Pourquoi les japonais continuent à vivre au Japon ?

Dans un bus, quelque part entre le XVIIIe et le XIXe arrondissement de Paris.

– « … Et toi, qu’est-ce que tu fais dans la vie ? »
Ça fait maintenant cinq ans que
– « Je tente de finir une thèse ».
– « Ah bon, tiens ? Et tu étudies quoi ? »
– « Je bosse sur les… CATASTROPHES. »

Je ne sais plus prononcer « catastrophe » sans y mettre un accent particulier, peut être une intonation chargée d’inconfort (comment résumer une thèse le temps d’un trajet en bus ?). J’observe son visage, la surprise d’abord, puis l’intérêt qui se forme et se précise. Elle traverse un moment de concentration interne puis, d’entre ses sourcils blonds jaillit la première question.- « Les catastrophes, c’est les catastrophes naturelles ? Ou bien… Celles qui sont produites par l’homme ? ».

Il y a quelques mois j’enchaînais directement, mais maintenant je préfère en profiter pour tester une hypothèse :

– « Qu’est-ce que tu entends par « catastrophes produites par l’homme ? »
– « Eh bien, les catastrophes économiques… ou technologiques. Par exemple Tchernobyl ou la marée noire américaine, ou le réchauffement climatique. »

Ça n’a pas loupé, comme souvent (en fait toujours), elle n’a pas évoqué les guerres.

– « D’une certaine manière on peut dire que je travaille sur des catastrophes naturelles car je m’intéresse à la manière dont la société japonaise gère et prend en charge culturellement les séismes, tsunamis et typhons. Mais ça se complique un peu car, précisément, je me pose la question de savoir qu’elles sont les catastrophes « normales » ou « naturelles » selon les sociétés. En fait, pour illustrer ce que cela signifie, j’ai une question :
– « Pourquoi, à ton avis, les japonais continuent-ils à vivre au Japon, alors qu’il y a tant de séismes, de tsunamis, de typhons et de glissement de terrains ? ».

Elle réfléchit, regarde vaguement Paris qui défile derrière la baie vitrée du bus 54. Un scooter nous dépasse, le regard fixé vers l’horizon, droit comme un pic sur son bout de caoutchouc molletonné qui lui sert de siège. Des gens multicolores s’amassent au niveau des passages cloutés en attendant de traverser. On vient de passer au niveau du métro Barbès.

– « Parce que c’est chez eux ? »
– « Oui, mais si ta maison présentait le risque de s’effondrer et que tu ne puisses changer cet état de fait, est-ce que tu ne déménagerais pas ? »
– « Si, j’essaierais. »

Je reprends mon souffle dans un silence. En fait j’ai mis un an à trouver une réponse satisfaisante à cette question. Quand on réfléchit un problème, on oublie souvent de l’appliquer à soi-même.

– « Et si on inverse la perspective ? Qu’est-ce que pourrait dire un japonais, observant l’Europe ou la France ?
Comme ma question n’en est pas vraiment une, j’enchaîne :
– Pourquoi les français continuent-ils de vivre sur un territoire si fréquemment sujet à des guerres, à ces « séismes sociaux » ? En fait, tout bien considéré, tous les 50 ans, on se tape des guerres nationales voire mondiales qui font plusieurs millions de morts. Alors pourquoi est-ce que l’on reste habiter ici ? Qu’est-ce que tu lui répondrais ? ».

(Ce texte est extrait d’une publication rédigée dans le cadre de la journée d’étude « There is no such thing as nature! Redéfinition et devenir de l’idée de nature dans l’art contemporain« . Merci à Marion Duquerroy)

21 réflexions au sujet de « Pourquoi les japonais continuent à vivre au Japon ? »

  1. Les chercheurs de l’Agence Météorologique Japonaise ont créé leur propre échelle de mesure, baptisée échelle JMA pour Japanese Meteorologic Agency, afin de mieux comprendre l’intensité des séismes. Contrairement à l’échelle de Richter, celle-ci est dite fermée et ne comporte que huit niveaux de graduation appelés « Shindo », allant de Zéro pour « Imperceptible » jusqu’à 7. Les « Shindo » sont encore classés en Fort ou Faible en fonction de la gravité des dommages causés. De plus, au lieu de mesurer l’énergie dégagée par le tremblement de terre, cette nouvelle échelle s’intéresse plutôt à leur intensité et comme on vient de le voir, aux dégâts. Avec tous ces risques qui menacent sa population, le gouvernement ne se ménage pas et déploie des efforts dans plusieurs domaines pour essayer de prévenir et de limiter les dégâts causés par ces catastrophes. L’amélioration des installations, l’aménagement du territoire, la sensibilisation et la préparation des habitants, les plans de reconstruction, les mesures spécifiques pour chaque type de risque sont autant d’exemples de mesures appliquées à l’heure actuelle. La science est mise à rude contribution dans cette lutte.

  2. Bonjour. J’aimerais revenir à la question de savoir pourquoi les guerres ne sont pas perçues comme des catastrophes par les gens. En fait, il me semble que dans l’univers des gens, une catastrophe est involontaire, arrive de manière abrupte et non contrôlée. Une guerre en revanche est planifiée et orchestrée (sinon, on parlerait de conflit).

    • @Cédric : Pour qu’un désordre puisse être perçu cela suppose un ordre préalable : pas d’événement dans le chaos. À une autre échelle, pour qu’un événement soir perçu en tant que catastrophe, cela suppose un ordre global, un monde (au sens du mundus latin et du kosmos grec). Les trames traditionnelles des sociétés renvoient à des taxonomies culturelles, des règles sociales. Plus la traditionnalité à l’égard de ces règles est forte, plus des changements dans ces traditions seront considérés comme dangereux. Je ne dis pas que les guerres ne sont pas catastrophiques pour les japonais. Je veux dire que le danger/ la peur associé à des événements sont d’autant plus importants qu’ils se produisent là où une société se structure (dans les règles sociales pour les aspects qualifiés de « traditionnels », dans les loi de la nature pour les schèmes « naturalistes »)… (à suivre)

  3. Catastrophes naturelles en France :
    Plusieurs inondations (presque une tous les ans non ?)
    Et plusieurs tempêtes : http://www.lefigaro.fr/sciences/2009/02/02/01008-20090202ARTFIG00613-22-tempetes-ont-devaste-la-france-depuis-trois-siecles-.php

    Certes pas de séismes (ou peu et très léger comme le dernier en date cette année dans le sud de la France), moins de morts qu’au Japon ou d’autres pays, mais la France a bel et bien son lot de catastrophes naturelles, et pas besoins de chercher bien loin dans le millénaire.

  4. Précision :

    Dans ce petit récit, je voulais illustrer – sans avoir à la théoriser – la différence entre danger et risque, distinction opérée par Mary Douglas et Aaron Wildawsky notamment (Risk and culture, 1983). Les risques sont socialement construits. La différence de perception entre japonais et français à l’égard des séismes et des guerres me semble illustrer ce problème. La hiérarchisation des risques encourus en est l’indice : nous tendons à majorer le sentiment de danger de séisme et à diminuer celui de guerre.

    L’explication de cette différence relève d’une analyse culturelle approfondie qui ne peut se réduire à des questions de temporalités (longues, événementielles, etc.) dont les commentateurs de ce billet (que je remercie) ont su montrer la faible pertinence.

  5. Petite contribution en tant que japonophone.

    Effectivement, les Japonais sont habitués aux catastrophes naturelles et humaines, habitués à reconstruire. Mais n’est-ce pas le propre de l’homme ?

    En revanche, la passivité est un sport national. Quand quelque chose de négatif se produit, on l’accepte. C’est ce qu’on appelle l’attitude « Shoganai », et c’est très difficile à comprendre et encore plus à accepter pour un français. Quand à savoir si cette attitude vient d’un reste de bouddhiste ou d’un reste de féodalime (car même si c’est un autre débat, je le dis à qui veut l’entendre : le Japon n’est pas une démocratie), c’est une autre histoire. Quoi qu’il en soit, la majorité des japonais ne pense pas pouvoir avoir un impact sur la politique ou la société à titre individuel. C’est au peuple de s’adapter, pas l’inverse.

    Quand au fait de ne pas vouloir voir la réalité, c’est un mécanisme de survie répandu dans le monde entier. Si un problème se produisait dans une centrale nucléaire en France, je ne suis pas sûre que la majorité des riverains partiraient, surtout s’ils ont un crédit sur le dos et savent qu’ils n’auront pas la moindre indemnité parce qu’ils habitent quelques mètres ou quelques kilomètres en dehors du périmètre jugé dangereux par des autorités qui minimisent la situation.

    N’oublions pas que les japonais qui vivent hors du périmètre d’évacuation et qui ont choisi de quitter leur maison (sans raison d’après le gouvernement) ne reçoivent aucune indemnité et doivent continuer à payer l’intégralité de leur emprunt. La plupart ne pourront jamais acheter un autre bien. Voilà pourquoi tant de monde reste sur place. Ceci dit, la réalité n’est pas aussi simple. A Gunma par exemple, on croise beaucoup de réfugiés venus des régions sinistrées. Les médias n’en parlent pas, tout comme la plupart ont ignoré la manifestation anti-nucléaire de 60 000 personnes à Tokyo, dont le Monde a pourtant parlé en France.

    J’en profite pour vous envoyer un lien vers Eclectiques, la revue de Freelance France Japon dont je suis directrice adjointe de la publication. Je n’irais pas jusqu’à dire que vous y trouverez des réponses, mais vous pourrez y lire plusieurs articles de première main sur les régions sinistrées. Vous y trouverez également de nombreuses photos et vidéos.

    Le lien sur mon site Internet : http://zentranslations.com/index.php
    /fr/publications

    En cas de difficulté, le lien direct sur ISSUU : http://issuu.com/freelance-france-japon/docs/eclectique-2-au-dela-des-cliches

  6. @ André : Merci de remettre de l’ordre dans mes lapins. Je fait la tortue ou je continue ? 😉

    1/ La guerre est-elle une catastrophe comme une autre ?
    Si je dit « une poire est un fruit comme un autre », est-ce que cela a du sens ? Oui, si l’on prête attention à ce qui constitue la catégorie fruit. Non, si l’on considère les préférences culinaires de chacun. Une guerre est une catastrophe au même titre qu’un séisme, par contre on ne les cuisine de la même manière selon les contrées. Il me semble que, dans la gastronomie phénoménale, les séismes sont un plat plus japonais que français, et inversement pour les guerres.

    2/ Peu de catastrophes d’origine humaine au Japon ?
    Non. Je parle de phénomènes concrets (des séismes et des guerres) et je relève la différence historique. Il n’y a pas de « catastrophes produites par l’homme » dans l’absolu, mais seulement considérées comme telles. D’un point de vue anthropologique et historique, ce qui est considéré comme « produit par l’homme » varie du tout au tout (ainsi les guerres pour les grecs, les séismes pour le shinto, la foudre et les calamités au moyen-age, etc.). De même ce qui est « naturel » (indépendant de l’action humaine).

    3/ « L’Occident colonialiste et guerrier est à la fois méchant et trompeur »
    Ça c’est Debray. Et je rejoins tes réserves. ;-/

    4/ Catastrophes et durées
    On est bien évidement d’accord sur le critère d’événementialité. C’est cela qui est délicat : préciser constamment les régimes d’intelligibilité, et ne pas basculer du point de vue de l’histoire longue (des sociétés) à la longue histoire (des individus).

  7. Hum, si je comprends bien, tu veux à la fois nous dire que: 1) la guerre est une catastrophe comme une autre; 2) que le Japon, ayant connu « très peu de conflits guerriers », bénéficie d’une exemption remarquable de « catastrophes produites par l’homme »; 3) que l’Occident colonialiste et guerrier est à la fois méchant et trompeur… A courir trop de lièvres à la fois, ne penses-tu pas que tu risques d’en laisser filer quelques-uns? 😉

    Un point au moins sur les questions de durée, qui me paraissent manipulées ici un peu n’importe comment. Il est évident que la compréhension la plus généralement partagée de ce que recouvre le terme catastrophe (et qui peut, rappelons-le, concerner également le destin individuel) relève d’une événementialité: une catastrophe qui devient un état chronique n’en est plus une. Le problème n’est pas de savoir si une catastrophe dure une heure, un jour ou une centaine d’années, mais qu’à l’échelle considérée, elle représente un moment de bascule suffisamment ponctuel pour être assignable (à l’échelle de l’évolution des espèces, l’extinction Crétacé-Tertiaire, quoique plus étendue que la durée d’une civilisation humaine, représente un événement déterminé et clairement identifiable).

    Quant à l’universalité, je crois que Debray va (comme toujours) un peu vite… L’auteur de « Loués soient nos seigneurs » devrait peut-être relire l’Ancien Testament pour se convaincre que toutes les grandes civilisations se sont envisagées comme universelles… 😉

    Enfin, je me souviens d’un très bon billet que tu avais consacré ici même au souvenir d’Hiroshima et Nagasaki… Ne penses-tu pas que, quelque soit l’éventuelle rareté des conflits guerriers dans l’archipel, l’importance relative d’un événement et sa place dans la mémoire sociale balaie le calcul statistique d’une histoire notariale?

    • 5/ pour répondre à ta dernière remarque (Hiroshima, Nagasaki). Tu as certainement raison, et je n’y avais pas pensé : il est possible que se produisent des phénomènes d’occultation et qu’un événement récent puisse être « l’arbre qui cache la forêt ». Tout à fait possible et très pertinent. Je te remercie !

  8. Très intéressante mise en bouche, mais sur le lien proposé, votre texte est le seul à ne pas être édité. Comment prolonger la lecture, alors?

  9. @ Thierry : Je ne connais pas le détail (avis aux historiens du Japon), mais je crois qu’il faut préciser un minimum le « il y avait quand même eu pas mal d’invasions  » :

    1274 : mongols -> Japon
    1281 : mongols -> Japon
    1592-93 : Japon -> Corée
    1894-95 : Japon -> Chine
    1910-45 : Japon -> Corée
    1931 : Japon -> Chine (Mandchourie)
    1932 : Japon -> Chine (Shanghai)
    1937-45 : Japon -> Chine
    1945-.. : USA -> Japon

    Ps : en toute rigueur, le Japon tel que nous le connaissons aujourd’hui s’est formé sur deux grandes conquêtes 1/ celle des territoires Aïnous, au nord du Japon s’est faite progressivement jusqu’à l’ensemble de Hokkaido,en 1807. Et 2/ celle des îles du sud, formant l’archipel Ryûkyû, dont le royaume est tombé en 1623.

  10. « En fait, tout bien considéré – toujours sur les temps longs – il me semble que la société nippone a eu très peu de conflits guerriers, sur et hors de son territoire » J’aurais cru qu’entre la Chine, le Japon et la Corée, il y avait quand même eu pas mal d’invasions/occupations du continent même si le territoire japonais a été protégé par les vents divins jusqu’à la deuxième guerre mondiale.

  11. En même temps, en France, depuis 1945, c’est aussi relativement calme sur le plan militaire… 😉 On aura pu naître, aller à l’école, faire toute sa carrière et prendre sa retraite sans avoir connu d’invasion sur le sol national.

    • @ André : 1945-2011, ça fait 65 ans… c’est pas un temps long ! La perspective de la longue durée se constitue en regard de nos mythes (historiques ou folkloriques), plus qu’à partir du vécu de chacun. Ce dernier est extrêmement contingent, presque autant que les jugements portés sur tel ou tel style musical à la mode (cf premier commentaire). Ceci dit, tu m’amènes à préciser que mon propos n’a pas valeur prédictive : je n’ai pas eu l’intention de ternir l’horizon de la retraite de l’individu dont tu parles. Ce n’est pas parce que ça a été comme cela, que ce ne sera pas différent à l’avenir.
      Tu pointes aussi – à juste titre – le doigt sur la question de « l’invasion sur le sol national », sur laquelle je suis plutôt fébrile. Elle me renvoie à une remarque de Debray dans son tout récent « Du bon usage des catastrophes », p.52-53 : « Aucune autre région du monde que l’Occident n’a la capacité de donner à ses intérêts et à ses valeurs particulières la figure de l’universalité. Ni les Asiatiques, ni les musulmans, ni les Africains ne prétendent remodeler la planète à leur image. (…) Aussi les troupes occidentales sont-elles les seules à être engagées dans des combats à grande distance de chez elles. Les seules à pratiquer le bombardement intensif hors de leurs frontières. » En fait, tout bien considéré – toujours sur les temps longs – il me semble que la société nippone a eu très peu de conflits guerriers, sur et hors de son territoire (je ne parle pas des guerres de shogunats, qui sont constitutives de cette société)… bon, ok : ça reste bancal 🙁

      @ Pierre : oulala ! Je sais pas si je dois te remercier pour ta question…As tu connaissance de cas épidémiologique sur le territoire nippon ? Une rapide recherche m’indique qu’il y en a eu, mais je suis malheureusement inculte sur ce sujet..

  12. « les guerres ne sont pas évoquées » > Question de temporalité. Dans la « vraie » catastrophe, il y a un avant et un après dans un laps de temps très court. Dans la guerre le « pendant » très long…

    • @ NLR (alias « la brosse gertha ») : En passant, au Japon c’est Hamasaki Ayumi qui est n°1..
      @ Gédéon : Merci pour l’allusion écolo, mais.. « c’est toi qui raconte ou c’est moi ? » ;-
      @ Thierry : Accepter un risque ce n’est pas vouloir le refuser, au contraire, c’est décider de vivre avec. Fumer une clope ce n’est pas vouloir mourir, c’est y trouver aussi des bienfaits. Les japonais coexistent avec les aléas géographiques car ils les considèrent aussi en tant que porteurs de bienfaits : les sources thermales (onsen), la fertilité exceptionnelle de leurs sols, etc. (à ce sujet regarde les travaux de Marie Augendre, notamment la notion de Kyôson). T’as du feu ?
      @ Claude : tu le sais, cette question de la « brutalité » des catastrophes, de leur surgissement et de ce caractère événementiel me travaille au plus haut point. Mais détrompe toi, une éruption volcanique peut durer longtemps, et ses cendres couvrir les sols et rendre toute agriculture impossible pour de longues années (c’était le cas en particulier pour la dernière éruption du Mont Fuji). Elle peut aussi obliger à quitter une île pour plusieurs semaines, mois, ou années. Donc, Je ne suis pas d’accord avec ta remarque sur le fond… et également sur la forme ! En effet, ce n’est pas depuis le temps propre du phénomène qu’il faut – je crois – considérer son caractère d’événementialité, mais en rapport avec un observateur : c’est une perspective historique à la Braudel. Or, sur le temps longs, si l’on compare l’histoire du Japon depuis 2000 ans et celle de la France, on constate la différence : 1 invasions avortée sur le sol Japonais (Mongols de la fin du XIIIe siècle) et une présence américaine pacifique depuis 1945. Par contre une multitude de catastrophes naturelles. C’est l’inverse pour la France. Cite moi une catastrophe naturelle ayant eu lieu sur notre territoire ces deux derniers millénaires…

  13. « En fait, tout bien considéré, tous les 50 ans, on se tape des guerres nationales voire mondiales qui font plusieurs millions de morts. Alors pourquoi est-ce que l’on reste habiter ici ? Qu’est-ce que tu lui répondrais ? »
    Qu’à chaque fois on pense que c’est la dernière, que l’on pourra empêcher la prochaine et peut-être, lorsqu’elle devient inéluctable, que l’on s’imagine que l’on aura un rôle à y jouer.
    C’est la différence me semble-t-il entre les guerres qui sont des catastrophes crées par les hommes et les catastrophes naturelles qui semblent relever du destin comme la maladie ou un accident de la route. Maintenant vous me direz sans doute que l’environnement dont l’homme est responsable à un rôle dans la maladie, et que les accidents de la route n’ont pour la plupart rien d’inéluctable. De même que le nombre de victimes d’une catastrophe naturelle est la conséquence de choix qui ont ou qui n’ont pas été faits en amont par les hommes.
    Le réponse ne serait-elle pas que les japonais continuent à vivre au japon parce qu’ils vivent avec les risques naturels tout comme nous vivons avec le risque de la circulation automobile ou de l’industrie chimique? Si on avait demain le certitude que les téléphones portables présentaient un risque pour la santé, est-ce que l’on ne continuerait pas à les utiliser? Je vous laisse, il faut que j’aille fumer une cigarette. 🙂

  14. « Un scooter nous dépasse, le regard fixé vers l’horizon… »

    … Un motard, phares allumés, réservoir plein…

  15. Dans le genre catastrophe culturelle : N°1 sur iTunes Store : David Guetta. En tête du classement, le morceau : « Sexy bitch » (devant « Little bad girl », mais de peu.). Si si, c’est vrai. 

Y a des jours où je préférerais être Japonais au Japon. Ou sur Pluton.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *