compte c’est que la mise en spectacle, en images, en informations est le care catastrophique. Ce que nous télé-spectateurs2 recevons, c’est la pommade, pas le choc.

Ce que nous observons, c’est le spectacle d’une tragédie, pas la tragédie. Ce que nous ressentons (tristesse, compassion, révolte, …) et vivons en regardant ce spectacle, ou en en lisant le récit, Aristote le nommait catharsis3. C’est le principe d’une démarche thérapeutique : mettre à distance, en récit, en images et se désimpliquer progressivement . En somme, ce que nous zappons c’est, d’une part, une mise en situation qui génère le mouvement de sortie des émotions tragiques (la catharsis) et, d’autre part, plus pragmatiquement, des informations qui pourraient nous servir en cas de situation similaire4 :  les pieds (et le bec) dans l’eau5.

Épilogue : du coup, peut-être parce que l’enjeu n’est plus dans la catastrophe elle-même, nous avons accès (via le journal Libération – qui les tient de MSF) à une vidéo rare. Elles nous montre un quotidien banal (et ça c’est original). Tout y est paisible. Seuls les bâtiments sont effondrés. Comme chaque fois, le calme règne, après la tempête.

  1. Cela est similaire à ce que défendais Henri Atlan dans son article, très controversé à sa sortie – La religion de la catastrophe, Le Monde du 27.03.10 – (archivé) à propos du changement climatique. On ne peut être certain qu’une perturbation du climat à l’échelle planétaire est effective. Mais cette conviction est possible localement. Nous pouvons donc commencer par agir localement, là où nous observons des dérèglements, tout en gardant un œil sur l’évolution du système global. Si le réchauffement climatique se confirme, alors nous aurons déjà commencé à agir. []
  2. ie « ceux qui regardent de loin » : via téléviseur, internet, journaux papier, ondes radios ou autres []
  3. C’est, à mon sens, l’un des modes grecs de traitement des catastrophes : par le théâtre. Les tragédies provoquent, lors du dernier acte  – la catastrophè – par empathie, une émotion  libératrice  et purificatrice – la catharsis. []
  4. Par exemple comment filtrer les eaux avec les moyens du bord ? Quelles sont les règles minimales d’hygiènes à respecter face au choléra ? []
  5. Même si ce n’était pas l’objet de cet article, vous pouvez tout de même agir dé-localement, en envoyons vos dons – via msf, unicef, solidarités.org ou care ou autres []

25 réflexions au sujet de « Inondations au Pakistan : ce n’est pas une catastrophe (pour nous) »

  1. Tout le monde peut le faire au quotidien avec de simples gestes pour une Terre en bonne sante. Avec la classe nous avons decidé decrire et dafficher une liste de conseils a suivre pour economiser lenergie tout au long de la journee. Ne pas allumer tous les appareils electriques en meme temps. Dans lecole nous avons realise une campagne daffichage pour que les eleves des autres classes pensent a economiser les energies. Nous les avons accrochees sur les murs sur les portes au dessus des poubelles et des lavabos dans les toilettes dans la cour.

  2. Bonsoir Monsieur Moreau,

    Je me permets de vous contacter pour vous demander un renseignement…
    En fait, avec mon association nous allons organiser une collecte de fond dans notre université pour le Pakistan en association avec la Croix Rouge et pour nos affiches et nos flys nous aimerions savoir s’il serait possible d’utiliser la première photo de cet article (l’enfant accroupi dans l’eau) ou si vous n’en êtes pas l’auteur pourriez-vous me dire par mail, par exemple, comment le contacter?

    merci infiniment pour le temps que vous nous accordez!!!

    • @ Hakima. Je ne suis pas le propriétaire des droits sur cette photo, c’est peut-être l’agence Reuters qui l’a reprise, ou Channel4. Voici les occurrences de cette image sur le web, ce qui pourrait vous permettre d’en savoir un peu plus. N’hésitez pas à me tenir informé de votre démarche et si je peux vous aider d’une manière ou d’une autre, ce sera volontiers.

  3. « Plus il y a de victimes, moins le coupable est condamné »
    « Ces résultats surprenants s’expliquent par l’empathie ressentie face aux victimes qui s’exprime plus facilement lorsqu’elles sont peu nombreuses et clairement identifiées. »
    http://www.slate.fr/lien/27375/plus-il-y-de-victimes-moins-le-coupable-est-condamne
    Dans le cas des catastrophes, il faut à la fois un grand nombre de victimes et des victimes clairement identifiées par des reportages qui mettent l’accent sur des situations individuelles pour susciter l’émotion, la compassion et la générosité.

  4. Ping : Un 11 septembre (de circonstance) | Catastrophes

  5. Ping : Figure d’une catastrophe : Omaira Sanchez | Catastrophes

  6. Bonjour,

    « La catastrophe prend sa dimension dans la durée, facteur peu propice au temps médiatique »

    Cette vidéo de MSF me fait penser aux séquences « no comment » que diffusait un temps (encore ?) Euronews. Il y a, d’une part, l’absence de commentaires journalistiques qui redoubleraient non seulement les images mais supprimeraient aussi le son d’ambiance, dont on profite pleinement ici (Je suis toujours gêné en regardant les actus TV de cette amputation du son qui éliminent tant « d’informations' » justement).

    Mais ce qui est vraiment frappant, je crois, c’est que ce montage croisent deux genres, deux catégories en offrant d’abord une certaine picturalité (1ère partie) puis la durée des (bons) documentaires qui donnent du temps pour voir, et même regarder.

    Ces images ont ainsi une qualité, un tempo, qui n’est pas celui des news tv, comme on l’a fait remarquer dans l’article. On peut ainsi lister les « vues » qui proposent un autre « point de vue » sur l’événement et qui font dévier ce film du flux et de la captation télévisuelle vers la tradition picturale (même de manière faible , certes) :

    – 10″, l’enfant sur la colline
    – la série de panoramas qui suit
    – 38″ les deux hommes sur une hauteur, qui suivent des « ruines » presque romantiques
    – …

    Et puis, il y a séquence du tracteur (avec cette « image » des hommes entassés sur sa remorque qui signe, caractérise et rappelle peut-être les difficultés de déplacement dans les régions les plus pauvres du monde) où les regards indifférents des passants captés par la caméra nous renvoient justement à notre étrangeté. Téléspectateurs, nous ne sommes pas là pour eux.. mais pour voir-regarder ce qui (leur) arrivent. Or, ce tracteur qui semblent par lui-même véhiculer tous les effets de la catastrophe est suivi de ce seul homme (solitaire ou suivant l’engin, comment savoir) qui tire sa (pleine) valise dans une eau lui montant jusqu’aux genoux.. Je m’arrête sur cette image là, miniature de la catastrophe et qui donne la mesure des déplacements de population qui pourraient suivre…. et que nous suggèrent aussi les vues de la foule qui lui succèdent.

    Le film se termine presque en boucle, par de nouvelles vues de ruines et s’avère ici être véritablement un montage plutôt qu’un simple collage d’image. Il y a une volonté de faire, de construire, un récit.

    Il me semble que ce film tient sa qualité d’un regard distant, quelque peu poétique (même par défaut) et de ce montage qui permet une progression dans la découverte visuelle de l’événement.

    @ Yoann Moreau : je suis d’autant moins catastrophé que la mousson est un phénomène naturel, saisonnier, cyclique… La question est en effet de savoir si l’événement est hors-norme mais exceptionnel ou s’il traduit (là comme ailleurs) des bouleversement climatiques majeurs, dont effectivement je peux me préoccuper à titre personnel…

  7. @Yoann Moreau « Pour nous ce ne sont que des informations, que du spectacle, je maintiens. »
    C’est toute l’ambiguïté des médias. Pour que la catastrophe existe, il faut que les médias en fassent un spectacle.
    Ce serait sans doute intéressant d’avoir un point de vue d’historien sur ce sujet. Les famines paysannes faisaient-elles frémir la bourgeoisie des villes? Combien de temps a-t-il fallu et par quels biais pour que la misère ouvrière suscite l’émotion au sein de la bourgeoisie?

    • @ Thierry : même dans le cas où les médias ont un max d’images et de raisons de mettre en scène la catastrophe (par exemple Katrina ou le tsunamis indonésien), ce ne sont pas, pour nous, des catastrophes. C’est cela que je voulais dire. En fait, ce que peuvent les médias c’est d’en faire (ou non) un (bon) spectacle et un (bon) récit.
      Il faut bien distinguer les points de vue, une catastrophe n’existe pas en soi. Si un séisme de magnitude 12 se produit dans un lieu sans vies humaines (l’océan, Mars), ce n’est pas une catastrophe. Quand tu dis « Pour que la catastrophe existe, il faut que les médias en fassent un spectacle » tu oublies à mon sens, le « pour nous » : Pour que la catastrophe existe pour nous, il faut que les médias nous en ai fait le spectacle. La catastrophe, pour les Pakistanais (les Haïtiens, les sinistrés de Xynthia, …), a bien eu lieu – pour eux – indépendamment que les médias en parlent ou non.

  8. http://www.liberation.fr/monde/0101652390-aide-au-compte-gouttes-au-pakistan
     » Pour tenter d’expliquer les difficultés rencontrées dans la récolte des fonds, la porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU, Elizabeth Byrs, a souligné le «déficit d’image» du pays dans «les opinions publiques occidentales». »
     » Filipe Ribeiro, le directeur général de Médecins sans frontières, évoque le manque d’image : «Sur cette catastrophe, les médias n’ont pas été prescripteurs d’émotion et de solutions.» Et parle d’une «crise évolutive et progressive sur plusieurs jours, difficilement lisible», à la différence d’un tsunami ou d’une secousse. »

  9. «Le « déficit d’image » du Pakistan sur la scène internationale et la mobilisation massive des donateurs pour le séisme en Haïti expliquent les difficultés de l’ONU à récolter des fonds pour secourir les millions de sinistrés des inondations au Pakistan, expliquent les experts. (…) Dans les médias, poursuit M. Ribeiro, le Pakistan est « clairement lié au terrorisme et à la corruption », ce qui laisse entendre que « les victimes ne sont pas aussi innocentes que d’autres ».» AFP, 16/08/2010
    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iJidoR7oGbbpIxCkb9he5twJVolQ

    • @ Uisce : Merci pour le lien. Ça me rappelle une certaine stratégie du choc… cependant je ne cautionne pas le chantage implicite de cet article qui dit (aussi) en gros : si nous n’aidons pas les sinistrés pakistanais ce sont les filières terroristes qui le feront et gagnerons ainsi des fidèles. Vu comme cela, on dirait une querelle de clochers sur fond de paranoïa planétaire (09-11 quand tu nous tiens !)

      @ Thierry : Merci pour ta relecture des catastrophes à l’aune de leurs volumes d’enregistrements iconographiques (vidéos et photos) et du degré de proximité que nous entretenons avec les sinistrés. Je te rejoins. Pour ce qui est de leur traitement médiatique, tu dis : « il (cet événement) n’est pas exploité par les médias parce qu’ils pensent qu’il n’est pas de nature à susciter la compassion ». Les médias peuvent se tromper, et c’est ce qu’il s’agit de montrer, même si comme tu le dis « le photo-journalisme (plus humaniste ? Plus à même de susciter la compassion ?) est mort « .

      @ Alexie : Je te rejoins, ce n’est pas la proximité de race, de religion ou de nationalité qui devrait importer. Et, de fait, ce n’est à mon sens pas le cas. Je ne crois pas que cela soit dû au fait que le Pakistan est majoritairement musulmans, mais bien plutôt que c’est un pays qui a peu de réseau (peu de ses ressortissants à l’extérieur, peu de touristes à l’intérieur, mais aussi peu de gens qui parlent d’autres langues et peuvent donc créer des liens externes via le net).
      Peu de réseau donc. Imagine un instant que tu ais lié un contact avec un pakistanais (via Facebook par exemple). En ce moment tu chercherais à le contacter, à savoir comment il va, tu te renseignerais dans le détail sur la catastrophe. Et cela même si tu étais raciste et que cette personne soit l’exception (comme le Pen avec ses boys africains). Ce qui compte, pour s’intéresser à un événement de type catastrophe, ce ne sont pas les généralités, mais les singularités que nous y avons.

      @ André : Merci ! De fait il y a un paquet d’articles qui tentent de donner des explications à l’inertie (émotionnelle, humanitaire et médiatique), c’est pourquoi je ne voulais pas traiter cet événement selon cet axe, mais prendre le fait comme tel et en étudier quelques conséquences..

      @ tous : J’ai une question : Est-ce que vous êtes catastrophés par cet événement ? Est-ce que vous avez le sentiment d’avoir perdu qqch d’irréversible ? Non. Ce n’est pas le cas (j’espère). Pour nous ce ne sont que des informations, que du spectacle, je maintiens.

  10. D’étranges étrangers quoi… Je pense qu’une catastrophe naturelle dans une partie touristique de la Turquie susciterait une forte médiatisation et soulèverait une forte émotion.

  11. @alexie Je suis d’accord. Un évènement n’existe que s’il est exploité par les médias (d’où d’ailleurs la censure des dictatures sur leurs catastrophes naturelles) et ce n’est que s’il est exploité par les médias qu’il pourra susciter la compassion. Mon hypothèse, c’est qu’ici il n’est pas exploité par les médias parce qu’ils pensent qu’il n’est pas de nature à susciter la compassion.

  12. Est-ce que le système médiatique n’a pas sa part dans ce ressenti ?
    je veux dire, si on compare avec Haiti, la présence médiatique, le nombre d’images que l’on a pu voir (presse, tv…) de l’évènement faisait que chacun d’entre nous se sentait concerné, se sentait « proche » de l’évènement,
    en comparaison, nous voyons bien moins d’images de ces inondations…elles nous paraissent plus lointaines, moins « graves » alors que l’ampleur est a priori comparable
    Il me semble que cette « absence » médiatique y est pour quelque chose…

  13. « Pour moi, comme pour la plupart d’entre vous, c’est simplement une catastrophe de plus. Le fait est là. Nous sommes blasés. »
    Je ne crois pas que nous soyons plus ou moins blasés que d’habitudes. C’est simplement que ce qui suscite la compassion ce n’est pas temps l’ampleur de la catastrophe, que la distance affective que nous entretenons avec les victimes.
    Les inondations récentes en France dont la commune de « La Faute sur mer » est devenue le symbole, a touché les français parce que ceux-ci se sont identifiés aux victimes. Les victimes étaient proches de nous géographiquement et culturellement. Leurs rêves et leurs souffrances étaient nôtres. L’ampleur de la catastrophe était dérisoire par rapport à ce qui se passe chaque année un peu partout dans le monde, mais les images nous étaient familières, les récits étaient immédiatement compréhensibles, les victimes appartenaient quasiment à notre famille. Je doute cependant qu’en dehors de la France, cette catastrophe ait suscité beaucoup de compassion.
    Le tsunami bien qu’il se soit produit loin de chez nous, a mobilisé tous les pays occidentaux parce que c’était la première catastrophe naturelle globalisée. La couverture médiatique a été exceptionnelle et mondiale, parce que la presse disposait d’un matériau exceptionnel. Chaque pays avait ses clips vidéos réalisés par ses ressortissants, ses récits dramatiques réalisés dans sa langue par des victimes. Destination touristique mondiale, les plages de Thaïlande étaient sans doute un des fantasmes de vacance les mieux partagé au sein des pays riches. On était en présence d’un évènement exceptionnellement « photogénique » auquel rien ne manquait; il y avait même des « people » parmi les victimes. L’identification a joué à plein.
    Haiti a « bénéficié » de 2 facteurs favorables. La catastrophe a été brutale, mais l’élément le plus spectaculaire a été extrêmement réduit dans le temps et a pu laisser très vite la place aux récits héroïques des sauvetages. On était dans le temps des médias, avec la possibilité d’alimenter la presse avec de nouveaux récits. Enfin les victimes parlaient français. L’impact émotionnel était beaucoup plus fort que si les témoignages avaient été indirects, au travers des compte-rendus des journalistes. Malgré l’extrême distance sociale et culturelle, l’identification était possible au travers de la langue. L’indifférence actuelle pour la reconstruction du pays, enjeu au moins aussi important que le drame proprement dit, se passe d’ailleurs dans l’indifférence la plus totale, car ce n’est pas médiatique. C’est le genre de situation qui supposerait un travail de plusieurs semaines réalisé par des photo journalistes. Mais le photo journalisme est mort faute de marché.
    Le Pakistan est un endroit lointain peuplé « d’étranges étrangers », qui ne parlent pas notre langue et dont la culture nous est étrangère. Les images qui nous parviennent sont spectaculaires mais mystérieuses et difficiles à décrypter. Où sont passées les femmes par exemple? On ne peut pas s’identifier aux victimes. La catastrophe prend sa dimension dans la durée, facteur peu propice au temps médiatique. Ce n’est pas que nous soyons blasés, c’est que ce n’est pas un « bon » sujet pour les médias, qu’il n’y a pas d’angle qui permettrait de nous sensibiliser au drame vécu par les pakistanais dans l’économie actuelle des médias.

  14. Ping : Tweets that mention Inondations au Pakistan : ce n’est pas une catastrophe (pour nous) | Catastrophes -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *