L’effet local-global (fisheye)

La place de la Puerta del Sol (Madrid). Manifestation contre l'austérité. (Photo Sergio Perez. Reuters)

La terre est ronde et rassemble l’humanité dans une même bulle.

Chacun respire désormais dans une même ambiance planétaire (nous dit-on). Les flux culturels, tant économiques que politiques et écologiques se rassemblent dans ce que l’on nomme communément la mondialisation. Comment traduire cela par l’image ?

Une photo de Libération, parue ce matin1  parvient, il me semble, à donner cette dimension à une manifestation qui a eu lieu hier soir sur la place de la Puerta del Sol (Madrid).

Le léger effet de distorsion qui courbe l’image (certainement lié à l’emploi d’un objectif fisheye) donne à lire l’événement comme la portion d’une sphère plus vaste (qui pourrait être la Terre). La manifestation s’inscrit directement, par cette simple variation de courbure, comme s’il s’agissait d’un phénomène global : indignés les espagnols ? Oui. Mais l’image ainsi travaillée suggère également : « Nous sommes tous indignés ».

Ce que dit le regard halieutique – celui que l’on pêche au fisheye – c’est aussi, implicitement : « Les printemps commencent, sur tous les fronts, voici venu le temps des peuples, le temps des manifestations. » Comme si le monde était en instance d’ébullition, à la manière de ces micro bulles qui apparaissent au fond d’une casserole et que l’ensemble commence à frémir. Si l’on continue à chauffer les micro bulles se rassemblent et.. ça bout. Autrement dit, ça change de phase.

L’image publiée par Libé  – et d’autres2 -, donne à lire la manifestation espagnole dans une sphère à la fois global et locale, comme une ébullition  (en Espagne) qui participe à un frémissement  (Mondial).

L’œil du poisson (fisheye) rejoint la loi de poisson, et parvient à susciter la métaphore visuelle d’un exercice souvent délicat : l’articulation des échelles de grandeur, la mise en résonance des événements et des mouvances historiques, les liens entre localités et globalité.

  1. « Les Espagnols manifestent leur ras-le-bol face à l’austérité« . []
  2. Voir par exemple,  Bild.de et  la série d’images qui relatent l’événement []

4 réflexions au sujet de « L’effet local-global (fisheye) »

  1. Salut, j’ai regardé sur wikipedia la page sur la loi de poisson, qui nous parle de probabilité de récurrence, et je n’arrive pas à voir le rapport avec le contenu de ton article (à part le nom de la caméra bien entendu). Un peu d’explication supplémentaire ne serait pas de trop !

    • Salut Thomas, le lien est pas immédiat je l’avoue et, quand j’ai écrit le billet c’était simplement une vague réminiscence de mes études en physique.
      La loi de Poisson est « discrète », cela veut dire qu’elle s’applique à un ensemble fini (dans l’article, ce pourrait être la Terre). Elle permet de dénombrer le nombre d’événements (les différentes manifestations et indignations) qui s’y produisent sur une période donnée (leur fréquence).
      Cette fréquence donne une idée de l’état d’avancement du changement de phase (le nombre de bulles par seconde qui se forment sur le fond de casserole – ie le nbr de manifestations qui éclosent à la surface de la Terre).
      La distribution traduit presque graphiquement l’état du frémissement : pleins de bulles en fond de casserole (courbe bleu ciel), ou bien ébullition (courbe jaune).
      Ça n’a bien sûre valeur que d’analogie et, sans le jeu de mot, je n’y aurai certainement pas pensé.

  2. Ping : L’ immagine e l’ effetto locale/globale | LSDI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *