Chili : l’imaginaire tsunamique en défaut

Tsunami Solaire. Trinity College DublinQuand on dit « Tsunami », on imagine un raz-de-marée devancé d’une immense vague produite par une forte déflagration (séisme ou chute de météorite). On pense par exemple à La grande vague de Kanagawa, peinte par Hokusai, ou  à certaines images prises lors du séisme indonésien de décembre 2004.

Selon ce modèle imaginaire, la NASA et le Trinity College de Dublin ont qualifié de « tsunami solaire » la gigantesque éruption qui s’est produite le 19 mai 2007 à la surface du Soleil.

Si le tsunami qui s’est produit le 27 février au Chili, n’a pas fait parlé de lui, c’est peut-être parce qu’il était d’une autre forme. Il ne relevait pas de cet imaginaire. Pas de grande vague, pas de mur d’eau, mais une lente et inexorable montée des eaux – parfois sur plus de 10km – à l’intérieur des terres1. Ce tsunami était, une fois n’est pas coutume, lent et comme « tranquille ». Même s’il était inquiétant, il ne semblait pas menaçant. Il ressemblait à une étrange et inhabituelle marée. Le retrait des eaux par contre fut, en certains endroits, beaucoup plus rapide. Il draina toutes sortes de choses, débris divers, voitures et morceaux de toitures, emportées par le retour de cette « marée sismique ». Dans certaines villes – par exemple à  Dichato et à Talcahuano – où les eaux se rassemblèrent en torrents, il détruisit les habitations et fut terrible dans son reflux 2 . Pas de grandes vagues surgissantes donc mais un retour de marée terrible. L’imaginaire tsunamique n’étais pas au rendez-vous quand bien même les dégâts furent considérables.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=YSRW1x_Sxks[/youtube]

Il devenait alors difficile d’associer ce qui avait l’apparence d’une crue ou d’une inondation au séisme qui lui avait donné naissance et mobilisait les médias. Le tsunami chilien n’entrait pas dans les catégories imaginaires du sismique, il était trop lent, pas assez « terrible ». De ce fait il semble qu’il soit condamné à rester une expérience d’étrangeté, à moins que l’imaginaire associé aux tsunamis n’évolue et n’intègre ces larges houles comme des phénomènes tout aussi sismiques que les « hautes et fracassantes vagues qui pénètrent dans les ports »3.

  1. Source locale : Alfredo Pena-Vega, chercheur associé du Centre Edgar Morin, sur place le jour du séisme. []
  2. Une explication possible, car malgré mes efforts je ne parviens que difficilement à trouver des informations à ce propos, vient d’une donnée connexe : le séisme chilien a déplacé l’axe terrestre de 8cm et raccourcie la durée d’une journée de quelques microsecondes. Rien d’exceptionnel ni d’inquiétant en soi puisque les autres séismes font de même et peuvent, à l’inverse, déplacer l’axe dans l’autre sens et rallonger nos journées. Cela n’a rien d’extraordinaire donc, mais donne une indication : le séisme chilien correspond à un affaissement de la masse terrestre. La terre s’affaisse et crée un appel d’eau, une vaste houle. Cela produirait cette forme de tsunami que je nomme – à défaut de correspondance imaginaire – « marée sismique ». Merci à qui pourra produire une explication plus rigoureuse. []
  3. Définition qui correspond d’ailleurs à l’étymologie du mot japonais tsu-nami. []

Une réflexion au sujet de « Chili : l’imaginaire tsunamique en défaut »

  1. Ping : Japon – séisme, tsunami, incendie et raz-de-marée | Catastrophes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *