Le temps des catastrophes : les figures de l’horloge

À Hiroshima, les horloges arrêtées ont pris valeur de symbole. Elles indiqueraient, par l’arrêt du temps mécanique, une possibilité que réactivent et « réveillent » les événements majeurs : la fin de l’Histoire.

Pour l’historien, l’évènement apparaît comme un moment de condensation historique où, simultanément, du sens se forme tout autant qu’il nous échappe. L’événement est significatif mais demeure mystérieux, ses causes forment rhizomes bien plus que fil d’Ariane. Ce fil historique maintes fois renoué et rapiécé – toujours a posteriori – ne peut s’envisager qu’à partir d’un futur qui a eu lieu, celui où se situe de fait l’historien. Dans le tissu historique, Hiroshima fait donc figure de motif (c’est à dire d’événement), voire de déchirure ou d’accroc (c’est à dire de catastrophe), mais pas d’exception : la trame a résisté, les aiguilles continuent de tourner (excepté pour ceux qui y ont succombé).

Les horloges arrêtées tentent, à mon sens, de figurer le moment du doute, celui où pendant un temps, s’est formé l’imaginaire d’un temps qui se serait arrêté une fois pour toutes1. Ces horloges seraient ainsi les figures mécaniques du moment final, l’image muette de l’absence de tic-tac du grand requiem, celui d’une temporalité sans grammaire, conjuguée non plus au passé, au présent, au futur ou à l’infinitif, mais au définitif.

Cette figure d’une histoire arrêtée, de l’horloge fixe ou du cadran vide vient d’être réactualisée dans le numéro de septembre du Scientific American (qui a joué le rôle de catalyseur pour l’écriture de ce billet), consacré à the end. Ce numéro ambitionne d’être  » a special help to explain our fears of the apocalypse ». Si la page de couverture est simplement le titre sur fond rouge, la page de sommaire (entre autres) renvoie aux photographies de Holly Lindem, où une horloge se détraque et dont ne subsiste au final que le crochet mural.

Les montres Hiroshima de Marie-Ange Guilleminot,2 proposent une autre variante : la montre fonctionne, mais le cadran est d’un blanc unie, à l’exception de deux ombres qui indiquent donc perpétuellement 08:15.

– Digression –

Mais quelle est cette heure ?
Le matin du 06 aout 1945, vers 08h15, Hiroshima atomise. Il est 01h15 en France (et les aiguilles continuent de tourner), nous sommes encore le 05 aout à New York, il  est 19h15 (et les aiguilles continuent aussi de tourner). Quand on cherche à dater les catastrophes il demeure, aujourd’hui encore, un dilemme : doit-on les dater localement ou bien globalement (en Temps Universel) ? C’est, en principe, fonction de l’usage qu’on en fait : pour en faire le récit le temps local va de soi (il était 08h16, les écoliers avaient fini de manger et se rendaient à l’école); pour opérer une taxonomie (ou une histoire universelle) on privilégie le TU3. Les horloges indiquaient  08h15 à Hiroshima, 01h15 en France, et 19h15 à New York. Dans le cas d’une catastrophe généralisée, parmi les décombres, ce serait donc tout un semble d’horloges arrêtées sur les mêmes minutes, mais à des heures différentes, que retrouveraient les survivants (toujours un minimum historiens). – Fin de la digression –

Il y a 4 ans je découvrais à la bibliothèque municipale de Nanterre un manga en 11 volumes intitulé  « Gen d’Hiroshima » (はだし の ゲん) écrit par un survivant d’Hiroshima (Hibakusha), Keiji Nakazawa. Je n’en connais que la version papier, mais la bande annonce de sa version anime, montre bien, s’il le fallait, la symbolique forte de ces horloges arrêtées, qui figurent aussi, tout autant que la possibilité d’une fin du temps (et donc de l »histoire), la soudaineté de l’explosion atomique et le drame qui, ce jour là à Hiroshima, s’est inscrit dans l’Histoire.

  1. Pour un exemple, d’un tel recours imaginaire, Cf. De la destruction, de Takeda Taijun []
  2. Merci à Jean-No pour son billet grâce auquel j’avais eu connaissance du travail de cette artiste. []
  3. Les listes ne sont, dans les faits, pas homogènes. On trouve en effet très souvent des amalgames de temps locaux et universaux. []

8 réflexions au sujet de « Le temps des catastrophes : les figures de l’horloge »

  1. Ping : Hiroshima : ombre et lumière de la photographie (atomique) | Catastrophes

    • @ Max : merci ! oui, j’étais au courant à partir des travaux de Jean-Pierre Dupuy mais l’avait zappé par économie (ou pour un billet futur). Il y aurait beaucoup à en dire. Merci pour le lien.

      Une montre à regarder (watch). Celui à qui elle appartenait, Kengo Futagawa, alors âgé de 59 ans, était en train de traverser à vélo le pont Kannon, situé à 1,6km de l’épicentre. Il se rendait au centre de prévention des incendies où il travaillait. Au moment de l’explosion il a plongé dans la rivière mais fut tout de même gravement brûlé. Il retourna chez lui où il mourut deux semaines plus tard, le 22 aout 1945 à 08:15:52 – c’est du moins ce qu’indiquait sa montre.

      • «Aujourd’hui, je suis très heureux de pouvoir dire que contrairement aux apparences, les montres de la France et de l’Angleterre marquent strictement la même heure» : Nicolas Sarkozy hier, lors de la signature d’un « traité historique » de coopération nucléaire avec son homologue anglais David Cameron. (source Le Parisien / Libération)

  2. Pardon, étant une fleimasse je suis resté très allusif. Oui, Dans matrix ou chez Michel tournier, l’arrêt des horloges est un acte de puissance, de renversement, de prise de pouvoir. Pour les japonais, ça représente au contraire hautement une histoire, l’Histoire. Merci pour les précisions

  3. Digression bonus : Et quand Robinson arrête la clepsydre dans vendredi ou les limbes du pacifique, c’est non pas pour arrêter l’histoire définitivement, mais simplement pour en sortir un moment. C’est seulement quand il arrête son horloge qu’il peut créer, s’inventer, cheminer vers l’autre speranza.
    Intéressant article! Étonnant la montre Hiroshima!

    • @ Samuel : Merci ! J’avoue que j’ai dû aller surfer un minimum pour retrouver la référence, ne sachant pas même ce qu’est une clepsydre ! Effectivement pour Tournier, le temps est social, et Robinson, isolé sur son île, peut s’offrir les moyens d’échapper à cette dimension social du temporel. Ceci dit, la métaphore de la clepsydre renvoie à quelque chose d’intéressant à mon sens : cette (autre) métaphore du temps qui passe, non plus mécanique comme les montres et horloges, mais environnementale, comme le fleuve d’Héraclite. Si ce mouvement là venait à se figer, à stopper sa perpétuelle dérive, qu’est-ce que cela figurerait comme temporalité ?
      Dans Matrix, Leo arrête aussi le temps (ou le ralenti à l’extrême), c’est le fameux effet « bullet time« . Cela lui permet d’agir sur le fugace. Mais dans le cas d’Hiroshima c’est l’effet inverse qui s’est produit : pour tout ceux qui était présent sur place, le temps est passé très vite, en un instant leurs vies ont touché à leurs termes, leurs histoires ont pris fin. « Atomic time » c’est donc un autre sens, et ce n’est ni du cinéma, ni un roman.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *