Pari(s) visuel

En janvier 1910, Paris connaît la crue la plus importante de son histoire. Loin d’être une catastrophe1, elle draine depuis les banlieues et la province une deuxième vague, un véritable flot touristique vient en effet assister à ce qu’il surnomme déjà « Paris-Venise ». Le phénomène badauds (qui caractérise toutes catastrophes),  y prend une tournure particulière. Il s’agit non seulement d’assister au spectacle et de montrer-prouver que l’on y était, mais aussi de se mettre en scène sur les sites (avec les incontournables clichés parisiens : tour Eiffel, place de la Concorde, etc.). La photographie joue à cette occasion un rôle de premier ordre. Les cartes postales associées à l’événement sont produites dans l’heure et se vendent plus que les petits pains, à l’arrachée2. Elles sont expédiées aussi « sec » – le cachet de la poste faisant foi – aux quatre coins de France, de Navarre et au-delà. Les photographes de rue et les imprimeurs sont – eux aussi – débordés ; les photos de famille s’étoffent soudainement de ce moment historicisé à une vitesse exceptionnelle.

Il est certain que le caractère iconique de Paris ainsi que la beauté quasi cinématographique des photos3, jouent un rôle dans ce pari visuel. Exit les dégâts matériels, l’histoire médiatique du moment privilégiera une seconde vague, de solidarité cette fois. Étrangement la crue la plus importante de Paris semble donc se résumer à un moment de rêve, de surnaturel, et d’enthousiasme presque euphorique. Ça c’est Paris !


  1. Même si les dégâts matériels sont extrêmement importants, une seule personne a été emportée par les flots []
  2. Voir sur ce mouvement de tourisme et ses mises en scènes, outre les nombreuses photos qui en attestent, le reportage vidéo de 5 min réalisée par Julia Bouchet []
  3. Cf. Une sélection sur Flickr, Paris flood et Paris Inondé 1910 associé à l’exposition de la Ville de Paris qui débute aujourd’hui, ainsi qu’un diaporama du Magazine Les Echos []

8 réflexions au sujet de « Pari(s) visuel »

  1. Ping : La carte postale | La vie sociale des images

  2. Les « sauvages » sont probablement plus continûment solidaires que nous, en dehors même des catastrophes, car leurs sociétés sont (étaient) essentiellement égalitaires et fondées sur l’inter-dépendance physique de leurs membres.
    Il serait d’ailleurs intéressant de regarder s’ils traitent les fléaux naturels qui les frappent comme des accidents inacceptables dans une organisation sociale qui, comme la nôtre, se veut parfaite et supra-individuelle, ou au contraire s’ils lui donnent un sens, et lequel.

  3. @ Sylvain : Oui. De fait il n’y a pas d’événement catastrophique « a priori ». C’est sa réception qui importe, notamment son effet sur les solidarités entre personnes. Il n’y a pas une relation systématique entre événement d’exception, par exemple une inondation (même historique) et une catastrophe.
    Pour ce qui est du traitement médiatique des catastrophes, il y aurait beaucoup à dire… en ce qui concerne le côté « on est tous une grande famille, on est solidaire » cela relève grosso modo du credo « civilisation » : « c’est bien, c’est mieux d’être civilisé, que sauvage, que tribal ». Ca laisse également de côté les moments de barbarie effroyables de cette même civilisation et les ambivalences de toutes actions humanitaires (ingérences politiques, perte d’autonomie, acculturations).
    @ André : Merci pour cette référence que je ne connaissais pas à propos de la crue de 55. Le lien avec la Fête est intéressant, notamment de par son caractère transgressif (qu’elle a en commun avec le catastrophique).

  4. En même temps, et à côté de cet aspect (que je n’avais pas repéré) festif et touristique, se mettent en place à partir des photos de cette inondation exceptionnelle les clichés et le récit-type de ce type de catastrophe, portant principalement sur les modes de survie et d’entraide déployés par les habitants touchés par le phénomène. Qu’il s’agisse aujourd’hui de reportages télévisés sur le passage d’un cyclone ou sur les tempêtes de neige actuelle, le récit reste le même et les images presque identiques.

  5. Très intéressant! A rapprocher de l’article de Barthes dans Mythologies, « Paris n’a pas été inondé », rédigé à partir d’un reportage illustré paru dans Paris-Match: « Malgré les embarras ou les malheures qu’elle a pu apporter à des milliers de Français, l’inondation de janvier 1955 a participé de la Fête, plus que de la catastrophe ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *