Erika, stratégies de responsabilité

« Il n’existe pas de risque zéro et nous avons fait tout notre possible ». C’est imparable. Conclusion (de l’ex-patron de Total) : tant que le pétrole continuera à être véhiculé par voie maritimes, il y en aura de temps en temps sur les plages et les coquillages. Sous entendu de la dernière proposition : si vous ne voulez plus de naufrages de pétroliers il ne faut plus s’alimenter en pétrole. Vous ne voulez plus être approvisionnés ?
27/10/2009 19:32 Paris (AFP)

Desmarest admet avoir « sous-estimé » l’ampleur de la catastrophe

L’ex-PDG de Total Thierry Desmarest a « regretté » avoir « sous-estimé » dans les premiers jours « l’ampleur » des conséquences du naufrage de l’Erika, tout en estimant que Total n’avait « pas failli », dans une déclaration à l’AFP.

A Paris, lors du procès en appel du naufrage de l’Erika (advenu le 12 décembre 1999), il a fait valoir que « il n’y a pas de risque zéro en matière de sécurité maritime même s’il faut se battre au maximum » . Dans une déclaration écrite remise à l’AFP après l’audience, M. Desmarest, qui n’a jamais été amené à témoigner lors du premier procès, a « regretté » avoir « sous-estimé » dans les premiers jours « l’ampleur » des conséquences du naufrage de l’Erika et « n’avoir pas eu les mots pour exprimer son émotion et sa solidarité aux victimes de la pollution ».

Mais pour lui, « personne ne peut contester que Total s’est mobilisé très rapidement et très concrètement en faisant tout son possible pour limiter les conséquences » de la catastrophe. « Je souhaite que ce procès fasse ressortir que nous ne sommes pas à l’origine de cet accident et que nos équipes n’ont pas failli, et que c’est pour cela que nous avons fait appel« . Il a ajouté que, dans un « esprit de solidarité citoyenne », l’entreprise avait proposé en 2008 de « régler, de manière définitive et irrévocable quelle que soit l’issue de l’appel, les indemnités décidées en première instance« .

Costume gris strict et fines lunettes, les mains croisées dans le dos, Thierry Desmarest, 63 ans, patron du groupe pétrolier lors du naufrage de l’Erika, a tenté une heure et demi devant le tribunal de dégager la responsabilité de Total dans cette catastrophe.

Face aux questions précises du président Joseph Valantin, citant régulièrement les rapports annuels du groupe ou sa charte de sécurité, M. Desmarest, actuellement président du conseil d’administration de Total, a affirmé que le recours aux pétroliers pour transporter le pétrole était « inéluctable ». Insistant sur « l’amélioration substantielle de la sécurité en 20 ans de ce type de transport. Depuis 1999, a ajouté M. Desmarest, Total a « durci » les conditions de limites d’âge des navires affrétés en la fixant à 20 ans pour les pétroliers de plus de 30.000 tonnes, assurant « qu’elles sont plus courtes que celles de nos concurrents ».

Lors du premier jour d’audience du procès en appel, l’avocat du groupe pétrolier, Me Daniel Soulez-Larivière, avait précisé que Total avait d’ores et déjà versé à 38 parties civiles (dont l’Etat) 170 millions d’euros sur les 192 prononcés en première instance.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *