À fond la forme !

Assis pour le café matinal, en terrasse du Nazir,1 rue des Abbesses, j’assiste à la énième ouverture d’une bijouterie dans le quartier. Elle jouxte « Le bar d’Opta », opticien qui expose sans parcimonie toute une ribambelle de lunettes solaires. J’observe ensuite le défilé de mode permanent dont cette rue est l’objet. Dans mon dos, sur un écran plasma grand format, les publicités rivalisent de couleurs et d’artifices pour habiller leurs produits selon le principe « l’habit fait le moine ». Je prends soudain conscience du décalage entre le monde qui m’est donné à voir ce matin et une science selon laquelle les apparences sont trompeuses et où, derrière la diversité des formes et des phénomènes se tapissent des lois immuables, simples et sans fioritures. La fracture m’apparait immense entre ce mode de connaissance où la primauté est donnée au fond et ce monde social où, de toutes évidences, la forme est première. Dans le premier cas, la transparence est postulée, dans le second le maquillage est de mise.

On connait le rôle des images et l’ignorance (feinte ou non) de leurs possibles traitements, des codes qu’elles mettent en jeu de manière parfois stratégique : ostensiblement dans les publicités , les clips et le marketing mais aussi, moins ouvertement, dans les informations, le politique2. ainsi que les illustrations scientifiques3. Je ne m’étends pas plus.

Nous savons que, de facto, l’habit fait (souvent) le moine, que les apparences ont aussi une part de vérité ou, pour le dire plus précisément, que les apparences ont une efficacité. Le travail de décryptage4, qui permet de rattacher les formes à des lois dites « de fond », « de base » , ou de les rattacher à des mythes et à des stratégies sociales est nécessaire mais ne suffit pas, à mon sens, pour prendre la mesure de ce qui se trame par les apparences5.

En sciences dures les théories dites « descriptives » ou « morphologiques » (théories dites « du chaos » et «  des catastrophes » ou « fractales ») ne proposent pas des modèles explicatifs (lois ou structures), mais des correspondances de formes. Il ne s’agit pas d’expliquer ce qui génère la forme (par exemple, la gravitation explique pourquoi une pierre lancée décrit une parabole, la cristallographie explique la forme si spécifique des diamants, etc.), mais de proposer des modèles qui se développent de manière similaire à ce qui  est observé : la forme des côtes maritimes, des nuages, des arbres et des fleurs, de la fumée s’échappant d’une tasse de café ou de la propagation d’un fluide dans un morceau de sucre. Ces théories supposent un appareillage technique récent : le computer.

Vers la forme flocon (de Koch)

L’ordinateur permet en effet de réitérer de très grands nombres de fois un même algorithme. Or, la répétition d’un item simple produit quelque chose qui diffère de la simple addition, il peut s’agir d’une mélodie, d’une frise6, d’un effet comique ou tragique… mais aussi du chaos, des catastrophes,  ou des formes fractales. Le point de départ est qu’on ne sait pas pourquoi les algorithmes fractals produisent des formes si proches de ce que l’on peut observer dans la nature. Ces théories reposent sur l’observation de multiples correspondances visuelles entre la production algorithmique et les formes mondaines. C’est, en sciences dures, le point de départ d’une nouvelle relation aux formes, d’un renouveau de la pertinence des formes7, et – peut être – la fin d’une hégémonie épistémologique du fond.

D’autres réactualisation de la forme s’observent par ailleurs (à titres de pistes).  En philosophie avec le courant phénoménologique (où le corps et le monde, l’envers et l’endroit, les phénomènes et l’observateur sont tout intriqués). En sémiologie dans le rapport signe-signifiant-signifié (que travaille aussi la psychanalyse). En biologie, le darwinisme se fonde sur l’observation des formes (phénotypes) et non de pseudo-fonds (que seraient les génotypes)8. En médecine c’est aujourd’hui de plus en plus l’efficacité du traitement qui prime, et non son assise explicative rationnelle. On voit ainsi se multiplier des modes thérapeutiques aux explications fonctionnelles encore improbables mais aux effets acceptés voire reconnus (par ex. l’homéopathie, les placebos, etc.). Là aussi il semble bien que ce soit la forme (dans les deux sens du terme) qui prime, et non le fond (ce que contient le médicament).

Au risque d’une démarche qui pourrait être qualifiée de perfide9, je souhaiterais finir de boire mon café et regarder passer les filles avec leurs jupes volages et lunettes solaires. Car finalement, la majeure partie du temps, « la seule chose qui compte sur Terre, c’est leurs robes légères »10. À fond la forme !

  1. Le  Nazir est un bar tabac de Montmartre,  mais c’est aussi, le nazirite, figure juive de l’ascète aux cheveux longs. Nous le verrons, je ne défendrai pas cette posture. []
  2. Notamment l’influence que joue le protocole – journalistes, caméraman, gardes du corps et courbettes généralisées – sur la perception de la personne qui en est « nappée ». Faites l’expérience : louez les services de deux maousses costauds  en costard-cravate-oreillettes – ou demandez à deux potes balèzes c’est moins cher – et promenez-vous rue des Abbesses par exemple, que je vous vois. []
  3. J’ai parfois l’impression que le recours aux tableaux ou à powerpoint n’a que cette seule fonction : convoquer une imagerie formelle pour « faire scientifique » []
  4. Pour une formation au décryptage, suivre la production de Culture Visuelle dans son ensemble avec, pour référent premier les « Mythologies » de R. Barthes []
  5. On prendra la mesure de ce principe  dans la suite du texte mais, pour situer ce billet dans la problématique des catastrophes, il  convient de remarquer que, dans les situations de catastrophes, les « fonds » – les lois, les systèmes explicatifs rationnels  et les civilités – font défaut  tandis que les formes – ce qui est donné à voir, à entendre, à sentir – dominent de manière outrageante et spectaculaire. []
  6. Vous vous souvenez ce que l’on dessinait sur nos cahiers d’écoliers ? []
  7. Cf. l’excellent ouvrage d’Alain Boutot, L’invention des formes, Odile Jacob, Paris, 1993 []
  8. Il me semble que dans le cadre de la théorie de l’évolution, ce n’est pas en termes de génotypes que l’on considère la sélection des espèces, mais de phénotypes, voire d’écosystèmes, ce qui ne ressort encore une fois pas du fond mais d’un ensemble de formes. Les génomes restent employés principalement pour expliquer des transmissions congénitales. []
  9. Perfidie est le terme juridique qui qualifie un délit de guerre où il a été fait usage d’un uniforme adverse pour parvenir à ses fins. Le même terme sert également à qualifier un acte de guerre où il a été fait usage d’un drapeau blanc à des fins malveillantes, par exemple pour tendre une embuscade. []
  10. Référence à A. souchon « Sous les jupes des filles«  []

10 réflexions au sujet de « À fond la forme ! »

  1. Ping : À fond la forme ! | Catastrophes « Fashion in the City !

  2. Après l’avoir relu, je reconnais que mon très bref commentaire ait pu t’apparaître peu amène. Je réagissais juste à ce qui semblait être décrit comme un dénominateur commun aux théories mentionnées (catastrophes, fractales, chaos): la correspondance des formes. Ton commentaire précise bien les choses. L’aspect taxonomique est en effet une constante de la pensée de Thom, mais elle correspond à ce qu’il a appelé « la théorie élémentaire des catastrophes », c’est-à-dire la reconnaissance des 7 singularités fondamentales (et leurs diverses interprétations puisées dans de nombreux champs des sciences physiques et humaines).
    Il a toujours souhaité, si je ne me trompe, que cette théorie soit considérée comme un générateur de modèles, cf. « Stabilité structurelle et morphogénèse », et en plus simple « Paraboles et catastrophes ». Elle n’était pas seulement classificatoire, et la notion dynamique portée par le concept de « morphogénèse » constamment préféré à « morphologie » ne se réfère pas non plus seulement à l’évolution des catastrophes (PS: je me suis intéressé à ces questions dans un bouquin paru en 1996 et je n’avais pas bien vu à l’époque cet aspect là).
    Je constate aussi, mais peut-être suis-je mal informé, que les positions épistémologiques de Thom concernant sa théorie n’ont pas été véritablement reprises, discutées, poursuivies par d’autres auteurs. Tandis que ses résultats théoriques sont maintenant intégrés dans le champ de la dynamique des systèmes, l’interprétation proprement herméneutique proposée par Thom n’a pas fait école.
    Bien sûr, on peut poursuivre en terrasse, au Nazir ou ailleurs.

  3. Thom déjà ne parlait pas de morphologie purement descriptive mais bien de morphogénèse. Sa théorie des catastrophes n’était pas pour lui une simple modélisation des correspondances de formes. Et depuis l’époque de Thom et Zeeman, la théorie des catastrophes, je crois, s’est bien transformée, perdant une grand part de son exotisme épistémologique. Elle est devenue une branche de la théorie des systèmes dynamiques. L’un des grands acteurs de ces progrès, Vladimir Arnold, vient d’ailleurs de mourir.
    Sur le chaos et les fractales, je n’ai pas bien suivi, mais tout cela est certainement bien plus compliqué que ce que laisse croire ce billet.

    • @ Patrick Peccatte : Merci pour la légèreté des dos de cuillères ! Quelques précisions sous la pression (et pas celle que l’on boit au Nazir) : pour les correspondances de formes je pensais à Mandelbrot et aux fractales (comme l’illustre le cactus), et non à R. Thom (ce qui me semblait assez évident). Pour ce qui est du décalage entre vie quotidienne et sciences dures, je sais bien que je n’invente pas la poudre en l’indiquant (cela m’est simplement apparut comme une évidence ce matin là, en terrasse de café) et que des épistémologies hybrides, alternatives au déterminisme classique, se développent activement dans le riche humus (prononcer « umusse », et non pas « roumous ») de friches longtemps délaissées par des sciences aux relations platoniques avec le sensible (entendre ici le sensible à l’échelle humaine).
      Pour ce qui est de Thom, voici ce qu’en dit J. Largeault dans sa préface à « Apologie du logos » : « Je crois que Thom est parti d’une disposition personnelle, la curiosité des formes et le désir d’en comprendre le pourquoi et le parce que. Cette curiosité du visuel a pu contribuer à orienter ses travaux vers la géométrie et la topologie« . C’est cela que je souhaite indiquer : un étonnement initial pour les formes et une attention aux formes pour elles-mêmes, et non relativement à des lois internes ou à une réalité « voilée ». C’est ce que fait R. Thom : il reste à la surface et cherche en elle, dans ses formes (et en particulier dans ses singularités) « Qu’est donc la théorie de catastrophes ? C’est avant tout une méthode et un langage. Comme tout langage, la théorie des catastrophes sert à décrire la réalité. Mais, comme pour le langage usuel, rien ne vas assurer la véracité ni la pertinence de sa description ».  » (Apologie du Logos, Hachette, 1990, p.397). La méthode consiste grosso modo à repérer les singularités. Une taxonomie des singularités permet ensuite de les interpréter : « La théorie des catastrophes (théorie des catastrophes élémentaires) permet d’interpréter les accidents morphologiques les plus fréquents : bords, cloisons, bords de cloisons, ramifications et exfoliations, etc. En un sens c’est une théorie classificatrice, une taxonomie comme la botanique linnéenne » (ibid, p.393). C’est une compréhension « totémique » dirais-je, en un sens, celle qui ressort de tout système classificatoire : chaque branche d’une même famille/totem/espèce/classe possède des propriétés communes, Thom s’est attelé à l’étude de ces analogies de formes et de ce que cela impliquait… mais peut être que je me trompe, auquel cas on pourrait continuer en terrasse ?

  4. « Il ne s’agit pas d’expliquer ce qui génère la forme (par exemple, la gravitation explique pourquoi une pierre lancée décrit une parabole, la cristallographie explique la forme si spécifique des diamants, etc.), mais de proposer des modèles qui se développent de manière similaire à ce qui est observé » : dans le domaine des sciences « molles« , c’est pareil : on observe depuis au moins dix ans la montée d’intérêt au sujet de la « performativité » que ce soit des actes, ou des images, dans une optique qui est avant tout politique. C’est vrai que l’ordinateur et surtout la forme-réseau ont déterminé de façon massive ce déplacement d’intérêt et orienté les pratiques connexes : il s’agit de comprendre comment « dire c’est faire » ou « imager c’est faire », ce qui se fond dans la notion de puissance d’agir (spinoziste), d’agency (butlérienne), d’agentivité (du langage), d’efficacité (des images). En fait, c’est un changement épistémologique plus large car il est déterminé aussi par un changement de type économique (la science « dure » la plus efficace dans le système capitaliste): la logique post-fordiste dans laquelle c’est la production immatérielle, intellectuelle et cognitive qui prend le pas sur les autres et oblige les pratiques sociales à s’aligner. Il faut économiser du temps, gagner du temps, donc faire gagner la forme, pour que le message puisse arriver le plus « intuitivement » possible. La forme doit donc arriver à mettre en forme l’imaginaire : en construire le « code » pour y asseoir ses contenus.
    Non ?

    • @ Francesca : je dirais « OUI », pour « économiser du temps, gagner du temps, donc faire gagner la forme, pour que le message puisse arriver le plus “intuitivement” possible » -)

      Merci pour le « quand imager c’est faire » proposé sur le mode du « quand dire c’est faire » d’Austin. Je me demande tout de même si l’on ne va pas finir par tout « faire »…

      Plaisanterie mise à part, si j’ai bien compris, cette idée de gain de temps par les images dont tu parles, serait similaire à la fabrication d’un marteau : je perds du temps pour fabriquer le marteau mais j’en gagne ensuite pour clouer mes planches (à condition d’avoir aussi accepter de perdre du temps pour fabriquer des clous et apprendre à clouer). Pour aller dans ton sens, il me semble qu’on pourrait distinguer des gains de temps générés par trois formes de processus de condensations de sens :
      – dans des dispositifs signe-signifiants-signifiés (dont l’archétype serait peut-être l’écriture par idéogrammes : donc des « idéographismes »),
      – dans des ontologies/agency (prêter de l’existence ou des puissances d’agir à du hors-humain)
      – dans des « panoramiques » (ou perspectives) : des espaces limités que l’on puisse embrasser d’un seul regard (ces « présentations synoptiques » dont parle L. Wittgenstein qui caractérisent, selon lui, les mathématiques)
      Pour ce qui est du gain de temps, je ne suis pas sûr que ce soit concrètement très efficace, cf. les premières et dernières lignes du billet… je pourrais y passer des jours °!°

    • @ Carl Havelange : Merci pour l’excellente référence (quoiqu’un peu ardue) qui développe à merveille la critique que je formulais quant à l’usage des images dans les sciences dures (notamment les processus de stabilisation des référents -iconicité – et ces images montrée comme « construite(s) par le biais d’un point de vue de nulle part, voire par un point de vue de Dieu« ). Cependant son analyse vise/stigmatise (et renforce) une posture scientifique qui diffère fondamentalement de celle que j’entendais défendre dans ce billet : celle d’un retour au monde sensible et au sociologiquement pertinent. Je m’explique. Pour Maria Giulia D., l’image scientifique constitue une problématique spécifique dans le sens où elle ne serait pas signifiante sans un discours conjoint : « avec l’image scientifique la nécessité se présente comme immédiatement indépassable parce qu’il n’y a aucun accès possible à la signification de l’image sans la prise en compte de la manière à travers laquelle elle s’est constituée en inscription« . C’est sur cette base qu’elle développe une analyse qu’elle estime devoir « permettre aux sémioticiens de préciser des questions qui avaient été laissées de côtés lors des analyses sémiotiques sur l’image artistique ou publicitaire« . Contrairement à Maria Giula D., ce sur quoi je souhaite mettre l’accent dans ce billet, ce sont ces théories scientifiques selon lesquelles il y a des formes simples, accessibles à tous mais dont la complexité formelle est telle que nous devons apprendre d’elle en tant que telles, c’est-à-dire en tant que formes. À ce titre, certaines jouent aujourd’hui un rôle de tout premier ordre (iconique ou indiciel) : les plis, les nœuds, les cordes, les tas de sables, les papillons, etc.
      En bref : j’ajouterais, parallèlement à cette problématique de l’image scientifique que proposes M.G. D., une problématique de l’image des sciences, ou plutôt de l’idée que l’on s’en fait… pour la défaire en partie et la renouer ou la retisser avec le monde sensible.

  5. Billet à la fois frivole et sérieux.
    La problématique des usages des images dans les sciences « dures » m’intéresse particulièrement, même si je ne suis pas sûr que l’opposition forme/fond puisse être maintenue très longtemps car il me semble que la façon (les façons, plutôt) dont les scientifiques travaillent les images, en particulier leur inclination méthodique à les réduire à des mesures pour alimenter des formules mathématiques, les conduit tout droit à passer au travers des formes pour y déceler des mécanismes de fond.

    • @ Sylvain Maresca : j’admire ta pudeur et ta rigueur ;-. Pour ce qui est de l’emploi des images dans les performances (séminaires powerpointés par ex.) et les productions scientifiques (articles, blogs, etc.) le lien proposé par Carl fournit une base très intéressante. Quant à l’opposition fond/forme à laquelle tu sembles réduire mon propos, je n’y tiens pas en tant qu’outil d’analyse, c’est pourquoi je parle de « décryptage », pratique à laquelle je rattache les notions de stratégies et de trame. Je te rejoins donc sur ta critique d’une analyse qui serait fondée sur une simple distinction fond/forme et si j’ai usé (peut-être abusivement) de cette distinction c’était avec l’espérance d’une pertinence pédagogique. Que proposes-tu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *