Haïti : Merci qui ? (We are the world)

We are the worl 25Les mots agrègent des variétés d’objets. Si l’on dit « chaise » cela renvoie ainsi à toute une variété de formes, de modèles et de sensations. C’est pourquoi, en général, on les précise.

Il y a cependant des mots particuliers qui ne font référence qu’à eux-mêmes. Des dictionnaires spécifiques leurs sont consacrés. On y trouve des personnes, des événements historiques, des lieux et des œuvres qui ont en commun de « sortir du lot ». Ils représentent les singularités et acquièrent, de ce fait une majuscule (presque) éternelle. On n’écrit donc pas « aristote », « moyen-âge », « amazonie », ou « joconde » sans majuscules. Ce sont des références déjà singulières, nul besoin de les préciser. Ces mots indiquent les balises, les pierres fondatrices et les acmés d’une culture et d’une géographie.

hiroshimaCertains mots référant à des catastrophes sont aussi employés comme des singularités. Cela se produit dès lors qu’ils dépassent la seule référence à l’événement qui les a fait naître. Ils figurent alors de nouvelles catégories qu’ils sont les premiers à « illustrer ». Au XXème siècle, l’énergie atomique, la mise en place d’abattoirs à humains et le développement des moyens médiatiques ont formé un vivier très favorables à ces types de singularités sémantiques. Ce sont les mots Hiroshima, Tchernobyl, Shoah, Bhopal1.

L’événement du 13 janvier 2010 à Haïti semble, à première vue, intégrer une catégorie préexistante de catastrophe : c’est un séisme. D’autres catastrophes naturelles et d’autres séismes ont déjà frappé, ce n’est pas une nouveauté, pas à l’échelle mondiale. Ce n’est donc pas en tant que « catastrophe naturelle » ou que « séisme » que cet événement pourrait acquérir sa singularité. Il semble en effet peu probable que, dans 50 ans, le mot « Haïti » soit encore entaché à ce séisme, à moins que ne s’y greffe une dimension neuve, c’est-à-dire autre que sismique2

Et voici qu’apparait un motif grandissant : la solidarité internationale3. Bien sûr, on ne peut que louer cet engouement mais il y a tout de même des limites tels que ce   » Haïti : Merci « Haiti Merci paru en gros sur les affiches des couloirs de métros parisiens4. On croirait presque se féliciter de la catastrophe ! Mais Le mot « Haïti » ne fait déjà plus référence au séisme, au pays, ou à la culture haïtienne, qu’en fond de teint. Le thème devenu central c’est la solidarité internationale qui s’est mobilisée pour les aider. Ce que le mot « Haïti » désigne ici, c’est nous. En fait, on se félicite.

We are the world haitiCette mobilisation, plus que le séisme pourrait être singulière et participer d’un paradigme nouveau, propre au XXIème siècle naissant. Le séisme haïtien participe en effet peut-être, et malgré lui, au grand partage inauguré par un autre événement déterminant du XXIème siècle : le 11 septembre 2001, la lutte du bien contre le mal. Un « On » se mobilise pour l’humanitaire, pour une puissance altruiste et solidaire. Ce  » On », forcément majoritaire, c’est les gentils, ceux qui aident les gens dans la misère. Ce sont ceux qui font face aux catastrophes, sous entendu peut-être, pas ceux qui les provoque. Une fois de plus donc, 25 ans après les famines du Sahel qui avaient rendu visible et opératoire le concept de « tiers-monde », « nous » réaffirmons que We are the World (again). Merci qui ?

  1. Ces mots véhiculent avec eux des charges conceptuelles singulières (historiques, philosophiques, éthiques, écologiques ou politiques). Ainsi, le mot « Shoah » renvoie non seulement à un génocide mais aussi, et surtout, aux possibilités d’automatisation/mécanisation des folies sociales. Le mot « Hiroshima » donne à entendre, outre l’anéantissement de la ville éponyme, les possibilités de destructions massives ouvertes par l’ère atomique. « Tchernobyl » c’est l’explosion d’une centrale nucléaire et des mutations génétiques destructrices,  mais aussi – et surtout – un nuage radioactif « invisible » venu d’un autre monde, au-delà du rideau de fer. Cette perte de visibilité caractérise les menaces technologiques contemporaines – radioactivité, mais aussi pollution, réchauffement climatique, ondes radio, etc. – et les angoisses corrélatives – favorables en particulier aux diverses formes de conspirationisme : « on ne nous dit pas tout, on ne voit pas tout » – que la fameuse météo post-Tchernobyl n’a pas arrangé. « Bhopal » quant à lui évoque la terrible intoxication par pesticides suite à l’explosion de l’usine d’Union Carbide, mais, terriblement moins connue, il renvoie justement aux rôles des médias et du politique dans le monde contemporain. []
  2. Parmi les micro-singularité on pourrait remarquer la succession de malheurs qui semblent frapper ce pays et tenter un petit tour superstitieux du côté de la malédiction ou d’une version « punition divine pour pratiques païennes ». Mais cela ne vole pas bien haut, la rationalité baigne encore les esprits des enfants des Lumières et ces tentatives échouent. Une autre possibilité serait que cela signe l’effondrement de la culture haïtienne (par voie d’acculturation ou perte de résilience) mais de cela, on ne peut ni souhaiter ni pronostiquer la réalisation. []
  3. À ce titre, les éditions du jour du journal Le Monde et 20 minutes participent à la fédération des organismes susceptibles de faire bon usage de vos dons. []
  4. Cf. Capture d’écran effectuée sur le site de la Fondation de France le 05/02/2010. Une mention précise toutefois en petit, « Aux donateurs, entreprises et aux collectivités qui nous soutiennent ». []

Une réflexion au sujet de « Haïti : Merci qui ? (We are the world) »

  1. Ping : LES TREMBLEMENTS « legreffon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *