Extinction Bo

Capture d’écran 2010-03-16 à 13.53.44Le 4 février est morte Boa, dernière membre de l’ethnie Bo. Le 13 mars c’est au tour de Jean Ferrat de quitter le monde des vivants.

Deux morts « naturelles » (de vieillesse) mais singulières. La première rend effective l’extinction de l’ethnie Bo1, elle n’est pas médiatique, elle est silencieuse. La seconde soulève une « vague de nostalgie » qui déprogramme sur France 3, un documentaire consacré aux « Survivants d’Haïti ». Les deux ont en commun de nous donner à entendre des chants. L’un est unique et dure 19 secondes, l’autre constitue un corpus de plus de 15 heures dont la sauvegarde est à la fois matérielle (sur disques vinyls, digitals et durs) et humaine (dans nos têtes).

Boa Sr sort de l’Histoire par la petite porte. Elle n’en finit pas d’être associée au préhistorique et au primitivisme2, ainsi qu’à un appel écologique qui devient une sorte d’apanage-nappage unifiant et désingularisant des peuples tribals.

Boa Sr was the last member of the Bo tribe.  © Alok Das

Boa Sr was the last member of the Bo tribe. © Alok Das

L’actualité a engloutit Boa et l’extinction de son peuple. La catastrophe Bo n’a pas eu lieu. C’est dire je crois combien nous faisons peu de cas des pertes culturelles alter-natives (je ne parle pas de nos oeuvres d’art) et continuons de vénérer/redouter la nature, selon une dichotomie pernicieuse (nature vs. culture) qui n’en finit pas de battre de l’aile.

« Pourtant, que la montagne (r)est(e) belle, comment peut-on s’imaginer, en voyant un vol d’hirondelles, que l’automne vient d’arriver ?  »3 :

[dailymotion]https://www.dailymotion.com/video/x20fek_ferrat-la-montagne_music[/dailymotion]

  1. Les Bos, ex-peuple des îles Andaman,  au large de l’Inde, de la famille culturelle des Grands Adamanais, « célèbres » pour tirer des flèches sur les hélicoptères des gardes côtes. []
  2. The Times titre « Last of the Bo takes her language to the grave as 65,000-year-old tribe dies out« , MailOnline « Last member of 65,000-year-old tribe dies, taking one of world’s earliest languages to the grave » . Les deux articles, bien que plein de bonnes intentions, notamment par un historique détaillé de l’extinction et d’évenements connexes -tsunami de 2004, occupation japonaise, etc.- n’en sentent pas moins la perspective « primitifs » à plein naseaux. A noter que lors du séisme indonésien de 2004, les îles Andaman avaient fait également une brève « Une » médiatique. Alors que l’épicentre tellurique était très proche de leurs rives, ils avaient pu se préserver du tsunami en se réfugiant dans les montagnes. Ils auraient su voir les signes annonciateurs de l’événement – bulles dans le sable des plages, retrait de la mer. Avec Boa et le langage Bo, c’est aussi une connaissance de l’aléa sismique, ainsi qu’un mode de transmission qui permet le maintient dans le temps de « la mémoire du risque » – ce qui fait cruellement défaut à l’Occident et nous amène à construire dans des zones inondables…- qui disparait []
  3. Une petite pensée pour André B. « Dédé », vigneron à Lacenas en Beaujolais, à qui nous -vendangeurs- demandions chaque année de nous chanter – en tapant des points sur la table : »La montagne ! La montagne ! La montagne !.. » []

4 réflexions au sujet de « Extinction Bo »

  1. Ping : Japon, l’absence de morts (dans les images) | Catastrophes

    • Merci ! Eh bien je ne sais pas trop.. quand je m’en suis rendu compte j’ai modifié l’extension .png (c’est une capture d’écran d’un fondu enchainé du micro-clip Bo Tribe Extinct) en .jpeg, mais sans résultat. Mystère, une disparition supplémentaire pour Boa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *