Underground

Les catastrophes sont des phénomènes extrêmement réels et pourtant jamais vécus. Ce n’est pas la chute d’une pomme que l’on peut observer, décrire et analyser en restant bien vivant, pragmatique, self-controlé et objectif1. Une catastrophe ne se vit pas.  Ni objectivement ni subjectivement car elle perturbe au-delà du tolérable. Il n’y a pas de résilience pour qui la subit : il en meurt ou s’effondre. Une catastrophe ce sont les cadavres ensevelis, les corps et les esprits noyés, déchiquetés, calcinés, dispersés, enfouis, broyés, écrasés, ensanglantés, rachitiques, putréfiés, desséchés, décharnés, massacrés, purulents, puants, sanguinolents, agonisants, hébétés, hagards, livides. C’est un charnier. Et des ruines.
Une catastrophe n’est pas expérimentable. Comme la mort qu’elle charrie. Elle est hors de l’expérience humaine : elle ne se survit que dès lors qu’on y échappe.

Tenter d’appréhender les catastrophes selon ce qui – de fait – les caractérise, c’est faire face au mutisme, au désir d’oubli, à ce silence des survivants de la Shoah (qui s’en disent les « délégués »)2, à l’effacement et au refus d’un réel systématiquement mis au rebut d’une conscience  et d’une rationalité qui ne peuvent l’assimiler qu’en le refoulant, en le plaçant hors d’elle même (dans l’inconscient, le métaphysique, l’imaginé et les rêves).

Au ground zéro des catastrophes, règne le silence et les cadavres. Puisque qu’aucun chercheur contemporain ne relève de ces catégories, il nous faut en définir un concept accessible et quitter le ground pour les sous-sols. Une fois n’est pas coutume, il s’agira donc de descendre dans le monde des idées, des symboles et de l’imaginaire. Or si l’underground est truffé de silence et d’os, il est aussi foisonnant de fabulations, de théories du complot, de mythes et de rites, de prophéties, de fantômes, de métaphysique, d’irrationnel, de peurs, d’angoisse, de productions imagées et imaginaires. C’est à ce fabuleux sous terrain d’enquête auquel semblent aussi3 nous convier les catastrophes.

Credit photo : Eric Hadj, « L’espagne déterre les fantômes du Franquisme » (Paris-Match du 24 avril 2009).

  1. La chute de pomme fais bien sûr ironiquement référence ici au Isaac Newton de Marcel Gotlieb  dans ses Rubriques à Brac. Plus sérieusement, un phénomène catastrophique ne relève pas du champ d’étude des sciences dures – et de l’objectivité associée – qui supposent que toute expérience soit reproductible, notamment au moyen de ce que l’on nomme un protocole expérimental. Voir à ce propos Catastrophes : l’attribut sauvage []
  2. cf. Nicole Lapierre, Le silence de la mémoire. C’est alors par la prise de distance temporelle, avec le temps, que peut se réactiver une parole et le retour aux souvenirs. Mais dans quelle mesure ne devrions nous pas prendre ce silence comme un fait ? voir à ce propos, le même ouvrage ainsi que la lecture qu’en donneF. Zonnabend []
  3. Je dis aussi car, en général, ce sont les points de vues d’ « upper ground » qui sont privilégiés. Il est en effet possible d’assister, de près ou de loin au « spectacle » des catastrophes, à distance : depuis le sommet d’un arbre enraciné dans la crue, depuis une bâtisse – mieux lotie que les autres – qui résiste aux tremblements, depuis un écran – de télévision, d’ordinateur, de cinéma –  depuis la planète Terre à l’abri du vide intersidérant et mortel. C’est l’expérience la plus partagée : celle des survivants. []

Une réflexion au sujet de « Underground »

  1. Le truc, c’est « qu’est-ce que c’est, une catastrophe ? ». L’objetcivité des sciences dures, je crains bien qu’elle ne soit que factices, ou simplement humaine… J’en ai peur… La Lune, excroissance de la Terre est-elle une catastrophe pour les dinosaures et l’intituleraient-ils ainsi ? Mais pour le « sous-terrain d’enquête » vraiment bravo…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *