Panoptique Tchernobyl : le Sonore

Le second volet du projet « panoptique » présente les productions musicales en lien directe (titre de l’album, du titre et paroles) avec Tchernobyl. Tout comme dans le premier volet, Images (presque) immobiles, il s’agit d’étudier Tchernobyl selon l’un de ses médiums. Le sonore (en particulier les musiques sans textes) est bien une expression possible de « ce que l’on ne peut dire ».

Il ne semble pas y avoir eu de « tube » ou de slogan (qui se souvient du « TcherNObyl » de Greenpeace ?). Aucun style musical ne domine, ni aucun ton (le sérieux, le tragique, le tragicomique, le pathétique, l’emphatique se côtoient). Les deux grandes catégories de traitement sonore qui ressortent toutefois sont chansons à textes vs « instrumentale » (avec extension aux textes inaudibles : hardrock, métal, etc. mais aussi les expressions en langues étrangères). C’est certainement dans sa version « instrumentale » que se joue de la manière la plus évidente le traitement sonore de Tchernobyl. On y quitte en effet le sens et la forme documentaire pour rejoindre celle qui, à mon sens, caractérise les catastrophes : le non-sens. A ce titre, Alain Bashung est certainement celui qui fait le mieux apparaître ce glissement du texte vers le non sens, vers l’inutile, vers sa forme purement sonore, comme un mantra. Pour vous faire une idée, je présente ici une sélection détaillée puis une Playlists plus exhaustive (60 titres) qui réunit des musiciens qui se sont inspirés de la catastrophe de Tchernobyl (ou de ce que leur évoquait le mot).

Chansons :

26 avril, Renaud – Greenpeace 20 ans Tchernobyl. Les paroles c’est du Renaud, pour la lumière c’est « EDF qui nous éclaire… au nucléair ». Le superbe  Sognando Chernobyl d’Adriano Celentano. En rap Quand la vie n’est plus une excuse de Dernier Pro. Dans le même style le congolais 77 Souter compose un Tchernobyl agressif, mêlé de génocides africains, sur les bits de « bang bang » entendu récemment sur les toiles avec Tarantino (Kill Bill). Le dimanche à Tchernobyl d’Alain Bashung.

Côté russe, le Chernobyl de Di Naye Kapelye et celui de Jacek Kaczmarski (en écoute).

Musique instrumentale :

En musique classique, Bruno Letort a composé un Requiem pour Tchernobyl. Pour un aperçu de techno black métal industriel : Chernobyl Generation des italiens d’Aborym. Côté métal death trash, écouter le Chernobyl des colombiens Posguerra. On doute de l’influence de la catastrophe dans la composition de l’instrumental The return to Chernobyl,  tant cela ressemble à toutes les mélodies irlandaises traditionnelles. Bimbo di Chernobyl de Tsidmz est un monotonal étrange de 8mn dont l’écoute sur canapé produit un effet indéniable surtout si on le fait suivre de Death from Chernobyl du psuchédélique Doris Norton, ponctué de « Tchernobyl ! »scandés comme des interjections de fantômes.

En 2006, la commémoration des 20 ans de Tchernobyl a aussi donné lieu (en France tout au moins) à la production de quelques objets qui lui sont entièrement dédiés : les albums « 20 ans Tchernobyl » côté chanson  et « Requiem pour Tchernobyl » côté musique classique. ce dernier, joué par l’orchestre et choeurs de Minsk et dirigé par André Galanov est accompagné d’un ouvrage éponyme.

Playlist (60 titres)

L’open playlist sur Deezer :


Une réflexion au sujet de « Panoptique Tchernobyl : le Sonore »

  1. Ping : Tchernobyl aujourd’hui. Naturalisation d’une catastrophe. | Catastrophes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *