L’insoutenable catastrophe ?

"Peur de Kashima. Fête en l'honneur du Namazu"

J’ai le plaisir de vous informer de la soutenance de ma thèse en vue de l’obtention du doctorat d’anthropologie de l’EHESS. Je tiens à remercier Culture Visuelle, son maître artisan André Gunthert et l’ensemble de l’équipe technique et de rédaction, pour m’avoir hébergé sur cette magnifique plateforme : je vous suis plus que reconnaissant ! Après un an de silence « théseux », je reprendrai du service dès novembre, suivant l’actualité, avec de nouvelles billes et grilles de lectures issues de mes recherches académique et théâtrale. Si le coeur vous dit de courir le risque d’assister à une soutenance sur les catastrophes…

Catastrophes et mondes

Disputes et trajectoires du sens des aléas majeurs

le jeudi 10 octobre 2013 à 14 heures
Salle Maurice et Denys Lombard 96, Boulevard Raspail, 75006 Paris

*

*

Le jury est composé de messieurs

Augustin BERQUE (géographe, directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales),
Nicolas BOULEAU (mathématicien, directeur d’études à l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées)
Dominique BOURG (philosophe, professeur ordinaire à l’université de Lausanne)
Frédéric JOULIAN (anthropologue, maître de conférence à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales)
François LAPLANTINE (anthropologue, directeur d’études à l’université Lyon II)

Résumé de la thèse

Le mot « catastrophe » renvoie à des événements qui seraient univoquement néfastes. Or, cette charge normative ne correspond que partiellement aux incidences concrètes des événements auxquels ce terme est appliqué. Ce décalage traduit la prégnance culturelle d’une forme de catastrophisme. En effet, la réalité des catastrophes est bien plus complexe et ambivalente, à tel point qu’elles soulèvent d’importantes controverses. La légitimité de la manière de « faire monde » de la société concernée est alors mise en question, entre autres parce que ses modèles de prédiction, de gestion et de prévention ont fait défaut. Ce « temps de crise » permet d’observer quels sont les autres paradigmes présents dans les marges sociales et les hors-champs culturels. L’analyse comparée de différents cas d’études (historiques et ethnologiques) montre la variété et la divergence des trajectoires interprétatives, et fait apparaître le caractère récurrent d’une dispute sociale. En mobilisant deux appareils conceptuels, la « mésologie » d’Augustin Berque et la « grammaire des cosmologies » de Philippe Descola, cette thèse propose des catégories interprétatives (risque, contrainte, ressource, agrément) et explicatives (causes, mobiles, raisons, principes) autour desquelles s’articulent les problèmes soulevés par les aléas majeurs. Enfin, la mise en regard dynamique de ces deux matrices théoriques met au jour un « dispositif médial » où la dispute opère elle-même en tant que modalité de régulation essentielle des mondes humains et de traitement des catastrophes.

*

*** La soutenance sera suivie d’un pot « Jura » : vin jaune, conté, cancoillotte…***

*

En espérant ne pas finir comme ces commerçants d’Edo (ancien nom de Tôkyô),
à la suite du terrible séisme du 11 novembre 1855

"Millionnaires se tenant le ventre" (Edo, novembre 1855)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *