Lutte contre les catastrophes climatiques

L’ISDR (International Strategy for Disaster Reduction)  récompense Rachel Shebesh pour ses actions de sensibilisation en Afrique. Cette dernière défend des idées somme toutes assez classiques mais où il s’agit aussi d’ « informer les femmes dans les villages ».
Réduction des risques liés aux catastrophes : une parlementaire kenyane distinguée

Ousmane Ibrahima Dia
27/10/2009, Midrand, (source : APS)

La parlementaire kenyane, Rachel Shebesh, a reçu mardi à Midrand le prix du champion d’Afrique pour la réduction des risques liés aux catastrophes, une distinction honorifique décernée par la Stratégie internationale des Nations unies pour la réduction des catastrophes climatiques (ISDR) dont le siège est à Genève.

En tant que championne africaine, Mme Shebesh entend ainsi promouvoir la synergie entre la réduction des risques liés aux catastrophes et l’adaptation au changement climatique dans toute l’Afrique. Elle va aussi travailler en étroite collaboration avec tous les parlementaires africains, en vue d’obtenir un engagement politique en matière de réduction des risques de catastrophe. Le continent africain demeure très vulnérable aux catastrophes climatiques avec 10 millions de personnes affectées annuellement par les longues sécheresses et des inondations sévères.

’Rachel Shabesh est toujours active dans la lutte contre la réduction des risque liés aux catastrophes (…) Elle va continuer, en étroite collaboration avec tous les partenaires africains, à porter la voix de l’Afrique lors des prochaines négociations sur le changement climatique à Copenhague’’, a déclaré Margareta Wahlström, représentante spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la réduction des risques liés aux catastrophes.

Mme Shebesh dirige le ‘’Black and Green, ready to lead’’ dont la campagne a été lancée le même jour à Johannesburg en marge de la première session de la deuxième législature du Parlement panafricain (PAP). Cette campagne a pour but de sensibiliser l’Afrique sur l’importance de l’utilisation des mesures de prévention pour réduire l’impact des catastrophes climatiques. Elle vise à promouvoir la synergie entre la réduction des risques de catastrophe et l’adaptation aux changements climatiques parmi les parlementaires, les fonctionnaires gouvernementaux de haut niveau et le public en général. ’’Nous, parlementaires, devons faire plus pour intégrer la réduction des risques de catastrophe et l’adaptation au changement climatique dans nos politiques de développement’’, a affirmé Mme Shebesh.

« De toute évidence, les catastrophes ont des impacts à long terme sur les populations et leurs moyens d’existence et nous devons faire davantage pour protéger nos peuples des impacts croissants de catastrophes liées au climat. Je vais continuer à parler avec les dirigeants africains sur la nécessité d’un engagement accru et de l’investissement dans la réduction des risques de catastrophe« , a-t-elle ajouté. Rachel Shebesh est membre du Parlement du Kenya et membre du Parlement panafricain. Elle est également vice-président du Réseau des parlementaires africains contre la corruption. Elle est aussi championne pour le Réseau kenyan des personnes handicapées et, plus récemment présidente de l’Initiative parlementaire africaine sur la prévention des risques climatiques. ‘’C’est un prix destiné à l’Afrique, à l’engagement africain pour la protection de l’environnement. Ce prix a une valeur mondiale pour affirmer que les parlementaires africains méritent cette récompense’’, a-t-elle commenté au cours d’une conférence de presse. Les parlementaires panafricains doivent engager les chefs d’Etat dans les actions de protection de l’environnement, informer les femmes dans les villages, a souligné Rachel Shebesh.


Une réflexion au sujet de « Lutte contre les catastrophes climatiques »

  1. Toutes mes félicitations à madame. Face aux défis qu’imposent cependant les changements climatiques, je souhaite vivement que l’ensemble des partenaires du continent s’implique davantage dans cette effort de sensibilisation. Toute en insistant bien entendu sur le fait, que cet effort de sensibilisation ne devrait surtout se faire sans prendre en compte l’impérieuse nécessité d’emmener nos collectivités à romptre avec les croyances anciennes et autres considérations socioculturelles qui rendent difficile voire impossible une meilleure appréhension de la notion du risque en Afrique.

    Blog: Prévention de catastrophes en Afrique
    abdelkadertoure.wordpress.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *