Deepwater : L’horizon en surimpression

Dans sa lutte pour responsabiliser BP, Obama mène une guerre médiatique et rhétorique. Ce faisant, le discours glisse de l’événement à sa fabulation1, c’est-à-dire à son inscription volontaire dans des référents mythiques. La dernière allocution du président américain, en usant pour référents, le 11 septembre et la notion d’épidémie, va dans ce sens (déjà amplement à l’œuvre  sur le web).

BP’s Deepwater Horizon est une grimace dont on ne sait pas encore le sens. Cela ressemblait tout d’abord à une crispation de passage mais cela dessine de plus en plus à un rictus dont on ne parvient à décrypter le degré de malice. Après avoir abondamment fait usage des superlatifs (« La pire catastrophe de l’histoire »…) on lui plaque maintenant successivement les masques d’événements célèbres qui, dans l’histoire des tragédies modernes, ont eu de tels faciès : inquiétants au-delà des apparences. On a d’abord cherché du côté des cousins2. À ce titre, l’Exxon Valdez avait comme privilège d’être non seulement de la même espèce (marée-noire) , du même pays (USA) et d’avoir été (soi-disant) la catastrophes la plus couteuse financièrement3.

Puis on a commencé à aller puiser dans des catégories non mazoutées : le « Tchernobyl américain » tout d’abord et, depuis hier, un « 11 septembre écologique » selon les termes employés par Obama qui parle aussi, dans la même allocution, d’ « épidémie ». Est-ce une dérive anarchique des référents et, dans ce cas, à quand un « Hiroshima océanique » ou une  « Shoah dans le bayou » ?

Je dérive moi même, désolé, car tout en écrivant ce billet, j’accumule les images, elles se superposent et je vois de moins en moins l’événement initial. J’abandonne donc le texte, et travaille au montage de ce qui surgit : des images . Je recadre finalement plus large, hors logo de BP, de telle sorte que les surimpressions le déborde. Il faut que l’on voit le montage :

  1. En bas, centré : l’explosion de Deepwater Horizon (20 avril 2010)
  2. Superposé à l’ensemble de l’image initiale : le naufrage de l’Exxon Valdez (23 mars 1989), avec l’épave sur la droite au milieu
  3. Sur la gauche, le feu dans les tours (11 septembre 2010)
  4. En haut à droite : un bébé né à Prypiat (26 avril 1986)
  5. Au centre : le nuage qui évapora Hiroshima (6 aout 1945) :

Il me semble que ce montage montre ce que je souhaitais dire sur la fabulation à l’œuvre dans l’événement BP-Deepwater Horizon. Par contre il laisse de côté le lien effectué par Obama avec le 11 septembre et cette nouvelle menace : que des catastrophes puissent être générée par des organismes/industries qui seraient les seuls à détenir l’antidote… Car son analogie (11 septembre / deepwater), outre la dérive mythique qu’elle génère, montre aussi tout de même ce qui apparait de plus en plus comme l’une des caractéristique majeure de cette catastrophe : un événement que seuls ceux qui l’ont provoqué peuvent prendre en charge et stopper.

  1. Au sens de Derrida dans « Not apocalypse, not now », diacritics, summer, 1984. []
  2. Exercice que je pratiquais moi-même, en vue de comparer ses débits avec ceux des marées noires précédentes – voir infra La marée noire au litre. []
  3. Pour être plus exacte, il faudrait dire : « la catastrophe suite à laquelle les plus grosses dépenses ont été consacrées à sa résorption ». []

3 réflexions au sujet de « Deepwater : L’horizon en surimpression »

  1. Je voulais faire une courte réponse en rajoutant le récit et les chiffres aux images, puis j’ai trouvé une chronologie intéressante publiée par Les Echos :
    http://www.lesechos.fr/info/energie/020611823764.htm.
    Ou comment passer d’un coût de « 2 à 3 milliards $ » (le 30/04 par Le Point) à « 30 à 100 milliards $ » (le 13/06 par AFP).
    Pour ceux auxquels les milliards donnent le tournis, je signale que 100 milliards $ est plus que le PIB de 125 pays sur 182 sur notre terre (chiffres FMI).
    Quant à l’idée que seuls les responsables des catastrophes sont capables de les gérer et de les stopper, elle me paraît d’autant plus juste quand on sait que l’argent destiné à payer le coût des dommages sera mis dans un fond d’investissement. Tout va bien, rien ne sortira des banques.

    • @ Ksenija : Merci pour le lien ! Une chronique ( (c’est à dire une chronologie des informations diffusées et non une chronologie « lissée », retouchée a posteriori selon des données arrivées par la suite ) aurait toutefois été plus intéressante pour la perspective que j’adopte. À mon sens, il ne s’agit plus tant d’une marée-noire que d’une guerre médiatique entre BP et le gouvernement d’Obama. La réalité factuelle (coût et débits réels) n’importent plus que très peu. Du coup, tu me fais penser que j’ai oublier d’intégrer Obama dans le montage.
      Pour ce qui est des grands nombres, si j’en crois ta référence FMI (un lien ce serait bien ;- ) 100 milliards de dollars c’est plus que le PIB de 125 pays donc, une compagnie comme BP brasse des sommes bien supérieures à celles de l’ensemble de ces petits états..

  2. Ping : Tweets that mention Deepwater : L’horizon en surimpression | Catastrophes -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *