Après le Déluge

À propos de Dead Forest Storm (5:15), de Charly Nijensohn.

« C’est en se tenant assez longtemps à la surface irisée que nous comprendrons le prix de la profondeur » (G. Bachelard, L’Eau et les Rêves, éd. José Corti, 1942, p. 16).

Faisons fi de l’histoire factuelle. Quittons les rives d’un lac artificiel dont la masse d’eau est chargée d’alimenter une ville de caoutchouc. Oublions qu’un flot humain, drainé par les bidons urbains de Manaus, a engendré un déluge qui emplit aujourd’hui les terres ancestrales des sociétés Waimiris et Atroaris. C’est de l’histoire ancienne. Quinze ans en Amazonie, c’est le temps d’une génération et donc, d’une régénération. Exit de profundis, observons le nouvel horizon, l’eau et les rêveries de notre volonté.

L’eau ne garde qu’une étrave fugace, elle efface tout signe des événements qu’elle recouvre. Elle contient dans sa masse, et non dans sa surface. Elle résorbe tout repère, toute trace, toute mémoire. Tout Déluge est anti monument, il dissout l’histoire, recommence à zéro. Sans boniment. Restent des hommes-troncs sans visages qui oscillent sur les flots au milieu d’arbres calcinés par les racines. « Sans visages » ou plutôt « visagems » (c’est ainsi que dans ces régions on nomme les fantômes), figures indiscernables qui évoquent tous les hommes. Personnages à la dérive, sans raison d’être et sans objectif si ce n’est celui de l’optique qui les fixe. Car on ne peut faire abstraction de la mise en scène de Dead Forest, du caractère factice de ce qui est donné à voir. C’est justement cela, la signature des catastrophes : elles sont essentiellement médiatiques, coupées au montage dans le sens d’une dramaturgie séculaire. Spectacles vus à distance sur les écrans télévisés, les presses quotidiennes et autres récits de récits.

Dans ce petit film, il s’agit aussi d’observer à la surface de la projection. L’absence de gouttes sur l’optique caméra et la stabilité des plans renforcent cette fracture et l’effet scénique. Un autre indice signale également la distance caméra. La voix off ruisselante de la pluie n’est pas de celles que l’on entend à la surface d’un lac. Il s’agirait donc peut être, afin de pouvoir pénétrer sous la surface, de le revoir en fermant à demi les yeux et en ouvrant sept fois nos oreilles. Car la catastrophe passée n’est plus montrable. L’histoire est « au fond » (por fundo, disent les amazoniens), de l’autre côté du miroir des eaux, en ce pays des morts (encantados) qui – contrairement au monde moderne – demeure enchanté.

Cet alliage du fantomatique, de l’imaginaire et de la scénarisation caractérise ce travail de Charly Nijensohn. Devant l’impossibilité visuelle, c’est le bruit permanent de la pluie ruisselante qui permet d’insurger l’actualité diluvienne. Laissons nous donc submerger par l’envers narcissique. Car – une fois n’est pas coutume – ce n’est pas notre image que nous contemplons mais, au-delà de la surface irisée, le prix de la profondeur.

Ce film sera présenté, avec trois autres œuvres

Samedi 12 novembre, au Musée du Quai Branly, à 16h

Dans le cadre du Zoom Les oeuvres du désastre, Le Silo vous invite à la séance Ciclón

16h : Intervention de Lúcia Monteiro au Salon de Lecture Jacques Kerchache
17h : Projection de films dans la Salle de cinéma
Santiago Alvarez, Ciclón (1963)
Nick Jordan et Jacob Cartwright, Cairo (2009)
Charly Nijensohn, Dead Forest Storm (2009)
Marcelo Gomes et Karim Aïnouz, Je voyage parce qu’il le faut, je reviens parce que je t’aime (2009)

Musée du Quai Branly
Salon de Lecture Jacques Kerchache / Salle de Cinéma
37, Quai Branly, 75007 PARIS 
Métro : Alma-Marceau (L9), Pont de l’Alma (RER C)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *