800 000 : La marée noire au litre

Un aspect remarquable dans le traitement médiatique de la marée noire est son unité de mesure. Pourquoi en effet annoncer en litres ce qui, dans des cas similaires (Amoco-Cadiz, Exxon-Valdez, Erika, etc.)1 fut évalué en tonnes ? Un rapide calcul2 restaure l’unité de référence.

800000 litres/jour = 688 tonnes/jour

Pour donner une idée, l’Amoco Cadiz ce fut 227 000 tonnes de déversées. A ce rythme, il faudrait donc une année (329 jours pour être exacte) pour répandre autant de pétrole que le naufrage du super tanker libérien. Pour rappel historique, le 3 juin 1979, déjà dans le Golfe du Mexique, l’explosion du puits de pétrole mexicain Ixtoc One, déversa un million de tonnes d’hydrocarbure dans la même région qu’aujourd’hui. De l’ordre du million de tonnes également, la marée noire dans le Golfe persique consécutive à la guerre du Koweït, en janvier 1991.

Aux vues des chiffres annoncés la marée noire qui menace actuellement les côtes américaines ne semble donc pas exceptionnelle et relève plutôt d’un jeu numéral sur les unités de mesure. Cela ne veut pas dire pour autant que ses conséquences ne seront pas catastrophiques étant donné la fragilité des écosystèmes concernés, en particulier le delta du Mississippi (Cf. « bye-bye bayou » publié sur Libération).

  1. Cf. Un bref historique dans Libé, en images dans Le Figaro, et celui très dense et excellemment référencé de Wikiédia. []
  2. Une tonne c’est mille kilos, la masse volumique du pétrole est de 860g/l. Mes conversions litres/jours -> tonnes/jours tiennent compte de ce rapport de masses. []

8 réflexions au sujet de « 800 000 : La marée noire au litre »

  1. Bonjour,
    Pour revenir ainsi sur le sujet du post, cela fait 71 jours que le puit a cédé, et juste en prenant la moyenne des fuites, on se retrouve a 290 000 tonnes, alors les chiffres peuvent ils être considérés comme suffisant pour la classer dans les grandes catastrophe?

    Aussi, le puit n’est toujours pas fermé alors que la quantité du tanker est limité, aussi, vue l’efficacité des des méthodes employées, peut-on s’attendre à ce que cette marée noire continue jusqu’à épuisement du pétrole du gisement?

    Outre les enjeux économiques, on assiste à une catastrophe écologique où les médias, par leurs transcriptions des quantités en litres permettent aux personnes de prendre conscience de l’ampleur des dégats.

    Je finirais par une citation de Gandhi,  » On reconnaît le degré de civilisation d’un peuple à la manière dont il traite ses animaux ». Or à ce jour c’est notre asservissement mondiale aux énergies fossiles qui nous conduit dans de telles impasses.

  2. Ping : Tchernobyl, c’est le paradis (des bêtes) | Catastrophes

  3. @ François Sernier : Je vous remercie pour ces remarques, surtout la deuxième : la proximité avec les côtes américaines est un facteur important à ajouter à la comparaison avec l’Ixtoc One.
    Mais franchement, pour la question des unités, votre argument (traduction) est certes valable, mais je ne cherche pas à dire que l’usage des grands nombres relève d’une volonté médiatique, mais qu’il s’agit comme tous les chiffres suivis de pleins de zéros, de leur donner un ordre de comparaison sensible. Ce qui n’a pas été fait par la presse. Je pense pourtant que c’est un principe de base. Il se produit la même chose depuis peu à propos de la surface de la nappe, on dit qu’elle fait « 2 fois la Suisse », « 50 fois Paris », sans préciser que l’épaisseur du film de pétrole à la surface n’en est que d’autant plus fin.. (cf. mon commentaire juste au dessus du votre).
    Enfin, je ne cherche pas à dénoncer un catastrophisme (ou un tout petit peu), car effectivement, vu la fragilité des écosystèmes à proximité, c’est envisageable et c’en est déjà une d’un point de vue socio-économique. J’observe et tente simplement une déconstruction du mésusage des grands nombres (caractéristique de toutes catastrophes) et des effets médiatiques associés du genre « désastre sans précédent« .

  4. Deux remarques.

    1. les litres résultent de la traduction des unités états-uniennes en unités européennes. Ils proviennent très certainement de la traduction des dépêches d’agence. BP ne communique absolument pas sur les quantités déversées dans le golfe du Mexique, mais exclusivement sur la réponse apportée à « l’incident ». Les estimations de quantités proviennent, semble-t-il, du NOAA qui les founit en barils (unité naturelle des pétroliers) et en gallons (unité naturelle du consommateur états-uniens). On trouve aisément une conversion du baril en litres (quasiment 159 litres), d’où les chiffres.

    2. Pour relativiser le catastrophisme, il faut aussi considérer le nombrilocentrisme. Dans le cas d’Ixtoc 1, les quantités en jeu étaient, certes, beaucoup plus importantes (entre 2 et 6 fois plus que le débit quotidien de Deepwater Horizon et pendant 9 mois), mais c’était aussi beaucoup plus loin, quasiment à 1000 km (tout au sud du golfe du Mexique, à toucher le Mexique), alors que là, c’est quasiment sous les fenêtres de la Nouvelle-Orléans (et dans les racines des mangroves). Vu de chez nous, c’est un peu la différence entre une marée noire au large de l’Île de Sein et une autre au large de Lisbonne.

  5. Il est évident depuis plusieurs jours que l’on assiste à une pollution océanique dramatique et qui dépassera de loin tout ce qu’on a connu dans le passé. Le problème, c’est que depuis presque 50 ans, certains hommes, voyant les progrès de la science, ont cru qu’ils étaient les maîtres du monde et que tout leur était permis. La réalité nous impose beaucoup de modestie

    • @ postiche : certes la pollution pourrait avoir des conséquences catastrophiques et – vous avez raison – les données quantitatives ne peuvent en aucunes manières prévaloir sur les réalités du terrain. Cependant ces données concrètes font pour le moment défaut et les quelques rares personnes présentes sur place ne décrivent rien de catastrophique (cf. ci-après le récit d’une journaliste de Libé). Je soutient donc, de ce point de vue, mon interrogation : pourquoi compter en litres ce qui en général se compte en tonnes ?
      Depuis la publication de ce billet, les évaluations continuent de jouer sur les unités de mesure et des références décontextualisées. Ainsi on parle aujourd’hui de l’étendue de la pollution – entre 10 000 et 74 000 km2, même si ce dernier chiffre me semble exagéré, étant donné les photos satellites (avec rapport d’échelle) diffusées par la Nasa – sans préciser l’épaisseur du film de pétrole. Le récit d’une envoyée spéciale de Libération fait état d’une « eau luisante de pétrole », sans préciser de couleur remarquable : « Faut être honnête, dit-elle, ce n’est pas très spectaculaire, on voit juste qu’il y a un peu de pétrole au fait que l’eau est un petit peu luisante à la surface« . Cela laisse à penser que le film de pétrole est de l’ordre du centième de micron (catégorie « a peine visible » dans le classement phénoménologique des évaluations de quantité d’hydrocarbures). Les médias parlent donc de l’extension de la surface de la nappe sans préciser que cet étalement va de pair avec un amincissement de la couche… On laisse donc penser que plus la nappe est grande plus les dégâts seront de grande ampleur, ce qui est faux, la concentration en hydrocarbure est une donnée cruciale. 1er point.
      Deuxième point, la référence à Exxon Valdez omet de préciser que cette catastrophe ne fut pas quantitativement exceptionnelle, elle n’est ainsi pas dans la liste des 21 plus importantes en termes de volumes, bien que son site d’épanchement particulièrement fragile (îles Marshall, Alaska) en fit une réelle catastrophe écologique aux images impressionnantes.
      Cet ensemble de points tend à me faire penser à une forme de catastrophisme peut être involontaire, mais que j’espère exacte, auquel cas la Louisiane devrait moins en pâtir que ce que l’on suppose. Encore faut-il que les durites continuent de tenir et que la fuite se maintienne dans son état actuel jusqu’à son colmatage par les robots ou un couvercle de béton.

  6. Ping : Tweets that mention Marée noire : la folie des grands nombres - -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *