L’effet exo-planète (fisheye, suite)

L’une des premières image prise par le NASA Curiosity Rover. Crédit image : NASA/JPL-Caltech

Changement de décor.

Cette première image du drone « Curiosity » arrivé sur le sol de Mars hier à 07:37 (heure de Paris), diffusée par la Nasa évoque  mon récent billet sur l’usage d’une optique fisheye pour donner une dimension globale à un phénomène local.

Dans cette image, l’optique fisheye produit l’impression que l’ombre portée par le robot s’étend à une planète entière. Implicitement, c’est l’image d’une mainmise. L’image d’une conquête.

Plus les heures avancent, plus les images sont mises à plat (elles sont linéarisées par ordinateur, afin – explique le site de la Nasa – de compenser l’effet de distorsion de « l’œil de poisson » du Rover).

Crédit image : NASA/JPL-Caltech

Crédit image: NASA / JPL-Caltech

Mars premières images Curiosity atterrissage fisheye
Mars premières images Curiosity atterrissage fisheye

Puis une autre caméra embarquée permet de montrer une image en couleur. Fascinante.
Mars premières images Curiosity atterrissage fisheye

La première image en couleur du « paysage » martien (« Curiosity’s First Color Image of the Martian Landscape »). Crédit photo : NASA/JPL-Caltech/Malin Space Science Systems

Mars premières images Curiosity atterrissage fisheye
Mars premières images Curiosity atterrissage fisheye

Ce que produit ce travail de l’image ?
Mars premières images Curiosity atterrissage fisheye

Peut-être l’humanisation progressive d’un environnement en paysage ?

Ce qui est donné à voir,  à mon sens, ce sont les prémisses du rapport de l’homme avec cette planète. Comment il commence à l’investir, comment il se l’approprie.

Sa première empreinte, ses premiers pas – cette fois-ci comme avant1 – sont graphiques.

L’homme adapte la Curiosity à sa mesure, par son regard : avec un horizon (aplani) et un dégradé de tonalités qui évoquent étrangement des territoires familiers : les steppes d’Asie centrales (ou le Far West), un jour de sable.
Mars premières images Curiosity atterrissage fisheye
Mars premières images Curiosity atterrissage fisheye

  1. Pensons au 2001: A Space Odyssey de Kubrick, qui montrait les premières images de la Terre vue de l’espace, avant qu’elle n’ait été effectivement vue sous cet angle. []

5 réflexions au sujet de « L’effet exo-planète (fisheye, suite) »

  1. @ Dominique : Je vous remercie pour les liens et les précisions. Votre commentaire est plus long que le billet initial !
    Au moment où j’ai publié ce billet, la Nasa n’avais pas encore diffusé de vue panoramique à 360°. La photographie sphérique demanderait une étude en soi, que vous entamez d’ailleurs fort bien. Je rejoins également l’argument d’un besoin de médiatisation immédiate.
    @MarcD : poétique ou technique ? Je ne crois pas en cette dichotomie.. mais bien plus à ce que vous évoquez ensuite à propos de la musique (« assemblage de sons et d’ondes »). Je considère ces images en tant qu’ »assemblages », pour reprendre votre terminologie. Et, en ce sens, vous avez raison de rappeler la part technicienne, que je n’avais pas esquissé, mais dont je ne connais pas les ressorts.

  2. Bonjour,

    Autant je partage l’idée que les images de Mars qui nous parviennent relèvent d’une « humanisation progressive » de cet environnement, autant je trouve dommage que vous ne pousuiviez pas votre argumentation juste un peu plus loin.

    En effet, il ne vous aura pas échappé que la dernière étape de cette reconstruction de l’espace par l’image s’achève avec des photographies sphériques, qui proposent une couverture à 360° sous tous les angles possibles à partir d’un même point fixe.

    http://www.photojpl.com/curiosity-landing-site-on-mars-first-hd-panorama-of-gale-crater/-/s4fkBPaSqJ/

    ou, en couleur et sans coupes :http://www.photojpl.com/greeley-haven-mars-panorama-virtual-tour/-/XMpLYEyNJJ/

    Cette technique, de plus en plus développée et employée en divers domaines (et même dans le reportage) permet plus qu’une découverte d’un lieu ou d’une scène. L’interaction qu »elle propose (du même ordre que l’expérience que l’on peut faire avec StreetView sur Google maps) autorise aussi une certaine appropriation (très partielle et imaginaire dans ce cas précis, bien entendu) là où les toutes premières photo de Curiosity devaient surtout attester que le contact avec le sol avait bien eu lieu (et que le véhicule était toujours en bon état).

    Personnellement, j’ai été assez surpris par le coté vieillot de cette première image diffusée par la Nasa (dont on s’attend un peu à voir surgir Armstrong à tout moment pour aller planter sa bannière étoilée sur le sol martien…) tant ce type d’image, et aussi la photo au fish-eye de la place de la Puerta del Sol, est très daté années ’70. D’ailleurs, peut-être auriez-vous pu écrire quasi les mêmes remarques sur ces deux images à propos de « l’humanité rassemblée dans une même bulle » :http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Aldrin_Apollo_11.jpg.

    A noter, pour comparaison, que des images panoramiques de la Lune ont aussi été réalisées : http://www.laboiteverte.fr/panoramiques-sur-la-lune-par-les-missions-apollo/

    Alors que « l’amarsarissage » n’a jamais été – et ne sera jamais – qu’une image d’artiste animée sans référent (une « fiction » médiatique : http://culturevisuelle.org/totem/1660 ), la première image diffusée par la NASA semblait au contraire répondre à un besoin d’immédiate médiatisation d’un évènement et d’attestation que seule la joie des ingénieurs et leurs embrassades permettaient alors d’imaginer mais sans le montrer, à la différence de l’alunissage d’Apollo 15 en ’69 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Apollo_15_landing_on_the_Moon.ogg ). Là était donc là le rôle de cette photographie, une parmi un ensemble sans doute pas encore parvenu de Mars (à plus de 200 millions de km en cette période, je crois) que de faire preuve, d’attester du succès de la mission.

    On peut bien sûr critiquer l’aspect ludique de la photographie sphérique, mais il me semble qu’elle concrétise et satisfait bien mieux que le fish-eye notre besoin de cerner la globalité d’une situation, en agissant comme son strict inverse par recomposition de l’éclatement plutôt que par un recentrage produisant cet effet d’éloignement/englobement. Il ne s’agit pas ici de s’extasier devant la technologie de l’image en haute résolution ou de croire que la photographie sphérique nous permettra de compter chaque pierre du sol de Mars comme au bon vieux temps des utopies de la photographie, mais simplement de remarquer qu’une expérience visuelle devenue banale sur terre (chercher un lieu ou visiter virtuellement une ville dans le monde) est reconductible par chacun lors d’une exploration spatiale à haut risque. Et que cette expérience nous dit nous sommes « dans » la situation et plus extérieur à elle.

    La photographie sphérique se distingue donc du fish-eye (même si celle-ci est constitutive de la première) en ce qu’elle ne nous éloigne pas pour donner à voir en sublimant, mais nous plonge au contraire au cœur d’une situation, de cet évènement, et nous indique que nous en sommes partie-prenante plutôt que seulement englobé par elle. L’idéalisation peut donc céder la place à la transformation. Mars, c’est déjà un peu ici.

    Voilà, j’avais mis de coté ces quelques réflexions suscitées en partie par votre précédent billet, mais il m’a semblé qu’elles devenaient un peu plus pertinentes aujourd’hui.

  3. La sémantique du fisheye me paraît un peu vaine, mais néanmoins poétique. On est ici dans un impératif technique, où ils ont choisit au mieux l’objectif pouvant convenir. Le choix est d’ailleurs un peu déroutant pour le non initié (fusse t’il photographe), car adapter un fisheye provant déformations à retravailler (forcément avec une alteration de l’image), conjugué à si je ne me trompe pas un capteur de 2 mega pixels, on est en droit de s’intérroger. Néanmoins l’exploration photographique a déjà été faite avant, il ne faut pas s’extasier comme si c’était la première fois, je pense que la mission de Curiosity n’est pas l’exploration d’un paysage (les précédents rover l’ont fait avec… un appareil de meilleure qualité), mais photographier des roches.

    Il est d’ailleurs étonnant (et intéressant) de constater que des photos banales à la qualité médiocre puissent avoir autant de succès, si ce n’est qu’elles sont prises sur une autre planète. C’est la toute leur force, la banalité est transcendée par la « légende »: Pris sur Mars. Il faut encore y adhèrer, car au final si la légende disait « Vue du désert de Mojave » l’intérêt aurait été proche de zéro. Je pense aussi que ça alimente une sorte de fantasme bien humain, qui veut rendre particulier les choses banales en les transcendant (d’où le succès des films ou même de la musique, assemblage judicieux de sons/ondes). Il faut aussi pouvoir jouer le jeu, car la science fiction nous a habitué à ça et être blasé est un des effets secondaire, même face au « réel ».

  4. oui, c’est beau de mettre des milliards là-haut quand il y en a si besoin en bas.
    D’abord les désastres terrestres par les humains, on se les cachera/oubliera avec des photos martiennes, « hé regardez ici c’est propre, il n’y a plus qu’à y aller… » .
    puis, en ce moment on demande une contribution financière incroyable, voir invivable, à des peuples. C’est la crise dit-on, sauf pour ces expéditions spatiales, les caisses sont vides, il n’y a plus d’argent…Allez comprendre…
    images médiatisées de diversions

  5. Plus que nous rendre ces visions familières, ces images interrogent nos esprits (?) nous cherchons à les rapprocher de paysages déjà vus sur terre…à l’heure où nous portons une attention particulière à nos ressources naturelles et à nos conditions de vie future sur terre…nous regardons ailleurs pour savoir s’il serait possible de trouver d’autres ressources sur une autre planète…un paysage vierge de toute intervention humaine…qui nous rappelle celui d’une terre encore préservée.
    Ces photos, à mon sens, n’investissent pas, ne s’approprient pas, elles observent… et c’est bien pour cela qu’est faite la photographie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *