Climatum

Un collectif lance un « Ultimatum Climatique » aux chefs de gouvernements des Nations Unies qui se réuniront à Copenhague lors d’une conférence sur le climat. Le coût financier estimé pour rester au dessous d’un seuil critique de réchauffement (350ppm), correspond à 10% des dépenses militaires mondiales.

Il y a dans l’appel lancé une critique entendue comme relevant du bons sens, pour des dépenses jugées absurdes. On sait pourtant le rôle que les forces militaires peuvent également jouer en tant que forces de paix ou dans le cadre d’actions humanitaires : elles peuvent aussi constituer une mobilisation humaine et matérielle de grande envergure et très réactive dans des situations non guerrières. Il y a là (dans les organisations militaires) une ressource humaine qui ne connait pas d’équivalent : organisée, formée, équipée, et dont les fonctions peuvent être déplacées en faveur de toute « bataille » de grande envergure.

Les dépenses associées aux forces armées sont considérables, on peut demander leur diminution mais aussi déplacer l’emploi de ces forces et leurs fonctions déclarées. Nous savons ce que peuvent des troupes, s’il s’agit de réaliser des travaux d’envergures, rétablir des digues, porter secours à des personnes sous le coup d’une catastrophe, transporter rapidement et en grandes quantité des vivres et des médicaments, et même planter des arbres pourquoi pas. Ces troupes sont des ressources disponibles en termes de mobilisations humaines et techniques de grandes envergures. Elles correspondent à des structures sociales établies de longues dates, qui ont été nécessaires à chaque société pour faire face aux aléas de grandes envergures qu’elles ont subi au cours de leurs histoires. En Europe notamment ce furent les guerres et les épidémies bien plus que des catastrophes environnementales. Le problème ne réside peut être pas dans les sommes hallucinantes consacrées aux forces militaires mais dans leur usage et les fonctions attribuées à celles-ci. Face à des aléas majeurs, que sont les les catastrophes naturelles et les dynamiques humaines liées à la mondialisation, nous avons besoin de pouvoir mobiliser des forces humaines elles-aussi « majeures ». Et les institutions sociales que cela suppose ne s’inventent pas. Plutôt que demander une redistribution des moyens mis en œuvre, nous pourrions œuvrer pour une redistribution et un déplacement des fonctions guerrières, c’est à dire des « batailles » à mener. Les catastrophes qui nous menacent ne se combattent plus forcément avec des mitraillettes mais elles supposent toujours cette capacité de mobilisation et de réactivité propres à ce que l’on nomme « troupes ».

« Bonus » : une vidéo particulièrement autoritaire accompagne parfois le texte. Face à un aléa majeur se (re)dessinent souvent les figures du prophétisme, du catastrophisme, ou du despotisme. Ici les trois me semblent malheureusement et subrepticement réunies. Qui lance des ultimatums en général ?

L’ultimatum climatique, l’appel pour la conférence de Copenhague

Monsieur le Président,

Au mois de décembre de cette année se tiendra à Copenhague le Sommet de l’ONU sur le climat. Confrontés au péril climatique, les dirigeants du monde entier devront parvenir à surmonter leurs divergences d’intérêts de court terme pour se rassembler autour d’un projet politique mondial fondé sur un constat scientifique objectif et ainsi donner une suite au protocole de Kyoto qui soit à la hauteur des enjeux que nous allons devoir tous ensemble affronter dans les décennies à venir. Le résultat de cette conférence dessinera l’avenir climatique de l’humanité. Or comme le rappelait il y a un an le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-Moon, « nous sommes au bord d’une catastrophe si nous n’agissons pas ».

Acteurs reconnus de la protection de l’environnement, des droits humains et de la solidarité internationale, conscients des responsabilités qui sont les nôtres, nous avons décidé pour la première fois de parler d’une seule voix pour vous exprimer publiquement notre préoccupation et vous appeler à agir avec ambition et détermination lors de la Conférence de Copenhague. Au regard de l’ultimatum climatique auquel l’humanité est confrontée aujourd’hui, Monsieur le Président, vous aurez rendez-vous avec l’Histoire en décembre 2009.

Le réchauffement du système climatique est sans équivoque. L’activité humaine en est la cause. Ses impacts se font déjà ressentir en différents points du globe, notamment par la multiplication des catastrophes climatiques. Si nous n’agissons pas maintenant, ils seront sans aucun doute encore plus dévastateurs. C’est le constat sans appel de 2 500 scientifiques du monde entier qui ont reçu collectivement le Prix Nobel de la Paix en 2007 pour leurs travaux sur le phénomène des changements climatiques. Depuis, de nouveaux éléments scientifiques montrent, chaque jour, que le climat se dérègle au-delà des prévisions les plus pessimistes, avec des conséquences bien plus précoces que prévues et d’ores et déjà visibles.

S’il est encore difficile d’évaluer avec précision l’amplitude des impacts, le danger est en revanche déjà certain. Ecosystèmes ravagés, variabilité climatique extrême, hausse du niveau des océans… : les premières victimes de ces catastrophes en chaîne sont les populations déjà vulnérables en Afrique subsaharienne, en Asie centrale, du Sud Est ou dans de nombreux pays insulaires. La sécurité alimentaire, l’accès à l’eau ou à la terre sont gravement menacés et des centaines de millions de personnes risquent d’être poussées à l’exode, grossissant les rangs de ceux que l’on nomme les « réfugiés climatiques ». Dans un monde de crises, nous craignons que la guerre, l’autoritarisme, les inégalités, la misère  et la souffrance humaine prennent encore un peu plus le pas sur la paix, la dignité humaine et la démocratie.

L’urgence climatique nous commande donc d’agir à la hauteur des périls qui sont devant nous. Nous maîtrisons déjà la plupart des technologies nécessaires pour relever le défi d’un mode de développement qui intègrerait à sa juste mesure l’impératif climatique. De plus, cette rupture avec un modèle de développement hérité d’un passé révolu recèle des opportunités d’économies, d’emplois et d’innovations considérables. Encore faut-il que nous prenions la décision politique de le faire.

Tout d’abord, il faut impérativement parvenir à stopper la croissance des émissions mondiales de gaz à effet de serre d’ici à 2015 avant de les faire décroitre. C’est la seule voie pour limiter le réchauffement des températures bien en-dessous de 2°C, seuil au-delà duquel la capacité à s’adapter de nos sociétés et des écosystèmes est menacée. Pour ce faire, Les pays industrialisés, dont la France, doivent s’engager collectivement à réduire leurs émission
s de gaz à effet de serre d’au moins 40% d’ici à 2020 par rapport à 1990.

Mais cela ne sera pas suffisant. Les pays en développement doivent, eux aussi, mettre en place les politiques industrielles, énergétiques et agricoles qui limiteront la croissance de leurs émissions avant de les réduire, sans compromettre leur légitime aspiration au développement économique et social. L’accord de Copenhague devra permettre à ces pays d’évoluer vers des modèles sobres en carbone. Il devra aussi leur permettre de s’adapter aux conséquences inévitables du changement climatique.

Pour nombre d’entre eux, en particulier les plus vulnérables, ces actions ne pourront se faire sans le soutien financier et technique des pays industrialisés. Les besoins d’ici à 2020 sont évalués à plus de 100 milliards d’euros par an. C’est moins de 10% des dépenses militaires mondiales.

Responsables de la majorité des émissions de gaz à effet de serre aujourd’hui dans l’atmosphère, munis de capacités d’action plus fortes, les pays industrialisés portent la responsabilité morale, légale et économique de mener le combat contre le dérèglement du climat. Monsieur le Président, vous vous devez de prendre la tête de ce combat qui est sans aucun doute l’enjeu de ce siècle. Notre avenir commun dépendra dans deux cents jours des choix politiques qui seront faits.

Serge Orru, WWF-France
Pascal Husting, Greenpeace France
François Danel, Action contre la Faim
Olivier Braunsteffer, Care France
Souhayr Belhassen, FIDH
Nicolas Hulot, Fondation Nicolas Hulot
Anne Bringault, Les amis de la terre
Michel Bruguière, Médecins du Monde
Luc Lamprière, Oxfam France Agir Ici
Sandrine Mathy, Réseau Action Climat
Michel Roy, Secours Catholique


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *