Clichés d’une Grèce en crise / M. Vassilakis


"Mort aux politiciens"

« La crise grecque ». A priori, le vocable réitéré en boucle par les médias est univoque. La Grèce est en récession depuis 2008. Son économie tourne au ralenti et la dette publique ne cesse de s’accroître si bien qu’aujourd’hui, elle a dépassé le seuil des 165% du PIB. « La crise grecque » est une réalité économique, mais celle-ci demeure en fin de compte bien abstraite si l’on s’en tient à son seul traitement médiatique.

Mélissa Vassilakis, une étudiante de Master en Anthropologie, se propose de documenter une partie de l’invisible, de l’ordinaire d’un quotidien de crise qui ne fait les titres de l’actualité  que lorsqu’il cesse de suivre son cours : suicides publics, manifestations qui tournent en émeutes, arrestations violentes des immigrés clandestins, etc.

Entre mars et mai 2012, elle traverse les différents quartiers d’Athènes et voyage jusqu’à l’île de Corfou, saisit ambiances et atmosphères, impressions et paroles, graffitis et reconfigurations des espaces urbains. Elle dresse un portrait constitué d' »instantanés » et propose une sorte de « photomaton ethnographique », pris sur le vif.  Elle donne à voir, entre journal de voyage et récit ethnographique, d’autres clichés, plus intimes cette fois. On touche alors à l’infra-crise et au vécu local : Quelle réalité concrète recouvre la crise économique grecque ? Quelles en sont les incidences à l’échelle des personnes ?

Athènes

Je reviens à Athènes après plus d’un an. La Grèce, pour moi, comme pour tant d’autres touristes, c’est le pays où je viens passer mes vacances, savourer le soleil et les douceurs locales. Mais je ne suis pas touriste. Je parle le grec, et bien qu’à moitié française, une partie de mon histoire personnelle se trouve ici. Troublée par la différence entre ce que les médias français exposent de « la crise grecque » et ce que m’en disent, depuis quelques temps, mes amis et ma famille au téléphone, je suis venue voir de mes propres yeux le jeu quotidien qui se trame ici, à Athènes, la capitale, ou encore à Corfou, l’île de laquelle je suis originaire.

Aéroport d’Athènes, 22 mars 2012

A l’aéroport, un homme, la cinquantaine, m’aide à charger ma valise dans le bus. Je le remercie : « Mais de rien, c’est normal de s’aider. On n’est pas en Allemagne ici ». C’est mon tout premier contact. Le bus se dirige vers le centre ville. Toutes les discussions tournent autour de la crise. Une fille est au téléphone. Elle raconte qu’elle vient d’engager un procès contre son patron : « Il ne m’a toujours pas payée. Il dit qu’il n’a plus d’argent… ». A côté, prés de la fenêtre, deux retraités : « Aujourd’hui, tout le monde cherche du travail, n’importe où, mais il n’y a rien… Les Européens nous tombent tous dessus et notre gouvernement ne nous protège pas. Nous disons OUI au Français, JA aux Allemands, YES aux Anglais… ».

Depuis l’explosion de la crise au printemps 2009, les gouvernements européens ont tenté à maintes reprises d’orienter le destin de la Grèce – notamment en ce qui concerne le prêt accordé par la BCE – et de contraindre les décisions politiques internes – en s’opposant, par exemple, au référendum que Georges Papandréou, alors Premier Ministre, a voulu soumettre au peuple à l’automne 2011 pour prendre la température des décisions prises lors du sommet européen du 26 octobre mais aussi celle de son gouvernement. L’Allemagne, en particulier, chef de file opiniâtre, fait l’objet d’une critique virulente.

"Que le gouvernement tombe" (entre l'aéroport et le centre ville d'Athènes)

Clichés d’une Grèce en crise
De l’autre côté de la vitre, le long de la route qui défile, un magasin sur trois a mis la clé sous la porte. On lit partout, au mieux, « Enoikiazetai » (« à louer ») au pire, « Pwleitai » (« à vendre »).

D’un quartier à l’autre, Athènes est très différente. La place Syntagma est un symbole politique du pouvoir et Exarcheia, un quartier libertaire et étudiant. Il y a aussi les quartiers touristiques, Plaka et Thisseio, qui bordent l’Acropole où se dresse le Parthénon, ou encore le centre géographique de la ville, Omoneia et Metaksourgeio, devenus, ces dernières années, des ghettos de pauvreté

Quartier universitaire, Athènes, 30 mars 2012

Rue Eleutheriou Venizelou

Clichés d’une Grèce en crise
Il est 20h. La rue qui mène de la place du Parlement, Syntagma, vers le métro Panepistimiou, centre culturel de la ville, est presque déserte. Seules les voitures défilent. Au loin, des sirènes hurlent. Ma seule compagnie se limite aux nombreux messages politiques qui ornent les murs, aux drogués en manque de dose, à des immigrés, à terre, tantôt mendiant et regardant le sol, tantôt allongés, presque morts.

Idem, 31 mars 2012

Devant l'université de droit

Clichés d’une Grèce en crise
En milieu d’après-midi, l’atmosphère semble différente. Devant l’université de droit, est rassemblée une centaine d’étudiants et d’immigrés. Un étudiant parle dans un micro. Pendant ce temps, d’autres collent des affiches à l’entrée de l’université : « solidarité aux immigrés ».

On m’explique que, depuis quelques temps, un manège quotidien bat son plein : les immigrés qui vendent des contrefaçons sont sujets à des arrestations brutales. Les étudiants ne cessent de les cacher dans l’université, où ils trouvaient, jusque-là, refuge. Mais, depuis quelques jours, la police n’hésite plus à prendre les locaux d’assaut. Si la cible première est l’immigration clandestine, les étudiants qui militent ne sont pas épargnés. L’une d’entre eux, Elisabeth, m’explique : « Un flic vient de me traiter de pute après m’avoir foutu une gifle ».

Fin mars, faisant suite à la menace des partenaires européens d’exclusion de la Grèce de l’espace Schengen si elle ne remédie pas à l’immigration illégale, Michalis Chryssohoidis, Ministre des affaires intérieures, lance une « opération de nettoyage » de grande envergure. Celle-ci est censée faire face au nombre accru des sans-papiers dans le centre-ville d’Athènes et au manque d’infrastructures d’accueil. L’objectif est de regrouper les migrants irréguliers dans des centres dits « d’hospitalité » qui, à ce jour, n’existent toujours pas.

"Anarchie = liberté" (sur la bibliothèque nationale)

Clichés d’une Grèce en crise
A quelques pas de là, des touristes scrutent la façade de la Bibliothèque nationale. Quatre policiers patrouillent et le décor leur sied plutôt mal : sur le marbre blanc de l’édifice, encore des messages politiques tels que « anarchie = liberté » ou « flics, porcs, assassins ». Je m’arrête pour prendre une photo. Je me demande ce que pensent les policiers de ces inscriptions. L’un d’entre me répond : « T’as vu, ils écrivent que des trucs sur nous, la police. Nous on fait notre boulot, c’est tout. Au lieu de s’en prendre aux mecs du PASOK, ils se ruent sur nous. On est les têtes de turcs de la société… »

Le PASOK est le parti socialiste grec. D’obédience sociale-démocrate, il remporte en 2009 la majorité absolue au Parlement. Georges Papandréou devient alors Premier Ministre avant de démissionner le 9 novembre 2011 sous la pression de grandes vagues de protestation initiées par les Grecs en réponse à l’application de la politique dite « d’austérité ». Le parti a depuis largement perdu de son électorat comme l’ont montré les élections législatives du 6 mai 2012.

La police est aujourd’hui partout présente dans les rues d’Athènes. En quelques années, le nombre de policiers a massivement augmenté. « Plus on est nombreux, plus on est de fous », comme on dit… Hier, tôt dans la soirée, j’ai vu trois policiers en moto, la roue avant en l’air, dévaler en ligne la grande avenue Patision.

Place du Parlement (Syntagma), Athènes, 4 avril 2012

"Je souffre" (rue Ermou)

Clichés d’une Grèce en crise
La rue qui mène des quartiers touristiques à la place Syntagma s’appelle « Ermou ». C’est la principale rue commerçante d’Athènes. Un magasin sur trois y a fermé. Au milieu des lumières criardes des commerces survivants, sur chaque côté de la rue, un autre spectacle s’offre à moi. Ici, des gitans jouent de la clarinette, là, un mendiant se cache derrière une pancarte « j’ai faim ». Les murs, les devantures des magasins regorgent de messages politiques inscrits au spray noir « feu aux temples de la consommation », « je souffre », « pas d’autre sauvetage ».

Aujourd’hui, un homme de 77 ans s’est donné la mort, à 9h, sur la place de Syntagma. Il s’est tiré une balle dans la tête. En se brûlant la cervelle, il protestait. Il a laissé une lettre dans laquelle il explique que son âge ne lui permettant pas de réagir de façon active à la crise, la seule solution qui s’est imposée à lui fut le suicide. Il était pharmacien et avant de se tuer, il aurait hurlé qu’il ne voulait pas laisser de dettes à ses enfants. Un événement facebook s’est ouvert et le soir même, une foule de personnes s’est rendue devant l’Assemblée. Certains, pour lui rendre hommage, d’autres, pour montrer leur colère : « ce n’est pas un suicide, disent-ils, c’est un assassinat politique ». D’autres, enfin, par crainte que le vieil homme ne fasse des adeptes. L’événement s’intitulait : « Tout le monde à Syntagma. Ne nous habituons pas à la mort ».

La Grèce connaît d’ordinaire un taux de suicide plus bas que celui de ses voisins européens. Depuis le début de la crise cependant, il a doublé. Cette année en particulier, selon le Ministère grec de la Santé, il a augmenté de 40% par rapport à l’année dernière et les dépressions ne cessent de se multiplier.

Devant le parlement (source : Zebuzzeo)

Devant l’assemblée, quelques milliers de personnes manifestent pacifiquement. Les générations se mélangent : peu d’enfants mais beaucoup d’adolescents, de quadragénaires, d’octogénaires. Puis, un petit groupe d’une dizaine de personnes jette des projectiles en direction de la police. Armée comme si nous étions en temps de guerre, il ne lui en faut pas plus. Elle réplique par trois grenades. Pendant ces quelques secondes, la panique semble commencer à s’installer. Une vingtaine de personnes se met à courir. Mais le trouble se résorbe rapidement. La plupart des manifestants reste sur place. Ils semblent avoir à présent l’habitude de cette routine.

Le lendemain, on apprendra que le chef du syndicat des journalistes, Manos Lolios, a été grièvement blessé. Alors que celui-ci est hospitalisé, ses confrères rédigeront une lettre dénonçant la mise en danger de la liberté d’expression.

Extrait de la lettre des photo-journalistes de Grèce rédigée le 5 avril 2012 (source):

« Les attaques systématiques et récurrentes contre les personnels de la presse, au cours de leur travail, qui empiètent sur les droits humains fondamentaux, ne doivent pas être considérées comme aléatoires, car même une personne de bonne foi pourrait conclure ‘ce sont des attaques conscientes envers la presse libre, il s’agit d’un effort visant à terroriser les journalistes’. […] Notre Union se réunira ensuite avec les autres Unions et Fédérations du secteur de presse en Grèce et à l’étranger, afin de protéger la presse libre. Nous allons résister contre les actes qui portent atteinte à la démocratie, qui essayent de nous mettre dans des situations et des régimes du passé, dont notre peuple a payé un lourd tribut, et qui ont disparu de manière irréversible. »

Exarcheia, Athènes, 7 avril 2012

On l’appelle communément « le quartier anarchiste ». Mais Exarcheia est aussi un lieu de rencontre entre étudiants, entre artistes. Les seuls commerces que je croise : des restaurants qu’on appelle ici des « tavernes », des cafés ou encore, des librairies.

A Exarcheia

Clichés d’une Grèce en crise
Les murs sont pleins d’affiches annonçant les prochaines manifestations, les événements culturels à venir dans le quartier ou encore, à même le mur, au spray, de messages politiques, humoristiques ou poétiques. Beaucoup de personnes décrivent le quartier d’Exarcheia comme « lieu de la liberté d’expression ». Si la police quadrille toutes les entrées du quartier, elle pénètre rarement à l’intérieur. Lorsqu’elle le fait cependant, ses interventions sont violentes.

C’est ici qu’a été abattu, le 6 décembre 2008, au cours de heurts entre des jeunes et des forces de l’ordre, Alexis Grigoropoulos, un lycéen de 15 ans. S’en sont suivis plusieurs semaines de troubles quotidiens qui marquèrent l’actualité internationale par leur violence. On lit aujourd’hui des messages dédiés à sa mémoire sur les murs du quartier : « 6/12/08 : Alexis, nous n’oublions pas ». Le lycéen est devenu l’un des symboles de l’incompréhension grandissante entre, d’une part, l’Etat et ses représentants et, d’autre part, le peuple. Chaque année, sa mort fait l’objet d’une commémoration. Celle de décembre 2011 prit un tour politique : les manifestant qui lui rendirent hommage scandaient des slogans politiques contre l’austérité.

Théodora

Clichés d’une Grèce en crise
Je rencontre Théodora , une jeune femme de 25 ans qui étudie la photographie à Athènes. Cela fait sept ans qu’elle habite à Exarcheia.

« Ma vision du quartier et d’Athènes a beaucoup changé en sept ans. Pour moi, il y a eu trois stades. Le premier était celui de la découverte, de l’extase pour une ville. Je sortais, passais mon temps à observer ce qui m’environnait. Ensuite, j’ai passé une phase où je travaillais d’arrache-pied. Je n’avais même plus le temps, la force de regarder autour de moi. Maintenant, je ne vois qu’un chaos, de la violence, de la misère… Moi, de manière générale, je ne suis pas un être emprunt à la peur. Je n’ai jamais peur. Mais je remarque la peur dans le regard des gens. Je crains qu’un jour, ça me contamine, que je finisse pas avoir peur à mon tour… ».

« Cela fait longtemps que je sens la crise arriver, que je la vois qui se prépare. Mais je ne la ressens directement, sur les autres comme sur moi-même, que depuis l’année dernière. Mon copain a dû retourner dans son village d’origine, avec ses parents. Il est musicien et n’a pas de quoi vivre. En ce qui me concerne, il y a quelques temps, je t’aurais dit que je voulais faire un Master à l’étranger. Maintenant, je ne sais plus. L’argent, les perspectives d’avenir… Pour cet été, j’aimerais trouver un travail en tant que photographe pour des mariages ou des baptêmes. Avec une amie, on a pensé devenir hôtesses de l’air afin de pouvoir voyager et prendre des photos à l’étranger. Pour l’instant, je n’arrive pas à voir plus loin. Et encore, je ne vis pas la pire des situations. Même si mes parents, comme les trois quarts des Grecs, ont vu leur salaire diminuer presque de moitié, je peux toujours m’appuyer sur eux, retourner vivre avec eux. Mais je ne le souhaite pas, j’ai 25 ans et je veux être indépendante ».

En Grèce, le taux de chômage dépasse actuellement les 22% de la population et touche 45% de jeunes. Le salaire minimum a baissé en moyenne de 22% (586 euros brut) et, chez les moins de 25 ans, de 32% (470 euros brut). Les pensions de plus de 1300 euros ont été amputées de 12% après avoir déjà subi des coupes de 10% en 2010. Les mesures relatives aux salaires et pensions sont rétroactives.

« Pour moi, cette crise, est avant tout une remise en question de soi. C’est d’ailleurs l’origine du mot crise. Qui suis-je ? Qu’est-ce que je veux faire ? A mon sens, c’est le bon point de cette crise. En Grèce, et dans le monde en général, on avait besoin de cette remise en question ».

Exarcheia, la nuit

Clichés d’une Grèce en crise
Il est 23h. L’atmosphère paraît douce, à première vue. Sur la place centrale, certains jeunes jouent de la musique, d’autres ont lancé une partie de basket improvisée. Deux immenses panneaux annonçant les prochaines manifestations sont accrochés entre les arbres. Ceux-ci sont régulièrement changés, au fil des jours et des événements politiques.

Au cours de la nuit, l’atmosphère prend un autre visage. Des sans-abris déambulent, à l’affût de bouteilles de bières laissées là, qu’ils pourront consigner. Parfois, on entend du verre qui se brise. A 5h du matin, on entend un « boum », tout de suite après, des sirènes puis, des voix qui hurlent « flics, porcs, assassins ». Le lendemain, dans une rue parallèle à la place, le bureau du parti Synaspismos est dévasté. Dans un mois, auront lieu les élections législatives.

Synaspismos est un parti de gauche appartenant au mouvement radical-démocrate Syriza. A ce titre, il désapprouve les dernières mesures d’austérité tout en consentant à rester dans l’Union européenne.

CORFOU

Sur le port d’Igoumenitsa, côte ouest continentale, 9 avril 2012

Direction Corfou, pour fêter Pâques en famille.
A 500 kilomètres d’Athènes, il pleut. Le départ est dans dix minutes et au comptoir de la compagnie, une queue de 15 mètres de long. Le bateau est pourtant déjà plein à craquer. A l’intérieur, plus de places et beaucoup de voyageurs assis à même le sol. Ça ressemble au cliché vivant d’une Europe de l’Est sombrant dans la misère. Pourquoi ce bateau est-il si plein ? « Mardi et mercredi, ce sont les salariés de la marine qui font grève. Jeudi, c’est le tour des chauffeurs de bus ».

"Nous ne pouvons pas, nous ne voulons pas, nous ne paierons pas to charatsi. Comité populaire de Sinarades"

Clichés d’une Grèce en crise
A l’arrivée, c’est un décor spécial qui m’attend. Le village que je connais bien est rhabillé pour l’occasion : aux entrées des écoles, aux sorties des villages, des affiches arguent « Nous ne pouvons pas, nous ne payerons pas ».

« L’Etat et la télévision se moquent de nous », m’explique-t-on. Certains ont d’ailleurs pris la décision de ne plus allumer la télévision : « Ils ne cessent de nous mentir. Alors maintenant, on préfère écouter la radio, s’informer à l’aide d’Internet ».

Village de Sinarades, Corfou, 10 avril 2012

Au café principal de Sinarades, un village de 600 habitants à l’année, la télévision est toujours allumée, mais le son coupé. Les informations tournent en boucles et personne n’y prête attention. Dehors, sur la terrasse, quelques jeunes boivent leur café en papotant. L’ambiance est sereine, presque joyeuse à première vue. Des retrouvailles. Puis des conversations : « Comment vas-tu ? En Angleterre, tu as trouvé du travail ? Ici, rien. On est là toute la journée, à boire des cafés pour passer l’heure en attendant qu’on nous appelle, ne serait-ce que quelques jours, histoire d’avoir de quoi continuer à boire nos cafés ! ». Très vite, ça vire au politique.
C’est Spyros qui parle d’une voix tonitruante à Miltos, rentré de Londres pour les fêtes de Pâques. Je le connais de vue, il fait partie du décor du village, mais ne lui ai jamais adressé la parole. Il a 32 ans. Il est plombier et aussi, occasionnellement, DJ dans certains bars de l’île :

« Il y a deux mois, quand nous avons reçu les premières factures de la nouvelle taxe, « to charatsi » , nous avons organisé une réunion sur la place du village. Nous avons signé un papier qui disait que nous refusions de payer. Les factures s’élevaient à 500 euros d’impôt pour chacun d’entre nous. Comment je peux payer moi ? Ça fait deux ans, maintenant, que je suis au chômage. Qu’ils me donnent du travail et je payerai ! En plus, je ne vois pas pourquoi, je devrais payer autant d’argent. J’ai une toute petite maison, une seule ampoule, de celles qui ne consomment quasiment rien et un petit frigo. Il y a deux semaines, je me suis rendu à la DEI (la compagnie publique d’électricité) et je leur ai demandé qu’ils m’expliquent pourquoi ils me demandent tout cet argent . Ils en sont, bien sûr, incapables. Moi, je ne demande rien. J’ai même arrêté de payer la facture annuelle pour la voiture. De toute façon, qu’est-ce qu’ils peuvent faire contre nous ? Les prisons sont pleines… Non, je ne paye plus. C’est une question de résistance pour la vie. C’est l’estomac qui parle. Oui, c’est cela, c’est une résistance biologique. Ne pas payer, ce n’est pas seulement une question d’incapacité à le faire, c’est une forme de résistance. L’Etat nous a vendu. C’est comme si on te jetait une pierre et que tu ne levais pas la main pour te protéger le visage. Il faudrait qu’on se réveille, maintenant, pour de vrai… ».

Une autre part importante des mesures d’austérité concerne la fiscalité. « To charatsi » est une taxe prélevée sur tous les propriétaires de biens immobiliers. Celle-ci est tombée au cours du mois de mars et s’est élevée en moyenne à 500 euros par tête. Les Grecs l’ont baptisée ainsi en référence directe au nom d’un impôt que l’Empire ottoman prélevait sur la population chrétienne.

Capitale d’île, Corfou, 12 avril 2012

"La junte ne s'est pas arrêtée en 73"

Clichés d’une Grèce en crise
A la terrasse d’un café, une vieille femme m’interpelle : « Ma fille, je peux te parler ? Je suis angoissée, déprimée, je n’ai personne à qui parler ». Elle commence par ses souvenirs d’école, dans les années 1940, à l’époque où les Italiens de Mussolini occupaient l’île. « Et maintenant ?, dit-elle. Que se passe-t-il ? Ils sont tous devenus fous ou quoi ? Nous sommes entrés dans une seconde guerre… ». Elle n’est pas la seule à le penser. De plus en plus, dans les dans les rues, on lit « Exoume polemo » (« Nous sommes en guerre »), dans les chansons, on entend « Exoume polemo mwro mou » (« On est en guerre mon bébé »).

Depuis la Seconde guerre mondiale, la Grèce a connu une guerre civile qui opposa les forces communistes et l’armée du roi (1945-1949), mais aussi la dictature dite « des colonels » dirigée par une junte d’officiers (1967-1974). Les blessures de cette histoire récente sont encore vives. La jeune génération n’a pas directement connu la restriction des libertés, la fuite migratoire vers l’Allemagne, les Etats-Unis ou l’Australie, mais elle a grandi dans l’ombre de ce souvenir. Chaque jeune entre 15 et 30 ans connaît un parent, un oncle, un ami de la famille qui a migré à l’étranger, qu’il soit par la suite revenu en Grèce ou non.

Aujourd’hui, pour la vieille dame, le souvenir de la dictature est vif : « On nous impose tout, on ne décide de rien.. C’est un retour à la junte ! ».

"Maman, je vais être en retard... on est en guerre"

Clichés d’une Grèce en crise
Village de Sinarades, Corfou 12 avril 2012

Le soir même, je croise sur la place du village Michalis, un ami d’enfance. Il a 23 ans et est étudiant en ingénierie : « Je pense que les dix prochaines années vont être très difficiles en Grèce. Je ne vois pas vraiment de perspectives. Je pense terminer mes études en Hollande, y travailler quelques années puis, revenir quand la situation se sera améliorée… ».

Assis avec lui, Filippas, un apprenti cuisinier de 20 ans, intervient : « Moi, je termine mon école de cuisine dans quelques mois. En octobre, je dois faire mon service militaire. Pourquoi je devrais le faire ? Cela ne m’apporte rien : je gaspille un an de ma vie, ça me coûte de l’argent… Je vais dans l’armée d’un Etat qui ne nous promet rien, se moque de nous. Après le service, je ne sais pas ce que je vais devenir. Il n’y a plus rien. La moitié des gens qui travaillent en cuisine sont au chômage et les salaires ont baissé de moitié. L’année dernière, mon professeur de cuisine travaillait pour 1800 euros par mois. On l’a baissé à 1000 euros. Du coup, il est parti en Australie où il gagne plus de 2000 euros de ce que j’ai entendu… Moi, je rejoindrai peut-être mon oncle qui vient d’immigrer en Amérique pour y travailler. Je ne sais pas.. Regarde, c’est les fêtes de Pâques et je ne sais même pas si je vais pouvoir sortir. Ça fait depuis Noël que je ne suis pas sorti. Il n’y a pas d’argent, ma mère n’arrête pas de me le répéter à longueur de journée. De toute façon, je n’ai plus tellement envie de sortir. A quoi ça sert ? ».

Capitale de l’île, Corfou, 16 avril 2012

A la manière dont elles ont commencé, les festivités prennent fin : sous un temps maussade. A Corfou, on attend avec impatience la saison touristique du plein été. Et si elle n’était pas bonne ? « Dans les îles, au pire, on a tous un lopin de terre qu’on peut cultiver pour avoir les produits de base. A Athènes, c’est une autre histoire… ».

Athènes

Exarcheia, Athènes, 20 avril 2012

Au matin du 21 avril

Clichés d’une Grèce en crise
A 14 h, quand je suis rentrée chez moi, sur la place d’Exarcheia régnait un silence de mort. La police, qui d’habitude, garde les entrées du quartier, cette fois, encercle toute la place et bloque ses issues. Je dois négocier pour accéder à ma rue. C’est sûr, une opération se prépare. Et effectivement, j’apprends que l’ordre leur a été donné de vider deux squats.

20h. Il a fallu 5h à la police pour vider les squats et les fermer à l’aide de chaînes massives.

00h. Un concert est donné sur la place pour dénoncer l’opération. Beaucoup de monde est venu.

3h. Alors que le concert prend peu à peu fin, on entend une explosion. L’air se remplit d’une odeur asphyxiante et nous brûle les yeux. Des bombes lacrymogènes ont été lancées. Tout le monde avance lentement, main dans la main pour certains, vers les hauteurs d’Exarcheia. Aucune panique : « ici on est habitué… ».

4h. Quand je redescends sur la place, deux bennes à ordures brûlent de chaque côté de la place.

Clichés d’une Grèce en crise

Affiche publiée par le squat, le lendemain de l’intervention des forces de l’ordre

Clichés d’une Grèce en crise
Le lendemain, une affiche, publiée par l’un des deux squats, est accrochée dans tout le quartier « On vous a bien eu ». Les squatteurs, en quelques minutes, ont détruit les chaînes que la police avait mis 5h à installer la veille et ont réinvesti les lieux. Les chaînes ont été revendues pour 300 euros, de l’argent qui servira au réaménagement du squat.

De Plaka à Thisseio Athènes, 26 avril 2012

Dans les quartiers touristiques de Plaka et Thisseio, à première vue, la vie suit son cours. Les cafés et restaurants qui longent l’Acropole sont ouverts pour la plupart et les terrasses, animées.
A l’entrée du métro, un jeune homme joue de la trompette. Il est à peine 20h et il remballe déjà. Rémi est Français. Il a fait son Erasmus à Athènes, il y a maintenant quatre ans et a décidé de poursuivre sa vie ici. Il aime l’ambiance, la Grèce, les Grecs. Jusqu’à maintenant, il gagnait sa vie à peu près correctement en jouant de la musique dans les quartiers touristiques. A présent, il n’y arrive plus. Ça devient dur mais il n’a pas tellement envie de rentrer en France. A vrai dire, il n’y a pas tant de touristes que ça cette année. La plupart des personnes que l’on croise dans les quartiers de Plaka et Thisseio sont des Grecs.

En partant, il me lance : « Ce soir, je vais à un concert dans un squat. Viens : la bière est pas chère ! ». Il faut dire qu’à Plaka et Thisseio, le café frappé coûte, en moyenne, 2.50 euros.

A la terrasse d’un café, j’engage la discussion avec un couple d’Allemands, la cinquantaine. C’est la première fois qu’ils viennent à Athènes. « Ce n’est pas la plus belle des grandes villes, il faut dire, quand on compare à Rome ou Paris ». Je leur demande s’ils remarquent la présence de la crise. « Oui, on voit pas mal de gens qui dorment dans la rue ou qui mendient mais comme dans toutes les grandes villes quoi. La crise, elle est partout en Europe, en Allemagne aussi.. ». Leur hôtel se situe à Omoneia. Quand je leur demande ce qu’ils pensent du quartier, leur seule réponse est : « C’est bien, l’hôtel est très propre, le petit dej’ est pas mal ». Quand on sait l’ambiance qui règne à Omoneia le soir, il paraît difficile qu’on s’abstienne d’y faire allusion.

"Voix en colère", à proximité de l’Acropole

Clichés d’une Grèce en crise
Un peu plus haut, toujours à Thisseio, se trouve un très grand parc qui environne le site de l’Acropole. On peut s’y balader, se poser sur un rocher pour contempler la belle vue d’Athènes que le parc offre. Sur un immense rocher, on peut lire, marqué au spray noir « Voix en colère ». A quoi se réfèrent ces voix ? Pourquoi a-t-on tagué ici ?

Depuis l’explosion de la crise au printemps 2009, la colère populaire s’exprime de plus en plus ouvertement : manifestations, émeutes, tags d’insurgés dans les rues. Les dénonciations visent le gouvernement grec, la Troika, en particulier le FMI, mais aussi le système capitaliste dans son ensemble ainsi que la violence policière. Très souvent, les voix se portent contre l’Allemagne et son gouvernement dont les propos sont souvent qualifiés de provocants, choquants, voire insultants.

Gabriel Colletis publiait en mars 2012 un article sur mediapart, disant que Berlin exigeait la démolition du Parthénon car le coût de l’entretien du site serait trop élevé et menacerait l’équilibre des finances publiques grecques. C’était un canular, mais il a semblé plausible.

Omoneia, Athènes, 5 mai 2012

"Je souffre", Omoneia

Clichés d’une Grèce en crise
17h. Le soleil secondé d’un vent doux m’accompagne, mais je me sens mal à l’aise. Omoneia se trouve au cœur d’Athènes et contrairement à Paris et à la plupart des grandes villes européennes, le centre de la capitale n’est pas habité par les classes sociales les plus favorisées. On dit souvent qu’il est un « ghetto ». En circulant à travers les rues délabrées, je croise des étrangers issus de l’immigration qui ont faim. L’un d’entre eux, la trentaine m’apostrophe : « Ma poupée, ma poupée, tu n’aurais pas un euro ? ». Je mets du temps à réagir : « Réponds-moi, dis moi oui j’ai, non je n’ai pas, mais dis-moi quelque chose ».

La Grèce n’a rien à offrir aux immigrés. Du travail ? Il n’y en a pas. Une dignité ? L’histoire de l’immigration en Grèce est relativement récente et le racisme est chose commune depuis que les premiers immigrés principalement venus d’Albanie et des Balkans ont débarqués.

Je m’arrête acheter des bricoles dans une épicerie. J’engage la discussion avec le vendeur, Reda : « J’ai 43 ans. Ça fait 20 ans que je vis en Grèce. Je suis venu, parce qu’à l’époque, la Grèce avait conclu des contrats avec l’UE pour donner des visas aux immigrés. Maintenant, je veux partir, je ne supporte plus ce pays. Si les immigrés viennent encore aujourd’hui, c’est pour passer de l’autre côté de l’Europe. Ils n’ont en aucun cas, le but de rester ici ».

Ces dernières années, de nombreux Pakistanais, Afghans, Sénégalais ont afflué. En même temps que la crise.

En 2011, ce sont près de 55000 migrants qui ont été arrêtés au passage d’Evros, à la frontière greco-turque. L’immigration est une question ardente à l’heure actuelle. L’expression d’une volonté de repli nationaliste et xénophobe a longtemps trouvé sa voix dans le parti d’extrême droite LAOS. En 2007, le parti, crédité de 3,8% des votes, entre pour la première fois au Parlement, avec dix sièges. En 2009, il en obtient quinze. Il soutient les mesures d’austérité et s’affirme comme hyper-libéral. A la différence du Front National en France, le LAOS trouve son électorat au sein du patronat et non des classes populaires ou des populations rurales.

"Il n’y a pas d’étrangers, il n’y a pas de Grecs, il y a des prolétaires en colère", Omoneia

Clichés d’une Grèce en crise
Mateo collecte des bouteilles de bière vides. Il est ivoirien, a 26 ans, parle le français. « J’ai fui la Côte d’Ivoire où je risquais ma vie en raison de la situation politique. J’étais en 4ème année de médecine vétérinaire. Je suis parti il y a maintenant presque deux mois du Burkina où je m’étais réfugié. J’ai obtenu un visa pour la Turquie. De là, j’ai pris un bateau pour Athènes. Ma destination est l’Italie où ma mère m’attend. Je veux partir de Grèce le plus vite possible. Ici, la vie est vraiment difficile. Je dois sans cesse me cacher de la police, je gagne en moyenne 5 euros par jour en ramassant les bouteilles vides. Dans les quartiers où il y a les étudiants, les gens sont généralement sympas avec moi. Sinon ailleurs, on me hurle souvent ‘fyge, fyge’ (‘dégage’) ».

Demain, ce sera le 6 mai 2012, jour des élections législatives tant attendues, tandis que les mesures d’austérité adoptées avec le vote en février du Memorandum 2 se font ressentir de plus en plus chaque jour. La possible entrée du parti néo-nazi « Chrissi Avghi » (l’Aube dorée) au Parlement inquiète. Pour la première fois dans le milieu anarchiste, on pense voter pour freiner l’influence du parti néo-nazi sur la vie politique grecque.

Le LAOS, avec sa participation au gouvernement de coalition, a perdu de son aura aux yeux de beaucoup de ses électeurs. C’est un autre parti, longtemps considéré comme un groupuscule néo-nazi marginal, qui fait largement entendre sa voix depuis peu. Chrissi Avghi est crédité de 5% dans les sondages. Le parti est ouvertement xénophobe et antisémite : attaques physiques d’immigrés et de militants d’extrême gauche, salut nazi en plein conseil municipal, croix gammée stylisée en guise de symbole.

Gkyzi, Athènes, 7 mai 2012

Une épicerie, Gkyzi

Clichés d’une Grèce en crise
Le parti néo-nazi a obtenu plus de voix que les sondages ne le prévoyaient : 7%. Hier, des attaques tournées contre des immigrés ont eu lieu tout au long de la journée. De même, ont été dénoncées les tentatives d’intimidation envers l’électorat de gauche qui ont eu lieu dans certains bureaux de vote. En conséquence, les squats antifascistes ont mené la garde toute la nuit, en cas d’attaques, et ont lancé des réunions en vue de l’organisation d’un « front antifasciste ».

Dans le quartier de Gkyzi, il y a beaucoup de tags antifascistes. Sur la place centrale, le KKE a laissé ses traces.

Le KKE est le parti communiste grec. Jusqu’en 2007, il représentait la troisième force politique du pays. Il est aujourd’hui largement devancé par la coalition de gauche Syriza.

Je rentre dans une épicerie hors-temps. Je dis au tenancier, plus tout jeune, que sa boutique me rappelle celles de mon enfance, qu’elle a beaucoup de charme. Mais, tout de suite, il me répond : « Oui, mais au rythme où vont les choses, je ne sais pas si le magasin va tourner encore longtemps. T’as vu, autour de toi, le nombre de magasins qui ont fermé… ». Il enchaîne très vite sur les élections. « La droite, la gauche, Papandreou, Karamanlis, Sarkozy, Hollande, tout ça c’est la même chose. Les élections sont là pour donner l’illusion au peuple qu’il a un minimum de contrôle sur la politique. Que l’on vote ou non, de toute façon, c’est en dehors de la Grèce que les choses se décident : tout est déjà prévu d’avance ».

Et si la Grèce sortait de l’UE ? « Que l’on reste ou que l’on sorte de l’UE, ce sera la même chose : il n’y pas d’argent, plus rien… Moi, j’ai trois enfants : les deux premiers ont fini leurs études et sont au chômage, le dernier est en 1ère ».

Là, il baisse les yeux, fait mine de commencer à faire ses comptes. Il n’a plus envie de parler. Ce n’est pas la première fois que je le remarque : quand on interroge les gens sur ce qu’ils pensent de la situation, ils parlent beaucoup. Dès qu’ils commencent à parler de leur propre cas, très vite, leur expression change, les traits se crispent. Alors, ils coupent court à la discussion.

Crédits photographiques : Mélissa Vassilakis (licence Creative Commons). Certaines images sont numériquement datées d’avril-mai 2011, il s’agit simplement d’une erreur de réglage sur la date de l’appareil photographique.


20 réflexions au sujet de « Clichés d’une Grèce en crise / M. Vassilakis »

  1. Ping : Athènes, cité visuelle « Actualités Alternatives « Je veux de l'info

  2. Ping : Athènes, cité visuelle | Fovéa

  3. Bonjour

    J’ai des amis proches à CORFOU que j’aimerais aider. Que puis je leur apporter qui est devenu rare ou très cher là-bas? Nous y allons laa semaine prochaine. Merci de votre aide car je leur ai demandé et ils ne m’ont pas répondu!
    Cordialement
    Christine Roche

  4. Merci pour cet article si perspicace et bien écrit. Je ne vois pas non plus de perspective, mais j’espère que les Grecs s’en sortiront. Voir la lutte qu’ils mènent, poussés par l de vie, et les voir tenter de récupérer la parole politique alors qu’on a tendance à la déléguer trop vite, est vivifiant.

  5. Mais ce jeu de poker menteur lasse les Grecs qui subissent de plein fouet l’austérité. Dernière mesure marquante, l’augmentation de la TVA dans la restauration de 13 à 23%. «Un pas de trop , selon Giorgos Delastik, analyste politique. Les Grecs sont épuisés. Ils pensent surtout que le plan de rigueur appliqué n’est pas la bonne solution pour sauver leur pays de la crise, tout comme pour l’Irlande et le Portugal».

  6. Un déficit plus important que prévu, une nouvelle dégradation des agences de notation, l’inquiétude du Portugal, la chute des bourses européennes, un euro qui s’effrite, des aides qui tardent à parvenir à Athènes, et c’est l’Union européenne qui se retrouve fragilisée.

  7. Plus le temps passe, plus la crise grecque s’aggrave. Selon le représentant permanent du FMI à Athènes, Bob Traa, la récession s’accroît pour atteindre -5,5 % en 2011 et – 2,5 % en 2012. Un retour à la croissance n’est pas prévu avant 2013. L’objectif d’un déficit public de 7,6 % ne pourra pas être tenu. Le gouvernement multiplie les mesures de rigueur pour calmer les investisseurs privés, mais aussi les créanciers publics de la Grèce qui s’impatientent, au point, pour certains, d’évoquer publiquement le défaut du pays.

  8. La réalité de la troïka et ce qui nous attend tous, comme le fait remarquer très justement l’épicier à la fin du reportage. Lre le petit livre : « Non ! Les Grecs ne sont ni des voleurs, ni des menteurs ! » aux éditions Nessy.

  9. Je cherchais des informations sur Corfou aeroport et j’ai trouvé votre blog. Très bon article. Continuez de publier sur ce sujet. Merci, Lisa.

  10. La civilisation grecque antique, qui ne connaissait ni le béton armé ni les polymères, a construit des bâtiments qui tiennent toujours debout. L’UE s’est construit un Parlement qui fit badaboum en moins dix ans, un mois avant le krach de 2008 (le 7 août). Le vin grec est réputé, les pots de vin alsacien sont trop méconnus (exemple à goûter à la BNF). C’est cela pour moi, une image pertinente de la crise de l’Europe.
    Ou bien une photo du yacht de Spiro Latsis, avec Barroso en maillot de bain.

  11. Tout à fait le genre de reportage qui pourrait intéresser un (gros) magazine comme SIX MOIS. Vous devriez leur proposer. Images, texte in situ, investigation, vous avez bon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *