Rorscha. Lettre (visuelle) à un jeune prophète

Une comédienne se pose en prophète, du haut de la salle, face à la scène. Elle annonce une fin de monde durant toute une nuit…
Au petit matin, vers 06h, quand je suis passé voir cette performance1, elle semble proche de la transe. Ses mots, chargés de nos fatigues (la sienne de performeuse, la mienne de spectateur), semblaient drainer le sens de la nuit, celui de rêves inconscients ou prophétiques.

Je tente de répondre à cette proposition par un montage vidéo. J’entends aussi réagir à tout un mouvement de philosophes et de sociologues penchés sur les catastrophismes et désireux d’y jeter – avec raison – leurs lumières2.

Le test de Rorschach est utilisé en psychologie, il sert à informer sur les tendances d’un individu à partir de ses choix interprétatifs. Le recours à des planches non figuratives – produites par pliage sur des gouttes d’encre – produit des tâches presque symétriques qui, par leur absence de relation directe avec le réel, laissent l’imaginaire ouvert, libre de générer ses propres motifs (et donc ses motivations).

C’est ce qui se produit aussi, dans une certaine mesure, au temps des catastrophes, quand les mondes deviennent incertains, difficiles à lire car non assignés et en perte de références symboliques claires. Dans ces situations on ne comprends plus le monde qui nous entoure, le sens se délite et tout peut se dire, surtout ce que l’on a en soi. Le prophète dit un monde humain, un monde pour les humains. Il s’adresse à la psyché, bref à ce qui distinguerait l’homme de l’animal, l’homme de la matière. Il croit décrypter dans l’upside-down d’un monde plié à la manière d’une planche de Rorschach, une réalité, alors qu’il fonctionne sur le mode de la projection symbolique et, pour cela, prend l’informe pour substrat. Pour étayer ses élucubrations, il a recours à un discours qui s’appuient sur les motifs d’un imaginaire qui – pour lui tout au moins – font sens commun.

Au fond le prophète suit un même processus que tout individu face à une planche de Rorschach ou, de manière plus générale, face à des formes non déterminées (symboliquement, moralement, techniquement) : il postule la réalité de son imaginaire et le prononce de telle manière qu’il signe – de manière plus universelle – la réalité de l’imaginé.



Rorscha par yomoreau

  1. Demain le ciel sera rouge, performance réalisée par Christian Boltanski, en collaboration avec Jean Kalman, Murielle Bechame et Virginie Colemyn – oubliée dans le générique, mais je vais y remédier. Présentée dans la nuit du 1er au 2 octobre 2011, au Théâtre de l’Atelier. []
  2. Voir notamment le dernière ouvrage, inspiré – dans tous les sens du terme – de Régis Debray, – Du bon usage des catastrophes -. Voir également les travaux de Jean-Pierre Dupuy, notamment « La marque du sacré », et « Pour un catastrophisme éclairé » []

3 réflexions au sujet de « Rorscha. Lettre (visuelle) à un jeune prophète »

  1. Bonjour,

    Il n’y aurait pas une page (une vidéo) où on pourrait voir plus explicitement l’installation et surtout pour entendre ce que dit la comédienne ?

    Merci

    • Bonjour Mélanie, je n’ai pas trouvé de vidéo en ligne sur le web. J’avais filmé l’ensemble de la boucle de la performance (35 minutes) avec mon téléphone portable, mais le résultat est très loin d’être top : la séquence de mon montage où la femme parle en est le rush brut. La prise de son est aussi très limite, comme tu le vois j’ai dû ajouter des sous-titres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *