Géopolitique des catastrophes

Harald Welzer (Les Guerres du Climat) traite des perturbations sociales que provoquerait un changement climatique global… Comment peux t-on encore penser qu’une catastrophe environnementale pourrait se cantonner à des bouleversements dans la « nature » ?
Le dualisme nature/culture, résiste malgré tout et l’on continue de parler de catastrophes naturelles (séismes, typhons, tsunamis, etc.) d’une part, et de catastrophes technologiques (Bhopal, Tchernobyl, naufrages de pétroliers, etc.), sociologiques (guerres, pauvreté, éducation, etc.) ou épidémiologiques (grippes, sida, paludisme, etc.) d’autre part. On sait pourtant combien les problèmes sont liés et entrent dans un rapport d’influences mutuelles (dialogique) où il devient difficile et non pertinent de les distinguer selon des catégories.

Le défi consiste à les prendre en compte de manière multidimensionnelle, ce qui implique la mise en place de recherches transdisciplinaires, et un rééquilibrage des valeurs : l’économique ne peut continuer à dominer le bien être des personnes (le social), les organisations humaines (le politique) et les contraintes liées à un environnement favorable à la vie (l’écologie). Ce quatuor économie/politique/sociologie/écologie manque cruellement d’orchestration : Welzer parle d’un « nouveau projet politique », le concept d’anthropolitique (Morin) est aussi un projet civilisationnel, c’est à dire incluant toutes ces dimensions en tant que contraintes simultanées. On devine les conséquences sociologiques d’un changement climatiques, on connait les dégâts environnementaux provoqués par les guerres, nous sommes conscients de l’aspect complexe des catastrophes. D’ailleurs il semblerait que plus une catastrophe touche de dimensions, plus elle tend vers un phénomène qu’elle contient comme une menace archaïque et redoutable. Une crainte que traite une grande majorité de mythes, celui d’un monde où l’ordre ne planait nulle part, que rien ne pouvait se distinguer de rien, tohu et bohu, l’ère d’un désordre généralisé, ayant touché, « contaminé » et diffusé à toutes les dimensions du vécu humain. La peur qui travaille ces questionnement (et le livre de Welzer), ne semble plus être celle des catastrophes qui se cantonnent à des aspects précisés de désordre, mais concerne la dé-génération de ces dernières en chaos.

Indifférence environnementale

LE MONDE | édité le 16.10.09
Le débat sur le réchauffement de la planète et sur les dérèglements qui en découlent porte, en général, sur les méfaits du carbone ou les conséquences sur la biodiversité. Mais, pendant que les discussions gouvernementales à l’approche du sommet de Copenhague font émerger la question des réfugiés climatiques, Harald Welzer, psychosociologue allemand – dont les travaux ont trait aux liens entre l’évolution des sociétés et la violence -, vient rappeler que l’inexorable dégradation de l’environnement et la baisse des ressources mondiales vont conduire à une multiplication des catastrophes sociales.
Certes, l’auteur reconnaît que les problèmes climatiques et la course aux ressources ne sont pas le seul principe d’explication des guerres. Mais ils jouent la plupart du temps un rôle essentiel. Les massacres au Darfour ou ailleurs constituent autant d’exemples de conflits où les problèmes environnementaux sous-tendent les affrontements ethniques. Harald Welzer montre surtout comment le décalage entre les changements, politiques ou environnementaux, et la perception qu’en ont les individus, peut conduire à une situation propre à remettre en cause les valeurs, et même l’intégrité d’une société. S’appuyant notamment sur l’histoire du nazisme, l’auteur souligne comment le déplacement progressif de la limite du tolérable, ainsi que le sentiment de dilution des responsabilités, conduisent à laisser faire ce qui aurait été auparavant inacceptable.
De la même manière, face au réchauffement climatique, les individus et leurs gouvernements se sont peu à peu habitués aux sécheresses et aux typhons meurtriers, aux déplacements de populations tout comme aux pollutions dévastatrices.
Ce décalage entre la perception des enjeux et la réalité des problèmes a aussi pour effet la faible prise de conscience de l’injustice. Celle-ci vient de ce que les pays industrialisés, qui sont aussi les plus responsables du changement climatique, ne sont pas ceux qui en subissent le plus de dommages. Une injustice qui est source de la violence entre Etats, mais aussi entre les générations.
Face à cette dérive mondialisée, Harald Welzer estime que des demi-mesures ne seront d’aucune efficacité pour renverser le cours des choses. Il souligne la nécessité de faire émerger un nouveau projet politique. Une nouvelle donne, qui reste à définir.
D’autres articles : Les guerres du climat, Libération 13/12/2007; un rapport de l’UNEP, World in Transition – Climate Change as a Security Risk.
Un site : http://www.unep.org/conflictsanddisasters/

Réf. Images : Réfugiés Climatiques, Collectif Argos,  Ed. Infolio, 2007 ; 1ère de couverture : Les guerres du climat – Pourquoi on tue au XXIe siècle, de Harald Welzer, traduit de l’allemand par Bernard Lortholary, Editions Gallimard, 15/10/09, collection : NRF Essais,

Une réflexion au sujet de « Géopolitique des catastrophes »

  1. Je reprends le commentaire initial, publié par « Yohel » sur mon blog d’origine : @ Yoann, un article très pertinent et qui a le mérite de présenter clairement l’interaction des phénomènes et, par là-même, la complexité nécessaire de notre pensée. Si nous voulon penser le monde, nous nous devons de développer cette pensée complexe. Une pensée qui se refuse a cette complexité est une pensée… catastrophique !

    @ Yohel, Merci ! Votre remarque me permet de préciser pourquoi je n’ai pas employé (même si la tentation est grande, cela semble un raccourci si simple !) la terminologie de "pensée complexe". A mon sens la complexité est plutôt une Méthode (cf. Morin) qui permet d'entrer en intelligence avec le monde (en sacrifiant le moins possible à sa complexité). Si je procède par analogie, je dirais que la pensée est à l'intelligence ce que chaque trait de pinceau est à un ciel, un arbre ou un visage de Van Gogh. Elle est ce que chaque point de couleur est à un tableau de Seurat. C'est au moyen d'une méthode, d'une éducation, d'une attention longue, que l'on peut déployer dans le temps, une intelligence de la complexité. La pensée produit des concepts, or je ne crois pas qu'il y ait de concepts complexes, seulement des principes méthodologiques, tels que ceux que propose Morin par exemple : Hologramme (le tout est dans la partie, la partie dans le tout), Dialogique (antagonisme et complémentarité des concepts, des gens, des phénomènes), Récursivité/Feedback (la cause induit certes l'effet mais l'effet modifie aussi la cause). Bref, je ne crois pas qu'il y ait de "pensée complexe", mais plutôt un mouvement, une méthode, un processus qui permettent de voir et d'entendre "au travers", de scruter avec une vue d'ensemble les tâches successives des expressions de la pensée. C'est dans la manière qu'ont de se succéder les pensées et dans l'agencement des concepts que, à mon sens ça se produit et se transmet. Intelligence complexe donc, et non "pensée". Méthode de la complexité et non concepts complexes. Mais peut-être entendez vous par "pensée" autre chose que ce que j'y met ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *