Le « spectraculaire » (Fukushima est-elle une catastrophe ?)

1967 - Enceinte interne de Fukushima Dai Ichi.

Ce qui s’est produit dans le complexe nucléaire de Fukushima Daiichi (福島第一原子力発電所) le 14 mars 2011 est un événement rare, le deuxième de ce genre après Tchernobyl. Son impact principal ne consiste pas dans sa dimension spectaculaire – l’explosion des réacteurs – mais dans sa part radioactive, invisible et difficilement quantifiable.

Cette dimension « spectrale » doit être étudiée avec la plus grande attention car elle relève d’un champ d’expérience situé en deçà de la réalité sensible. L’émission de radioactivité est en effet une donnée environnementale (kankyô 環境) avant que d’être une réalité du milieu humain (fûdo 風土). Cela signifie qu’elle affecte le vivant de manière organique, en deçà de tout registre de prédication. Autrement dit, quoi que l’on en dise, quoi que l’on en pense et quoi que l’on fasse, l’accroissement de la présence d’isotopes radioactifs dans la biosphère est une donnée avec laquelle il s’agit désormais de composer. Cela hante le monde depuis sa base, le modifiant de manière objective pour plusieurs centaines de milliers d’années1. Dans l’état actuel de nos connaissances, nous n’avons pas les moyens d’y remédier.

Cette incapacité traduit une perte de « médiance » (Berque 1990). La radioactivité désembraye non seulement le rapport structurant entre milieu et existence humaine2 mais, d’une manière plus générale, celui entre milieu et monde de la vie dans son ensemble. Ce type d’évènement doit donc être pensé avec le plus grand soin. Il nous faut comprendre les raisons qui nous conduisent à persévérer dans cette méprise qui dégrade durablement l’habitabilité terrestre.

Dispersion atmosphérique de la radioactivité émise en mars 2011. (source : Météo France)

La dispersion des matières radioactives produit une pollution qui affecte l’ensemble du vivant de manière lancinante et non pas virulente, de façon diffuse et non pas située. Elle accroît le stress environnemental sans pour autant avoir une dimension létale, sans exprimer une toxicité systématiquement mortelle ou gravement pathogène. L’accroissement du taux de radioactivité augmente uniquement les probabilités de développer des dégénérescences cellulaires ou génétiques. Le lien n’est pas causal mais « seulement » probable. On ne peut donc pas stipuler, en toute rigueur, un rapport de causalité entre la présence de radioactivité dans un milieu donné et les pathologies développées dans ce même milieu. Cela génère une indétermination principielle quant à l’évaluation de l’impact, un flou de caractère épistémologique (lié au mode de connaissance).

Ce caractère fondamentalement contingent ne peut se résoudre par de simples calculs de moyennes à partir desquels on ne peut, en réalité, mesurer l’impact concret. L’exemple est classique : « Deux hommes ont deux pommes. L’un d’eux les mange toutes les deux. On peut dire qu’en moyenne, chacun des deux a mangé une pomme. Transposé à la répartition de l’alimentation à l’échelle mondiale, l’énoncé serait le suivant : « En moyenne », tous les hommes mangent à leur faim » (Beck 2001 : 45). Sur le même principe, l’énoncé d’un taux moyen de contamination ne permet pas d’inférer son incidence concrète sur les populations car, en matière d’alimentation comme d’irradiation il est question de quantité absorbée. Cela constitue un écueil dont nous devons apprendre à nous déprendre. Ainsi, les diverses pathologies qui ont affecté les « liquidateurs » russes envoyés pour déblayer Tchernobyl, n’ont pu – et ne peuvent – être mises en relation formelle avec l’exposition de ces personnes sur le site irradié. Dès lors les chiffres qui permettraient d’établir un bilan à ce niveau sont on ne peut plus controversés et varient à des ordres de grandeurs qui laissent perplexe: « No one knows whether it is hundreds – or millions – of people who have been affected by the Chernobyl fall-out » (Giddens 1999). Plus précisément nous ne savons pas le nombre de personnes qui, s’il n’y avait pas eu l’accident nucléaire de Tchernobyl, n’auraient pas eu de problèmes de santé. Nous ne pouvons pas dénombrer les victimes des accidents nucléaires avec la même précision que pour les autres catastrophes. Non seulement les éventuels décès que la radioactivité émise aura contribué à provoquer ne lui sont pas directement imputables, mais la forme de l’impact est elle même diffuse, de l’ordre d’un stress plutôt que d’un véritable impact. Les dégâts associés ne se comptent pas, ils affectent l’ambiance dans laquelle se déploie le monde vivant, ils sont structurels avant que d’êtres ponctuels.

Chien abandonné, ville fantôme de Futaba, 21 avril 2011 (Sergey Ponomarev/AP/SIPA)

Ainsi, contrairement aux aléas classiques pour lesquelles il est possible d’effectuer un bilan global par décompte des victimes, les conséquences des accidents nucléaires demeurent « fantomatiques ». Comme le village de Prypiat déserté de ses habitants ou la région de 30 km de rayon autour du site de Fukushima, c’est par son absence sensible que brille la radioactivité, par son caractère « spectral », au double sens du terme. Elle accroît un imperceptible bruit de fond qui incommode l’ensemble de la biosphère, augmentant la probabilité de ses dégénérescences cellulaires et de ses mutations génétiques. On pourrait dire en un sens que Fukushima n’a pas « un » impact, mais une multitude. Chacun des isotopes radioactifs affecte une micro contrée moléculaire provocant des mini catastrophes plus ou moins bien gérées par les organismes vivants. Dans la majeure partie des cas ces micro agressions ne dégénèrent pas (en leucémies, cancers, pneumonies ou atteintes neuronales) mais demeurent bénignes (saignements nasals, vomissements et légères inflammations de la thyroïde) ou non symptomatiques. Cela ne signifie pas qu’ils ne faut pas les prendre en compte, en tant que facteur de stress global.

Cette question de l’évaluation d’impact est capitale. C’est en effet à partir de son estimation que nous prenons position et engageons les mesures de préventions jugées adéquates. Nous ne pouvons dire avec précision l’impact de Fukushima, mais devons pouvoir être en mesure d’émettre un ordre de grandeur. De cela dépendent, les précautions que nous allons prendre, la hauteur des digues que nous construirons à l’avenir et les seuils de sécurité que nous devrons mettre en place pour produire ce type de ressource énergétique. Si nous ne parvenons pas à réduire la part d’indétermination à des échelles acceptables, il s’agirait alors d’appliquer non pas des mesures de précaution, mais de fonder ce dernier en principe.

Fukushima Dai Ichi, 1969. (capture d'écran, cliquer sur l'image pour voir le reportage)

Nous devons admettre que, dans l’état actuel de nos modes d’estimations, il demeure de sérieuses inconnues qui, comme tout ce que l’on ignore, tendent à effrayer. Cela signifie que Fukushima ne relève pas tant de la catégorie du risque (calculé) que de celle du danger (inconnu). Dans le cadre de cette distinction risque/danger, opérée par M. Douglas et A. Wildavsky (1983), cela revient à dire que le danger nucléaire bien que « sélectionné » en tant que risque, continue à déroger au cadre d’une analyse cyndinique. En rester à ce registre de connaissance implique l’emprise possible des subjectivités sur la raison. Le risque serait alors de suivre des élans qui répondent à des valeurs – d’ordre moral, politique ou économique – indépendamment de toute objectivité.

Comment sortir de cette incertitude ?

Il nous faut reconnaître le caractère fondamental du type d’indétermination à laquelle nous sommes confrontés. Il n’est pas possible de traiter les aléas nucléaires sous la catégorie d’un régime causal. Il s’agirait donc peut-être d’emprunter aux procédures d’analyse de la science du subatomique, forgée à ces types de conjonctures. Depuis Heisenberg et l’avènement d’une épistémologie probabiliste, les rapports peuvent aussi se poser en termes de distributions stochastiques (des probabilités relatives à un milieu) et de statistiques (qui s’appuient sur un grand nombre d’études de cas concrets). Nous devons nous efforcer de produire des estimations du stress global produit sur le monde vivant par les matériaux radioactifs dispersés lors de l’accident.

Cette estimation déjà délicate en terme de dispersion spatiale, devra également prendre en compte l’échelle de temps engagée. Quand bien même l’accroissement des taux de radioactivité serait minimal à l’échelle de la biosphère, la durée de l’impact doit aussi être prise en compte. Car ce qui s’est produit à Fukushima n’est pas un dénouement, ce n’est pas en train de se résorber mais, bien au contraire, de s’accumuler. Contrairement aux inondations, tempêtes, éruptions volcaniques et autres catastrophes naturelles, les incidents nucléaires sont en effet cumulatifs. Le tremblement de terre à Haïti du 12 janvier 2010 n’augmente pas l’intensité du tsunami du 11 mars dernier. Leurs effets sont indépendants. Mais Fukushima s’ajoute à Tchernobyl, à Three Miles Island, à Hiroshima, Nagasaki et à l’ensemble des essais nucléaires réalisés à ce jour.

Frédéric et Irène Joliot-Curie, Institut du Radium. 1934. ©ACJC

Leurs impacts s’additionnent les uns aux autres car leurs périodes d’activité se recouvrent. Ils vont dans le sens d’un accroissement progressif de la quantité d’isotopes radioactifs présents dans la biosphère. En ce sens Fukushima intègre un processus qui, rétrospectivement, semble avoir commencé autour de 1934, avec le début de la production artificielle de radioactivité, dans les laboratoires d’Irène et Frédéric Joliot-Curie.

L’estimation de l’impact doit également pouvoir surmonter un facteur épistémique, lié aux modalités de perception du sujet connaissant. L’irradiation, relation de la radioactivité avec les tissus vivants, n’est pas sensible à l’échelle cognitive. Même l’irradiation massive est invisible, inodore, insipide et – sur le moment – indolore. La contamination ne fait pas événement. Elle agit sur un mode opposé au catastrophique, sans coup d’éclat ni rupture. Elle ne provoque ni gêne immédiate ni irritation notable ; impossible donc de s’en rendre compte et d’en rendre compte. Cela coupe les personnes contaminées de la possibilité d’y mettre du sens en en faisant le récit et en l’insérant dans une chronologie, comme c’est le cas en situation de catastrophe « classique ». Les personnes atteintes doivent affronter leurs maladies sans ce ressort narratif, sans pouvoir désigner une cause à leur malheur.

Pour les personnes qui ont été soumises à une irradiation hors normes – par exemple celles de la préfecture de Fukushima à partir du 14 mars 2011 – rien de spécial ne semblait se produire. Quelques jours plus tard, plus de cent mille individus ont pris le chemin de l’exode sans signes manifestes du danger qu’ils fuyaient. En dehors de la zone d’évacuation obligatoire le taux de radioactivité est lui aussi ponctuellement hors normes, et expose encore actuellement des civils – notamment des écoliers – à des taux possiblement pathogènes (Kaneko 2011). Pourtant, en l’absence d’investigation technique au compteur Geiger, les cours d’école semblent identiques à ce qu’elles étaient avant l’explosion des réacteurs. Il y a désembrayage entre l’échelle sensible et l’échelle à laquelle opère la radioactivité. Cela se produit en deçà de tout registre de prédication. Nous sommes placés devant l’impossibilité technique et écologique de remédier à l’accroissement de radioactivité. Mais nous pouvons – et devons – faire en sorte que ce processus puisse pénétrer le champ symbolique, qu’il puisse être décrit et raconté, être mis en relation avec des drames et des pathologies qui, pour le moment, en sont déconnectés.

Comment cela est-il envisageable ?

Faisons le point. L’histoire récente nous confronte avec des aléas d’un nouveau genre. Ils ne sont plus spectaculaires mais « spectraculaires ». Ils n’ont plus la forme d’une occurrence violente et brutale, de type sismique, mais sont devenus invisibles et lents, diffus et continuels, non plus meurtriers mais stressants. Leurs impacts ne sont plus clairement quantifiables, leurs destructions ne sont plus à l’échelle sensible et leurs durées ne s’inscrivent plus dans la soudaineté de l’événementiel. Cet ensemble de caractéristiques pose un problème en termes d’estimation de l’impact tant à l’échelle globale (sur la biosphère) qu’à l’échelle locale (sur les individus). Nous ne savons donc pas si nous avons affaire à une catastrophe majeure ou à une pollution environnementale peu significative. Nous demeurons dans l’incertitude. Face au danger que représente Fukushima, il est donc impératif d’être en mesure d’établir l’ordre de grandeur de son impact. À défaut nous pourrions céder à la peur d’un fantôme fabulé, ou succomber à son emprise concrète. Entre ces deux pôles, celui des lubies d’un imaginaire coupé de toute objectivité et celui de l’aveuglement du déterminisme rationnel, il faut nous efforcer d’élaborer une logique médiane – une mésologique – capable de faire exister ce qui pour le moment demeure à l’état de vide technique, analytique et sémantique.

Comment faire ?

Il nous faut trouver les moyens de réembrayer avec ce qui est en train de se produire, ne pas laisser agir la radioactivité en deçà de notre échelle de conscience3. Nous devons donc trouver des termes médiants qui permettent d’avoir prise sur elle, et de nous dégager de son emprise, qu’elle soit imaginaire ou organique. Pour cela il nous faut des outils pratiques, des protocoles d’analyse et des concepts intellectuels.

D’un point de vue technique, les compteurs Geiger constituent un outil indispensable pour percevoir et mesurer la présence de radioactivité. La société civile nippone est d’ailleurs en train de s’en équiper massivement. Des compteurs Geiger connectables à l’iphone sont en vente. On pourrait imaginer un équipement massif avec ces gadgets des populations japonaises vivant en zone potentiellement irradiée – par exemple à Tôkyô. Cela permettrait d’obtenir une cartographie en temps réel – via le GPS inclue dans les smartphones – de la dispersion de la radioactivité. Ce serait une solution technique permettant d’obtenir des estimations à la fois globales, localisées et capable de suivre l’évolution temporelle des zones irradiées.

Du point de vue de l’analyse des données, de simples calculs de moyennes ne suffisent pas. Il faudrait donc passer à des résultats présentés autrement, par exemple en termes de distributions stochastiques. Pour ce qui est de l’évaluation de l’impact, il s’agirait d’établir des bilans autres que comptables, capables de prendre en charge les dimensions non létales et non causales. L’estimation serait donc plutôt d’ordre ambiantale et probabiliste, ce qui déroge aux critères classiques d’évaluation d’impact des catastrophes.

"Médée s'apprêtant à tuer ses enfants", Pompéi, Villa des Dioscures.

L’accident nucléaire de la centrale de Fukushima pose également de manière décisive la question de la mise en récit d’un phénomène invisible, intraçable et durable. Le concept de catastrophe, formé sur la dramaturgie grecque, ne semble plus opératoire pour rendre compte de cette nouvelle catégorie de phénomène. Le mot catastrophe, formé sur le grec katastrophè, correspond en effet, étymologiquement,  au dernier acte d’une tragédie, à son dénouement. Il a une dimension spectaculaire (au sens où il fait spectacle). C’est d’ailleurs sur ce mode que sont traités la grande majorité des films catastrophes. Dans l’état actuel de nos connaissances, il n’y a pas de concept pour traduire le drame à l’œuvre dans un accident nucléaire, pas de concept et – surtout – pas de dramaturgie. Nous manquons de ressorts tragiques pour rendre compte de drames ponctuels et domestiques dispersés dans l’espace et dans le temps, mais dont la somme, au fil des années devient massive4. Comment faire le récit de processus qui se produisent à l’échelle cellulaire, de manière insensible, sous la forme d’un stress organique. Comment mettre en scène une ambiance dont les protagonistes ne sont pas conscients et à laquelle ils sont insensibles ? Comment rendre compte d’un drame qui se joue en deçà de ce que nous sentons ?5

D’un point de vue sémantique, il nous faut pouvoir traduire ce changement d’échelle. L’accroissement du nombre de particules radioactives présentes dans la biosphère accentue un désordre plus fondamental que celui où se déploient notre conscience et nos outils d’analyse ordinaires. Il affecte la physiologie du corps animal de l’humain, les modalités organiques de composer avec des rayonnements hautement énergétiques. Il ne s’agit plus d’un accident, de quelque chose ayant une réalité phénoménale, mais d’une incidence, c’est à dire incluse dans l’environnement. Cette incidence a de plus, comme nous l’avons vu, un caractère processuel et cumulatif. Le terme « catastase », traduisant une « situation permanente » (stase, empr. au gr. στάσις) qui nous entraîne « vers le bas » (kata, empr. au gr. κατα) pourrait peut être assumer ces deux caractéristiques (changement d’échelle et processus) ?

Tant que nous ne sommes pas en mesure d’évaluer l’impact des éléments radioactifs dispersés par Fukushima, nous ne  pouvons pas dire dans quelle mesure cela constitue une catastrophe6. Mais il est certain que cela tend à dégrader les conditions de santé de l’ensemble des formes de vie. Après Fukushima l’environnement est devenu moins favorable au sain déploiement du milieu vivant. Cette incidence majeure, provocant une catastase médiale, n’est pas une vue de l’esprit. Elle accroît les métastases organiques, reste à découvrir dans quelle proportion.

Bibliographie citée :
BECK Ulrich 2001 La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubiers.
BERQUE Augustin
1990 Médiance. De milieux en paysages, Montpellier, GIP Reclus.
2000 Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin.
DOUGLAS Mary et WILDAVSKY Aaron 1983 Risk and culture. An essay on the selection of technological and environmental dangers, Berkeley, University of California Press.
GALLE, P., PAULIN, R. & COURSAGET J. 2003 « Données métrologiques et évaluation des risques en France lors de l’accident de Tchernobyl (26 avril 1986). Mise au point historique », C. R. Biologies , 326 : 699-715.
GIDDENS Anthony 1999 « Risk », Reith Lectures, Hong-Kong, British Broadcasting Company.
KANEKO JUN 2011 « Evacuation directive lifted near Fukushima no-entry zone », Asahi shimbun, édition du 02 octobre.
WATSUJI Tetsuro 2011 Fûdo. Le milieu humain, Paris, CNRS.

  1. La période au terme de laquelle la radioactivité décroît pour moitié varie selon les isotopes : 131Iode/8 jours; 134Césium/2 ans ; 90Strontium/28 ans ; 137Césium/30 ans ; 239Plutonium/28 mille ans ; 238Uranium/4,5 milliards d’années (Galle, Paulin, & Coursaget, 2003). []
  2. Je fais référence ici au « moment structurel de l’existence humaine » (ningen sonzai no kôzô keiki 人間存在の構造契機) tel que l’a formulé Watsuji (2011) et déployé Berque (2000). []
  3. Voir l’article « Le bleu du ciel« . []
  4. Un problème de dramaturgie similaire se pose pour les accidents de la route, dont la somme dépasse l’impact de l’ensemble des aléas naturels, mais dont nous ne parvenons pas à rendre compte dans leur dimension globale, véritablement catastrophique. Quelles sources, autre que statistiques, avons nous qui rendent comptent de l’impact automobile ? Quels films, quels œuvres littéraires, quelles images en donnent la mesure et en font le récit ? []
  5. Cette problématique m’a conduit à travailler avec la Cie Jours Tranquilles (dir. F. Gorgerat). Nous pensons que le mythe de Médée peut permettre d’éclairer et de mettre en scène cette problématique. Il s’agit de voir comment Fukushima peut renouveler la lecture de Médée, et comment Médée peut permettre de décrypter la dramaturgie spécifique de Fukushima.Comment ce récit tragique peut éclairer une catastrophe latente, constituer un outil qui permette d’en saisir le nœud d’intrigue ? Les représentations sont prévues pour mars 2013. Production La manufacture et L’Arsenic, Lausanne, Suisse. []
  6. La région de 30km de rayon, véritable no man’s land autour de la centrale a conduit à l’exode de plus de  cent mille personnes. cela constitue déjà, en soi, une catastrophe. Dans cet article je tente cependant de prendre en compte l’effet global et non immédiat de l’incident. Son impact non pris en charge, sa part d’inquiétude hors zone d’évacuation. []

25 réflexions au sujet de « Le « spectraculaire » (Fukushima est-elle une catastrophe ?) »

  1. Ping : Bref récit inspiré de la spermathèque | L’Oreille tendue

  2. vous écrivez beaucoup..mais on est pas plus avancés…

    Les inquiétudes pourraient d’ailleurs s’étendre à tout et n’importe quoi, et en gros rejoindre l’hypothèse que le progrès après les bénéfices qu’il nous procure dans l’immédiat nous reviendra dans la figure à long terme via les atteintes à l’environnement.
    Pas forcement faux, mais on peut l’étendre à tout et n »importe quoi.
    Par exemple vous ne vous souciez pas des produits chimiques qui sont partis dans la nature après la catastrophe ..pourquoi…

    On ne peut s’en tenir qu’à ce que l’on sait et sans quantification ça reste des propos très hypothétiques.

  3. J’aimerais compléter l’intervention de Gilgamesh (commentaire 15) par ce billet que j’ai publié l’an dernier suite à l’accident de Fukushima : http://blog.pnk.fr/post/2011/03/29/Laissez-tomber-les-dogmes

    J’y constate combien le regard du public est « déformé par quelque caractère étrange de répulsion qu’a l’atome et que les autres technologies [dangereuses] n’ont pas ». Votre article m’a fait prendre conscience du fait que cette peur irrationnelle que font naître même les doses les plus faibles est précisément liée à son caractère « spectral », pour reprendre votre terme. On a peur des fantômes parce qu’on ne les voit pas.

    Paradoxalement, l’utilisation massive du compteur Geiger devrait, en démystifiant cette présence invisible, rassurer ceux qui pourtant verraient les rayonnements, car ils en mesureraient précisément l’innocuité ou bien la menace.

    Et si la catastrophe requiert le spectacle, alors on a le choix entre celui des populations déplacées par les mesures des compteurs, donc par une radioactivité visible, et celui des populations terrorisées par l’inconnu. Le visible et l’invisible, le prévu et l’inconnu témoignent différemment d’un même fait catastrophique. Quelle que soit l’hypothèse et quelle que soit la réalité, quel que soit le danger, le traumatisme est violent et n’est plus effaçable.

  4. (je copie-colle la suite de ce dialogue avec Mabesoone qui s’et poursuivi sur la page FB « Fukushima open sound »)

    Mabesoon : M. Yoann Moreau,

    Je ne vois aucune contradiction entre les travaux de Yablokov, Bandazhvsky et Nesterenko. Tous les trois s’accordent par exemple sur un fait : au dela de 10 Bq/kg de masse corporelle (Cs-137), 60% des enfants presentent un ECG anormal. http://peacephilosophy.blogspot.ca/2011/09/non-cancer-illnesses-and-conditions-in.html Selon la courbe du CIRP, on atteint ce niveau des 1 Bq/jour pendant 400j pour un enfant de moins de 20kg (200 Bq dans le corps). Mais, puisque vous sembler comprendre le japonais, regarder aussi ce documentaire de la NHK sur le rapport ukrainien, cette fois, et le negationisme de l’OMS et de l’AIEA a leur egard. Meme chiffres, memes conclusions.
    Je vous demanderais plutot : d’ou me parlez-vous ? Moi j’ai une seance de mesure de radioactivite alimentaire a assurer ce matin…

    Yoann Moreau : M. « Moi » (je ne connais pas votre nom),

    Je ne parlais pas de contradiction entre les trois auteurs que vous avez cité, mais d’une controverse globale sur le calcul d’impact des phénomènes radioactifs.
    Je ne parle pas en spécialiste (par exemple du seul point de vu médical) et ne remet pas en cause votre travail. Le fait qu’un impact soit spectral ne signifie pas qu’il soit inopérant sur le plan organique, pas de confusion sur cela. Je vous rejoints et ne met pas en cause votre travail et vos données.
    Je ne me reconnais pas dans ce que vous décrivez (un négationniste) et suis sensible à votre ton que je trouve assez corrosif.
    Je ne veux pas entrer dans une polémique de spécialiste où vous me dites, en somme, « je suis sur le terrain, je fais des calculs moi M. Yoann Moreau, j’ai les mains dans le cambouis (et pas vous) ».
    Je tente de confronter les expertises, d’établir un point de vue pluridisciplinaire, où les évaluations (quantitatives) comptent autant que les interprétations (qualitatives).
    De ce que j’entends dans vos propos, vous faites comme Saint Thomas (je pourrais d’ailleurs vous appeler ainsi désormais, si vous n’y voyez pas d’inconvénient ?) : vous donnez crédit à ce que vous voyez, à ce que vous pouvez mesurer, au spectaculaire donc, et non au spectral.
    Je me demande alors, puisque nous discutons sur un site où des artistes tentent de faire face et de traiter l’aléa radioactif, dans quelle mesure leur travail vous intéresse ?

  5. @ Mabesoone : En science on travaille en comparant les sources.

    Les travaux de Yablokov, Bandazhevsky, Nesterenko font, pour moi, parti d’un vaste corpus de données qui sont en contradictions les unes avec les autres.

    Mon propos ne se situe pas à ce niveau (savoir qui produit les données les plus objectives). Je constate la confusion et tente de donner quelques pistes pour l’expliquer (en dehors des arguments conspirationnistes ou de lobbying).

    Même si les biélorusses que vous citez « à la louche » (j’aurais apprécié un lien), ont raison, leur argumentaire reste noyé sous la profusion des publications : il n’y a pas consensus sur l’analyse scientifique de l’impact des aléas nucléaires.

    C’est très différents du calcul d’impact d’un séisme par exemple. C’est cela que je constate.

    Ensuite, il s’agit de prendre en compte cet impact là, celui produit par l’absence de consensus des expert : le flou épistémique et épistémologique engendre un impact, symbolique cette fois.

    De cela, quoi qu’il en soit des données physiques et physiologiques (que je ne souhaite maximiser et – surtout pas – minimiser), je suis certain : le flou des calculs d’impacts des aléas nucléaires engendre une charge symbolique massive.

    C’est vers la prise en charge de ce type d’impact que s’oriente aujourd’hui mon travail (et celui que je mène avec Aurélien et la Cie Jours Tranquilles).

  6. Bien specieux, cet article. Une realite au long terme, des effets gravissimes chroniques, c’est difficile a apprehender pour les populations, d’accord, mais il ne s’agit pas pour autant d’effets « inconnus » ou non-objectifs. Aucune reference aux nombreux travaux d’epistemologie menes en Bielorussie ( Yablokov, Bandazhevski, Nestrerenko). Ils sont pourtant clairs, chiffres, et tres inquietants pour les parents vivant a l’est du Japon (comme moi-meme). Non au catastrophisme, mais aussi (et surtout), non a negationisme deguise sous des concepts pseudo-philosophiques…

  7. Sans surprise, c’est au Japon que l’accident a eu le plus de répercussions dans l’opinion: les sondés n’y sont plus que 39% à se dire «favorables» au nucléaire, contre 62% auparavant, soit une chute de 23 points qui est la plus importante relevée par l’enquête. A l’échelle mondiale, les opposants au nucléaire sont les plus nombreux en Autriche (90%), devant la Grèce (89%) et la Géorgie (80%). L’Italie pointe au dixième rang (75%), devant l’Allemagne (73%). Les Américains se situent dans la moyenne mondiale, avec 47% d’opinions «très favorables» ou «plutôt favorables» au nucléaire. Les Russes sont 52% dans le même cas.

  8. Merci pour les références ! Et bonne continuation pour ce blog riche en découvertes (que je reviendrai visiter régulièrement).

  9. Article complet et très intéressant. Je discutais encore récemment avec des amis japonais et ils confirmaient que le problème était l’invisibilité de la menace, si menace il y a. Je ne dispose que de connaissances basiques en physique donc je ne prendrai pas parti pour dire si oui ou non il existe des risques pour la population et l’environnement (bien que je sois, personnellement contre le nucléaire et l’industrie qui l’entoure). Par contre, et pour répondre à Gigamesh, je pense au contraire qu’il est tout a fait normal ou du moins compréhensible qu’un tel évènement génère pareille inquiétude. Ce côté « menace fantôme », qu’on ne peut pas voir doit être très angoissante justement. Le fait que le nucléaire est également associé, au Japon, aux bombes de Hiroshima et de Nagasaki, participe également à entretenir la peur. Les Japonais sont confrontés depuis des siècles au conditions difficiles de leur milieu (typhons, séisme, tsunami, etc.) mais ils voient ce qu’ils craignent. Pour le nucléaire, en revanche, c’est totalement différent.

    Pour ce qui est de la fin de l’article et la difficulté de mettre en récit un tel phénomène, on peut ajouter la définition même re récit à cette problématique. Ca peut paraître simpliste mais linguistiquement, un récit est constitué d’un début, d’une milieu et d’une fin. Ce qu’il faut retenir c’est que, pour écrire un récit, il faut en connaître la fin a priori. Or justement, pour le cas de Fukushima, la « fin » n’est pas prête d’être révélée…

    • @ Cédric: comme vous me le demandiez voici quelques pistes bibliographiques à propos du rapport entre spectralité et dramaturgie, vous pouvez lire l’article de Ricoeur qui introduit des bases solides entre prédication (mise ne récit, mise en mots) et phénomène. Il renvoie à Husserl et Wittgenstein. Pour ce qui est du rapport concret des journalistes japonais à cet événement, il y a quelques textes dans « L’archipel des séismes », paru chez Pickier. Dans cet ouvrage des photographes et journalistes racontent leur rapport à l’événement : « Photographier le vide », par Hatakeyama et « Ne pas céder au silence » de Kakuta, devraient particulièrement vous intéresser.

  10. L’article tire en longueur sans se représenter l’essentiel : l’impact des rejets radioactif de Fukushima sur le milieu tant naturel que humain est absolument négligeable, et concrètement ne causera aucune pathologie, que l’on parle en terme causal ou stochastique.

    Il n’y aura aucun mort du fait d’irradiation du à Fukushima, ni dans la population japonaise, ni ailleurs. On le sait vu les doses absorbées qui restent largement en dessous du seuil de danger.

    Les débits de doses mesurés de la façon la plus honnête et transparente que possible, y compris par des militants plutôt méfiants envers les autorités, montrent que ça n’a jamais, ni autours de la centrale, ni dans les métropoles, dépassé le seuil à partir duquel on constate des effets à long terme (environ 100 millisieverts en une seule exposition ou 200 millisieverts par an pour une exposition chronique).

    Mais l’appréciation du risque par l’opinion est « décalée dans les aigue » si j’ose dire. Si l’exposition naturelle est de 1 mSv/an, les gens vont réagir dramatiquement à une info telle que : la radioactivité du milieu a été multipliée par 5. Et ce d’autant plus que pour le journaliste qui rapporte l’info, c’est effectivement « grave ». Alors qu’à 5 mSv/an, il n’y a toujours aucun risque.

    Simplement ce n’est pas formulable par ce qu’on pourrait appeler l’opinion standard, dressée à la méfiance contre une technologie qui restera celle des méchants et des puissants. Pour l’opinion standard appuyer sur le risque, il faut dénoncer un danger, il faut mettre en garde, il faut que ce soit une bonne leçon. Sinon, on aurait l’impression de trahir une cause.

    Il reste très anormal qu’un évènement qui n’entraînera en toute probabilité aucun mort, ni aucun cancer, au sein des populations génère une telle inquiétude et une telle mobilisation des esprits.

  11. @ Loy : Personne ne peut définir le cout de l’énergie nucléaire. Le traitement des déchets sur 240 000 ans n’est pas chiffrable. Le démontage d’un réacteur n’est pas chiffré. La « concurrence » en la matière est donc juste un moyen de détourner vers des actionnaires, l’argent public des générations futures. Par contre la gloutonnerie imbécile de notre mode de consommation est « révolutionnable ». A commencer par les maisons positives et l’obsolescence programmée :
    http://www.youtube.com/watch?v=l82uKXzvth4

  12. « en éludant le fait que si un jour cela fuit, le CO2 étant plus lourd que l’oxygène le pb de l’évacuation de la zone ne se posera pas comme à Fukushima car tout le monde sera mort asphyxié en quelques minutes! » Tout à fait, sachant qu’en plus le lentille de CO2 va se balader sur de grande distance, qu’aucun véhicule à explosion ne pourra rentre dans la zone, il faudra évacuer dans le sens du vent et espérer que la lentille se disperse.

    « L’impact des radionucléides naturels (Carbone 14 et autres) n’est pas du même ordre que ceux générés de manière artificielle. » Leur caractère artificiel ne change rien, ce qui compte c’est l’énergie du rayonnement produit par l’élément quand il se désintègre. Un Bq de césium vaut deux Bq de potassium 40, évidement que les normes prennent en compte ce facteur. Le césium est l’élément le plus présent à long terme et il se comporte comme le potassium dans le corps (analogue chimique), comparer le césium avec le potassium 40 est logique. Tant qu’aux radons issus du granite, sa nature gazeuse le rend particulièrement dangereux en milieu clos.

  13. La véritable question suite à cet accident, c’est que fait-on désormais?

    -Comme les allemands: Acheter du nucléaire ailleurs… voire remettre les centrales en route sur un hiver rigoureux avec des conditions de sécurité forcément douteuses (ce n’est pas fait pour du on/off comme une centrale à gaz ou un barrage)? Pour l’avenir, plus de mines y compris à ciel ouvert (très écolo aussi) avec leur abondante lignite… pour alimenter les centrales à charbon! Oui mais le CO2? Pas de pb: Stockage souterrain… en éludant le fait que si un jour cela fuit, le CO2 étant plus lourd que l’oxygène le pb de l’évacuation de la zone ne se posera pas comme à Fukushima car tout le monde sera mort asphyxié en quelques minutes!
    -Travailler la sécurité du nucléaire et le stockage de déchets vitrifiés, afin de contenir le risque tout en n’ayant pas le pb se sécurité énorme posé par le stockage de CO2.

    Car il faut quand même remarquer qu’au Japon, il y a environ un producteur electrique par région administrative, tous opérateurs de centrales nucléaires dans les régions industrielles… et sociétés privées: Coincées entre l’actionnaire à gaver et tenir les couts de production plus bas que le voisin afin d’attirer l’industrie au pied de ses propres centrales…

    Exactement ce que l’Europe pousse chez nous: La concurrence des fournisseurs énergétiques!

    En matière de nucléaire, sans doute que l’enseignement majeur de Fukishima serait de l’exclure légalement du champ de libre concurrence: Cela n’assurera pas, seul, la sécurité… mais il est évident que coincer le producteur entre le marteau actionnaire et l’enclume concurrence ne peut que transformer la sécurité en variable d’ajustement et qu’en matière ne nucléaire il convient d’éliminer ce biais majeur à une politique de sécurité rigoureuse.

  14. « La toxicité chimique et radiologique du plutonium est un secret de polichinelle depuis de très longues années … » Ca n’a rien d’un secret, on trouve des données sur le net en 30sec. Idem sur le césium, notamment des jolies courbes sur la contamination des enfants suisses et belges dans les années 50-60 sous l’effet des essais nucléaires.

    “Même l’irradiation massive est invisible, inodore, insipide et – sur le moment – indolore” A ma connaissance une irradiation massive ça brule (alpha et béta ça chauffe) et ça provoque des étourdissements. Mais il faut des débits doses énormes, au moins 1 millions de fois plus fort que dans les zones évacués de Fukushima.

    « La particularité des incidences nucléaires est – me semble t-il – leur cumulativité » Bof, les cellules encaissent un certain débit dose, le corps éliminent les radionucléides absorbés plus ou moins vite (demi vie biologique du césium de 30 à 80 jours selon l’âge et le sexe). C’est plus une course entre contamination et capacité de réparation et d’excrétion du corps. Une faible dose à débit fixe, typiquement la radioactivité naturelle, n’a pas d’effet connu, il n’y a pas plus de cancer en Bretagne ou dans le Jura.

    « déjà fortement soumis à des irradiations au cours de leurs vies, sont d’autant plus sensibles, à l’accroissement de radioactivité global de la biosphère » Des nombreuses études prouvent le contraire, une exposition radioactive rend en générale plus radiorésistant. Cf les ferrailleurs turcs par exemple.

    • @ Karg : Tous les isotopes n’ont pas les mêmes incidences sur le vivant. Les sensibilités varient. L’impact des radionucléides naturels (Carbone 14 et autres) n’est pas du même ordre que ceux générés de manière artificielle. Ces derniers n’ont pas été concomitants au temps long de l’évolution des espèces. Il faut bien garder présent à l’esprit que la radioactivité n’est pas un ensemble uniforme où chacun des isotopes auraient une toxicité similaire.
      @ loy : Nous sommes d’accord, le nucléaire n’est pas seulement une menace, c’est aussi une ressource. Ce qu’il faut être en mesure d’établir c’est l’échelle des risques engagés, afin de pouvoir établir des normes adaptées voire respecter un principe de précaution. La sécurité est une variable d’ajustement, rien d’étonnant à cela. De ce fait elle dépend de l’évaluation des impacts. C’est sur ce point -me semble t-il -que ça se joue.

  15. Merci pour cet article passionnant qui offre de vrais outils de réflexion.
    En réponse à la note 4, il me semble qu’on peut voir une approche littéraire de l’accident de la route pris dans sa globalité dans Crash JG Ballard…

    • @ abloblu : merci pour la référence ! Le film est en ligne : http://www.youtube.com/watch?v=HT2eECKvdTc
      @ oppossum_farceur : effectivement, entrer dans un réacteur n’est pas anodin, parce que l’on sait que l’on entre dans une zone radioactive. On le sait parce qu’on l’a appris et qu’on ajoute à notre perception une connaissance que nos sens ne peuvent confirmer ni vérifier. Une connaissance spectrale justement. D’une certaine manière, on sait qu’un réacteur nucléaire, comme les Zones autour de Tchernobyl et de Fukushima Daiichi sont, d’une certaine manière – et pour filer la métaphore – hantés.
      @ Roger Nymo : toute catastrophe a des effets durables dans le temps, les traumas liés à l’événement peuvent conduire à des formes de hanidycap psychologique ou moteur insurmontables à termes : situation de dépressions durables, impasses vitales menant à des pertes de motivation existentielle (suicides, perte du goût et de la volonté de vivre, perte d’autonomie fonctionnelle). La particularité des incidences nucléaires est – me semble t-il – leur cumulativité. Les « enfants de Tchernobyl »(voir votre lien), déjà fortement soumis à des irradiations au cours de leurs vies, sont d’autant plus sensibles, à l’accroissement de radioactivité global de la biosphère. Ça me semble indéniable.
      Pour ce qui est de la toxicité du plutonium isotopique, je ne vois pas pourquoi vous faites allusion à un « secret », même de Polichinelle. J’aimerais éviter toute allusion, même légère, à des « secrets » qui renvoient implicitement à la possibilité de « théories du complot ». j’essaye au contraire de montrer que le caractère vague de l’évaluation des impacts de la radioactivité ne relève pas d’une mauvaise volonté de la part des experts et des scientifiques, mais d’un véritable problème épistémologique, ayant sa source dans les formes de la connaissance scientifique usuelle « classique » : causale et probabiliste (et non pas stochastique ou statistique).
      @ Panayotou : merci !

  16. Merci pour cette approche novatrice, en fort contraste avec les certitudes assénées par les industriels.
    « Même l’irradiation massive est invisible, inodore, insipide et – sur le moment – indolore »
    A en croire ce témoignage d’un « gitan du nucléaire », l’entrée dans le réacteur se manifeste par tout un tas de sensations :
    http://www.nonfiction.fr/article-4590-p2-entrer_au_cur_du_reacteur_cetait_ca_mon_travail_temoignage_dun_gitan_du_nucleaire.htm

  17. ‎ »… Tant que nous ne sommes pas en mesure d’évaluer l’impact des éléments radioactifs dispersés par Fukushima, nous ne pouvons pas dire dans quelle mesure cela constitue une catastrophe … » La toxicité chimique et radiologique du plutonium est un secret de polichinelle depuis de très longues années …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *