Qui est le responsable ?

Naufrage de l’Estonia (septembre 1994), le procès s’ouvre à Nanterre. Il ne s’agit pas de discuter ici des validités respectives des diverses hypothèses (à charge du  tribunal) mais du fait qu’il est systématique de chercher des explications et des responsables aux catastrophes.
Sur le même registre, l’actualité du web renvoie effectivement un grand nombre de théories alternatives aux « causes véritables » des évènements du 11 septembre. La thèse terroriste en particulier est remise en cause au profit de théories du complot plus ou moins complexes. Des questionnements similaires concernent les causes des aléas climatiques contemporains : est-ce dû à un changement climatique ou à un réchauffement climatique, bref est-il d’origine anthropique ou bien s’inscrit-il dans des rythmes longs du système Terre/Solaire ? La liste est loin d’être exhaustive : Erika, Tchernobyl, Pearl Harbor, le séisme de Lisbonne.. les causes des catastrophes semblent un sujet inépuisable… depuis toujours.


Quand une catastrophe se produit on recherche ses causes mais cette quête n’est pas innocente : ce que l’on veut surtout c’est des responsables. Des enquêtes sont menées, on interroge, on dépouille les indices, les documents, on compare les sources. S’il s’avère que les causes sont d’origine humaine on passe en jugement les responsables, on exige un dédommagement (moral ou financier), on exerce une violence vengeresse (morale, financière et physique).
Le bouc émissaire comme mode sociologique de transfert de la souffrance et du mal.La question : « Par qui – ou par quoi – le mal arrive t-il ?  » débouche sur cette autre : « Le mal existerait-il si les hommes ne le faisaient pas ? » en tous cas le mal doit être « extirpé », pensent les bonnes âmes : le bouc émissaire est là pour ça…

Le rameau d’Or, p.405-406

Si les causes sont clairement non humaines, tectoniques par exemple, on est contraint de faire avec : on impute dans ce cas le hasard, un fatum ou une destinée, mais seulement en dernier recours : des responsables peuvent tout de même être désignés au niveau de la construction des bâtiments, des politiques d’aménagement du territoire, de la défaillance des mesures de prévention et d’alertes, etc. La recherche des causes d’une catastrophe, ne semble pas correspondre au seul désir d’explication et de sens, mais aussi à la volonté impérieuse de trouver des responsables. La figure du bouc émissaire et son rôle dans la gestion et l’expulsion de la violence n’est pas loin. Dès lors on pourrait se demander, de manière analogue à ce qui ressort de la recherche effectuée par R. Girard, quelles sont  les conditions sociales actuelles qui prédisposent à être désigné comme responsable des malheurs subis. Encore une fois nous retrouverions toutes les formes de marginalité sociales, mais aussi les formes impersonnelles et nouvelles de ces marginalités (industries, Etats et, d’une manière générale, tout types d’organisations aptes à « comploter » sans considération pour la plèbe). A partir de ce constat – la recherche d’explication par les causes tend à trouver des responsables parmi les hommes –  nous devrions donc certainement pondérer notre jugement en ce qui concerne les causes des catastrophes épidémiologiques ou climatiques, car là aussi on tentera en priorité d’imputer des responsables humains.

Remarque : il ne peut y avoir, à priori des condamnables que parmi les humains puisque qu’aucune  « présences » responsables et autonomes ne sont imputées par ailleurs. Cela nous prive de ce  mode de gestion des catastrophes pour ce qui est de celles que nous nommons « naturelles ». Pourtant cela fonctionne dans d’autres cultures. Au Japon sont associées aux montagnes (entre autres) des présences tutélaires nommés Kamis, dans le bassin amazonien inondable, le fleuve est habité d’une société, les encantados avec qui l’on entretient des relations de types diplomatiques, les Nuers effectuent des rites en rapport avec la venue de la pluie, etc., etc. Le désenchantement du monde non-humain, de la nature, des éléments de l’environnement, des animaux qui le peuple, nous dépossède de ce mode de traitement des catastrophes. Cela tend à accroître la violence réciproque, la plus dangereuse selon R. Girard, car tournée vers soi, vers nous. Cela tend  a produire un a priori implicite.. mais l’homme est-il vraiment la source du mal ?

Qui percera le mystère du naufrage de l’Estonia?

Maud Descamps, 20Minutes.fr, publié le 13.11.09
Justice – Le procès de la catastrophe maritime la plus meurtrière depuis celle du «Titanic» s’ouvre ce vendredi à Nanterre… Quinze ans après, les familles des victimes attendent toujours des réponses. Le procès qui s’ouvre permettra peut-être de découvrir, enfin, les raisons du naufrage de l’Estonia, le plus meurtrier après celui du Titanic. Les faits remontent à la nuit du 27 au 28 septembre 1994. L’Estonia quitte Tallinn pour effectuer sa traversée quotidienne vers Stockholm. A bord, 989 personnes, essentiellement des Suédois, ont pris place. Mais le ferry n’atteindra jamais la Suède et seulement 137 passagers survivent.
Alors qu’une tempête se lève en pleine nuit, le capitaine maintient une vitesse maximale. Les vagues frappent avec violence la coque du bateau. Les charnières de l’étrave cèdent. L’eau s’engouffre. Le ferry sombre en quelques minutes. L’équipage lance un SOS puis abandonne les passagers à leur sort. Au total, 850 personnes sont restées prisonnières de leur cabine ou sont mortes noyées. Seules 139 sont parvenues à s’en sortir, blotties dans les canots de sauvetage. Deux d’entre elles ne survivront pas au froid mordant. Ce naufrage est la plus grande catastrophe maritime en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Seuls 94 corps ont été retrouvés. Une polémique voit rapidement le jour. Les autorités suédoises refusent que les corps prisonniers des cabines soient repêchés.

La thèse d’une explosion

Ce n’est qu’en décembre 1997 que les premières conclusions de l’enquête, lancée après le naufrage, sont rendues. Le rapport indique que la coque du bateau a cédé sous la pression de violentes vagues. Des conclusions immédiatement contestées. La Suède interdit à tous plongeurs de se rendre sur l’épave qui gît par 80 mètres de fond dans les eaux internationales. Et elle propose qu’une chape de béton soit coulée sur l’épave puis renonce à recouvrir le bateau. Face au secret qui entoure le dossier, les spéculations se multiplient sur les causes du naufrage. La thèse d’une explosion est évoquée. La Russie est suspectée d’en être l’auteur. Mais il n’y a pas de preuve. La coque ne peut-être inspectée.
Jutta Rabe, une journaliste allemande, a enquêté pour son propre compte sur la catastrophe de l’Estonia. Elle défend la thèse de l’explosion. Un film a été réalisé sur son travail. En 2006, le gouvernement suédois charge deux équipes de chercheurs d’enquêter sur le déroulement du naufrage. Mais ils n’obtiennent pas, comme ils le demandent, que des plongeurs aillent inspecter l’épave. Le gouvernement suédois refuse. Les familles des victimes attendent toujours que quelqu’un parle et perce enfin le secret du naufrage de l’Estonia.
Sur le web une vidéo mêle images d’archives et bande son du Titanic :
r,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *