Haïti (Google trends)

Le tremblement de terre haïtien au prisme du web (via Google trends). Tout d’abord l’outil. Le principe est simple : G-trends génère des graphes qui traduisent (depuis janvier 2004)  le nombre de requêtes (Search Volume)  et le volume de billets publiés (News reference volume) en fonction de mots clés ou de web sites déterminés par l’internaute. Deux filtres sont applicables, par périodes concernées et pays de connexion. Aux pics des graphes sont associés, dans la marge de droite, les liens vers les billets correspondants à ces événements.

Dans le cas du tremblement de terre à Haïti, nous pouvons remarquer que – à l’échelle mondiale et sur une période de sept ans – en tant que « catastrophe », ce qui vient de se produire à Haïti est peu remarquable ::

Par contre si l’on précise la catastrophe et que l’on questionne G-trends avec « earthquake« , le tremblement de terre haïtien devient alors significatif : il fait événement. C’est le deuxième le plus impactant au niveau du nombre de requêtes et le premier en termes de volume des billets consacrés)1.

Toutefois si l’on se place à l’échelle locale, à celle  d’Haïti même, ce séisme est « The big One ». Soyez en particulier attentifs aux échelles sur l’axe vertical, il s’agit ici d’une amplitude relative2 de 2oo (les graphes précédents étaient de l’ordre de 15 et 7.5) !! . Traduction : dans l’histoire récente d’Haïti rien n’annonçait un tel événement. Pour les gens sur place ce fut le calme plat et soudain tout s’effondra3.

Pour ce qui est de l’attention portée par la communauté internationale à Haïti, là-aussi le graphe est particulièrement significatif ! Haïti n’existait pas (échelle relative de 60) et boum, bienvenue sur la scène mondiale !

Je relativiserais toutefois fortement ces graphiques, que je ne soumets ici qu’à titre expérimental. En effet, si l’on effectue une recherche avec « tahiti earthquake », on obtient :

  1. Certes ce « faire événement » ne concerne a priori que le web et  n’est donc pas généralisable sans précautions. Il faudrait aussi pouvoir tenir compte de l’accroissement – sur 7 ans –  des accès à internet et pondérer les graphes en fonction. Pour le moment je ne préciserai pas ce contexte, ce qu’il conviendrait de faire si nous voulions réaliser plus qu’un exemplum des possibilités d’étude offertes par G-trends. []
  2. Il s’agit ici, statistiquement parlant de hasards dits « sauvages ». Cf. à ce propos « Catastrophes : l’attribut sauvage«  []
  3. C’est donc un cas de figure très différent d’un séisme au Japon par exemple. À la base j’ai en effet commencé cette petite recherche sur G-trends pour tenter de répondre à la question que je posais à la fin de mon article précédent – Haïti, un récit à distance – à savoir : en quoi cette culture est telle équipée pour faire face et traiter les bouleversements générés par les séismes ? Un pays tel que le Japon, que je connais assez bien pour y consacrer ma thèse, à des outils culturels qui permettent de faire face à ce genre d’événements car ils sont hyper récurrents dans son histoire. Ce ne semble pas être le cas à Haïti. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *